27 commentaires

  1. Très bon article! Celui ci devrait être le premier de ta bible haha!
    Par contre un article sur “quel matériel/logiciel pour composer sa musique?” Serait la bienvenue :) )).
    Merci encore

  2. Très encourageant mais comment enregistrer ? Je n`ai pas le matériel pour le faire à part des cassettes .J`ai un nouveau clavier qui peut tout faire; pour le moment je ne le connais pas assez mais j`aime beaucoup vos conseils merci.

  3. Je réponds à Andy sur le logiciel pour composer sa musique. Il existe un logiciel allemand de composition et d’arrangement Ludwig 3 :
    http://chessbase-shop.com/en/products/ludwig_3_engl
    que j’ai découvert depuis quelques jours.
    Je suis en train d’en traduire le manuel qui n’existe qu’en allemand et en anglais et j’ai proposé au développeur de traduire également l’interface, il est content de cette proposition. Mais c’est un long boulot (une centaine de pages)
    Les arrangements restent traditionnels mais pour certains bluffants : le même morceau se retrouve cuisiné à diverses sauces suivant le style choisi.
    Je l’ai utilisé pour la première fois pour l’arrangement de cette chanson :
    http://www.jefherzog.com/pages/loulou-8756559.html
    Sinon, je suis d’accord sur la nécessité de démystifier un certain nombre de choses, moi-même, je suis autodidacte. L’important est de laisser libre cours à son envie de créer. Mais ma démarche la plus habituelle est d’écrire avant de composer (je suis plutôt un littéraire), si j’ai bien compris Alex, il procède dans le sens inverse ; tout dépend en fait de ce qu’on privilégie.Je commence à avoir une réflexion et un recul sur cette démarche et si ça intéresse quelqu’un, je veux bien essayer de faire un topic sur sujet et les outils qui sont utiles dans l’écriture de chanson qui est pour moi la première étape, après laquelle la musique arrive d’elle-même. Je le dis là en chanson !:
    http://www.jefherzog.com/pages/Chanson-8745579.html
    Que les personnes qui souhaitent avoir le résultat de mes élucubrations me le fassent savoir!
    Sinon, vous pouvez voir le résultat encore partiel et de ce que je fais ici :
    http://www.jefherzog.com/pages/Chansons_sommaire-1876276.html

  4. Formidable ton article on sent que tu veux nous donner l’envie de composer
    merci

    Comment télécharger la base de solfège pour composer.

    je suis impatient de lire la suite

    Jean Luc

    • Bonjour Jean Luc,

      Il vous suffit d’inscrire votre prénom et votre e-mail dans les champs de l’encart “Recevez votre guide gratuit” situé en haut à droit du site pour le recevoir directement. ;)

  5. Que de baume au cœur ,cela me donne envie de progresser avec ton aide merci d’avance, peut être que moi aussi j’ai un don pour la musique va savoir ??
    Aller bon courage.

  6. JE CONNAIS ASSEZ BIEN LE SOLFEGE PUISQUE JE JOUE DU SAX TENOR DANS UNE HARMONIE, MAIS DANS UN PETIT GROUPE JE JOUE DE L’ACCORDEON ET MON PROBLEME ET CELUI DE POUVOIR ACCOMPAGNER UN CHANTEUR NON PAS SUR LA MELODIE MAIS SUR UN ACCOMPAGNEMENT QUI SE SUPERPOSERAIT AU CHANT TOUT EN RESTANT DANS LA TONALITE DU CHANT BIEN SUR IL FAUT DE L’OREILLE ET PUIS DE LE RESTE………..?
    UN GRAND MERCI POUR TOUT ET A BIENTÔT POUR DE NOUVELLES LECTURES .

  7. Bonjour,

    très bon article Alex. Je suis bien d’accord avec toi concernant ces fausses croyances.

    Et tous mes encouragements pour l’écriture de ton livre. Initiative que je salue très sincèrement. :)

  8. Comme disait Isaac Newton (ce n’est pas lui mais j’ai oublié le véritable auteur) : le génie c’est
    90% de transpiration et 10% d’inspiration . On va dire que pour une personne normale,la
    proportion passe à 95/5 . Je ne dois pas avoir assez transpiré . Je continue la basse et j’arriverais, un jour à composer des musiques . On est motivé on y croit . Surtout après avoir cet article de l’excellent, de l’extraordinaire Alex (j’en fais trop non ?)

  9. À propos de la croyance populaire que McCartney a rêvé Yesterday, je peux vous dire de source sûre que ça ne n’est pas passé comme ça :p

    Il a trouvé ça au pif en chantant au réceptionniste de son hôtel un soir de tournée a travers le téléphone : “I just want some Scramble Eeeeggs !”.

    Il tardait a ramener les œufs brouillés qu’il avait commandé.

    Coup de génie ou de chance ? ;)

  10. Plutôt que l’analogie avec l’apprentissage de la photo j’aurais utilisé l’analogie avec l’apprentissage de la parole pour un petit enfant. En effet, l’enfant qui est dans ses premières années de vie n’a pas besoin d’apprendre la grammaire pour commencer à composer les phrases qui lui permettent de communiquer avec ses parents, ses frères et soeurs ou ses petits camarades de maternelle. C’est bien la grammaire qui est au coeur de la composition des phrases que nous construisons pour parler. Mais c’est en écoutant nos parents qu’on commence à construire nos propres phrases… bien avant, bien avant, bien avant d’apprendre la grammaire. Les principes de base de la grammaire simple s’apprennent avant même d’entrer en maternelle, tout simplement en pratiquant. Ce n’est que bien plus tard que nous apprendrons à construire des phrases plus variées et plus complexes, grâce à l’apprentissage de la grammaire à l’école.

    Cette analogie est beaucoup plus proche que l’analogie avec l’utilisation d’un appareil photo, car d’une part l’équivalent de l’instrument de musique qui va servir à la parole est exactement le même pour tout le monde quel que soit l’environnement (citadin, rural, tropical, polaire…) et le pays (en France comme en Chine et comme chez les papous) et ne requiert pas de mode d’emploi, cet instrument universel c’est tout simplement la voix, et d’autre part le solfège n’est-il pas ni plus ni moins que la grammaire de la musique ? Apprendre à composer et apprendre le solfège, c’est donc exactement la même chose qu’apprendre à construire des phrases et apprendre la grammaire quand on est tout petit enfant. On peut construire de très belles mélodies simples au fil de l’acquisition des rudiments les plus basiques du solfège avant même d’en apprendre toutes les complexités, tout comme on commence déjà à construire de très belles phrases simples vers 2 à 3 ans au fil de l’acquisition des rudiments les plus basiques de la grammaire avant même d’en apprendre toutes les complexités plus tard à l’école.

    D’ailleurs les milliers de comptines du monde entier sont toutes construites sur la base des plus élémentaires rudiments d’harmonie qui ont été utilisés “en l’état” mais qui pouvaient devenir aussi la base de véritables chansons ou de compositions instrumentales bien plus riches avec des nombreuses possibilités d’arangements. Rien que les partitions des comptines d’enfants du monde entier sont une formidable preuve flagrante que des mélodies ultra-simples avec quatre accords peuvent avoir une efficacité musicale extraordinaire et que la composition est accessible à n’importe quel débutant sans nécessité d’aller dans les méandres les plus complexes du solfège.

  11. La plupart de ces idées reçues proviennent souvent de personnes novices qui ont peu d’expérience dans la musique. Le souci c’est qu’on fait souvent l’amalgame entre la créativité et le niveau technique sur son instrument, et la maîtrise du solfège.

    Les deux sont complémentaires mais ce sont deux facultés complètement différentes qui mobilisent différentes zones du cerveau.

    C’est en composant qu’on devient compositeur. Il ne faut pas avoir peur de se lancer même si au début c’est pas terrible parce que c’est a force de répétition que ça va devenir bon.

    Le souci c’est que trop de gens ont peur de l’erreur et ne se lancent jamais.

    • Pas tout à fait d’accord avec toi ! Énormément de musiciens confirmés partagent également ces idées. Il suffit de voir le nombre de personnes sortant du conservatoire et se sentant encore totalement perdus pour s’en rendre compte. Cela provient surtout de l’inconscient collectif mais aussi et surtout du fait que la composition soit une activité totalement à part dans le domaine musical.

  12. moi je sais deja composer…a l’oreille..mais je sens que le solfege me poussera plus loin…en effet dans l’ecriture pour orchestre…je commence a me retrouver quelques fois dans le flou avec mon oreille et le pianoroll comme seul repere de la justesse ou des harmonies complexes qui se presente sous mes doigts…. j’aimerai pouvoir mettre autre chose que du feeling ou mes connaisances en tablatures basiques sur ma musique… en effet une “grammaire” ….un language coherent me permettant de rendre plus belles et complexes mes compos…donc e sera un ti guide pour moi ;-)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *