52 commentaires

  1. Du très bon travail, une belle approche pour cibler les éléments fondamentaux de la musique.
    Et cela permet d’avoir rapidement des éléments en main pour démarrer dans le monde merveilleux de la composition.

    Bravo à toi !

    • Bonjour Alex,

      Pourrais-tu aller plus loin quant à la gamme mineure. Si je ne m’abuse, il existe trois types de gamme mineure : naturelle, harmonique et mélodique.
      Comment se construisent-elles et quelles sont leur rôle dans la composition musicale ?

      Merci et à bientôt !

  2. Très intéressant pour mémoriser théoriquement des concepts qu’il faut “concrétiser” à l’aide de son instrument. N’oubliez pas que les gammes, c’est aussi des couleurs à explorer, à expérimenter…

  3. Merci pour ce tutoriel ! Je me rappelle t’avoir parlé de ce sujet sur un de tes récents articles (celui sur les paroles), du coup ça me fait super plaisir.

    Du coup j’arrive bien préparée avec quelques questions :

    – (Là j’ai regardé juste les gammes majeures, mais je posterai cette question si la réponse n’apparaît pas dans la 3e vidéo) : chaque octave est décomposée en douze demi-tons, mais les possibilités d’armure sont au nombre de quinze ; on a donc 3 paires de gammes que je qualifierai de “doublons” qui sont : Fa#M – SolbM ; DobM – SiM ; RebM – Do#M. Y a-t-il une différence entre les deux moitiés de chaque paire ?
    (Je sais pas si je suis très claire… pas plus que ma notation)

    – Je n’ai pas bien compris la différence entre gammes et modes dans ton tutoriel PDF… Les modes sont juste les accords à 3 notes correspondant à la gamme du morceau ou c’est plus compliqué que ça ?

    – Pour harmoniser un morceau (ou un bout de morceau), j’imagine qu’on utilisera de préférence les notes de la gamme correspondant à la tonique et la tonalité majeure ou mineure du morceau… j’ai bon ?

    Bon maintenant il me reste à m’assurer que j’ai bien saisi la relation accords-gammes… avec notamment les accords magiques :)

    Finalement, petite idiosyncrasie de matheuse :
    Quand tu dis :
    Maj – 1 ton + 1/2 ton = Min
    vaudrait mieux dire
    Maj – (1 ton + 1/2 ton) = Min
    pour des raisons barbares que chez nous on appelle priorités opératoires : je me suis trompée la première fois et ai ôté un demi-ton au lieu d’un ton et demi…

    • Les gammes de C#M ou DbM en musique tempérée sont équivalentes, C# étant l’enharmonique de Db… Au niveau acoustique, elles comportent les mêmes sons dans le même ordre. Au niveau écriture c’est une autre histoire !
      C# étant un 1/2ton au dessus de C, il faut donc transposer toutes les notes de la gamme de C d’un 1/2ton au dessus:
      C D E F G A B C devient C# D# E# F# G# A# B# soit 7# à la clé

      Db étant 1/2 ton en dessous de D on a
      D E F# G A B C# qui devient Db Eb F Gb Ab Bb C soit 5 bémols à la clé
      Il est donc logique d’utiliser l’armature la plus simple

      Même raisonnement avec Cb(7b à la clé) et B(5# à la clé)

      Même raisonnement avec F# et Gb, mais on a une égalité à la clé : F# (5# à la clé) Gb (5b à la clé)

      Rien ne t’empêche d’écrire un morceau en Si# et d’utiliser les altérations qu’elle contient mais c’est un peu lourd à écrire : un II V I s’écrira : Cx-7 Fx7 B#M7
      En C (l’enharmonique de B#) on aura : D-7 G7 CM7

      Choisis ;-)

    • Salut Seer !
      Haha effectivement, je vois que t’as bien potassé :D
      Pour répondre à tes questions:
      – Effectivement tu as raison: Mi# et Fa (ou Fab et Mi) sont exactement les mêmes notes. Il n’y a aucune différences entre elles ;)
      – Ensuite les modes sont en fait des gammes. Plus précisément, ils sont construits à partir de gammes. Ce qui va changer par rapport à une gamme classique, c’est simplement la note de départ. En gros pour construire un mode tu dois garder exactement la même structure que la gamme (donc la position de tes demi-tons) mais en prenant une note de départ différente de ta gamme d’origine.
      – Pour l’harmonisation, il n’y a pas de préférences, mais c’est vrai qu’utiliser les notes provenant de la gamme de la tonalité est une valeur sure ;) Pour plus de précisions, je t’invite à relire mon article “Composer un accompagnement à partir d’une mélodie“.
      – Hahaha, désolé effectivement ma notation peut prêter à confusion (moi aussi j’ai fais S :D ). Mea culpa !!

    • En fait , il faut être matheux pour ne pas comprendre….je trouve qu’ Alex a été très clair , même s’il n’y a pas de parenthèse entourant le 1ton + 1/2 ton ….bravo à lui , je me suis cassé la tête avec ” la théorie de la musique” de Danhauser quand j’ai avalé son “guide de la musique” en moins d’une heure !

  4. Petite question de néophyte : tu ne parles pas dans les gammes mineures du demi ton que l’on ajoute à la note sensible de la gamme (sol# en la mineure par exemple).
    Un petit commentaire pour éclairer ma lanterne ?

    Et continue à nous apprendre plein de choses !

  5. Wouah, c’est le premier mot que j’ai dis en voyant ton site il y a quelques semaines ^^ . ENFIN un site de musique ( clair, simple, précis, incroyable ). Pour tout te dire je suis en fac de musique, c’est ma première année et je suis arrivé sans avoir fait de solfège ^^ . Maintenant j’ai des bases, mais j’ai du doublé, même triplé mes efforts pendant cette année :) . Il y a eu des choses que j’ai mal assimilé lors des cours, et la sur ton site…. je comprends en une fraction de secondes. :D Même les choses les plus difficiles, tu expliques d’un façon simplifié “chapeau” ^^ .
    ENCORE MERCI !

    ps: Est ce que tu connais l’écriture musicale ? genre il y a juste la basse avec les notes chiffrées ( 5/6/+4/+6/4/+7/9 etc … ) et il faut compléter le ténor, l’alto et soprane. J’ai encore des lacunes dans ce domaine… Voilà ^^

    Encore merci pour ton savoir !

    Amicalement et musicalement Jin.

    • Salut Jin !
      Merci pour ton message, ça fait super plaisir à lire :) Tu trinqueras à ma santé si le guide t’as aidé à valider tes exams :p . Concernant ta question tu veux parler de l’orchestration c’est bien ça ?

  6. Merci Alex encore une fois, je rejoins mes petits camarades !

    Pour quelqu’un comme moi qui regarde “de loin” le solfège mélodique, je trouve que tu parviens à rendre les explications simples ce qui souvent a l’air bien compliqué.

    Donc pour ce super effort de vulgarisation, un grand merci !

  7. Etant au travail je ne peux pas regarder les vidéos. Question cependant: Tu ne parles que des gammes majeure et mineure naturelle ? Pas des gammes induites par les différents degrés des majeure/mineure ?

  8. bonjour alex
    grand grand merci pour ces explications et revisions riches et utiles, grace à tes outils j’ai pu bien reviser le solfege, avec l’essentiel du solfege et tes articles.. je m’en suis fait un résumé et guide pratique sous forme de deux pochettes cartonnées et plastifiée que j ‘applique scrupuleusement à chaque composition, je peux te dire que la melodie sonne autrement avec un rendu musical impressionnant et tres harmonieux .
    le tout c’est de bien prendre le temps , laisser murir et vraiment essayer les differentes possibilités d’arrangement, c’est top…
    petite question, peux tu nous faire un petit vidéo sur les maniéres subtiles d’utiliser les modes en composition et arrangement..
    merci infiniment
    musamicalement
    hassan

  9. Pingback: FLE Français de la musique | Pearltrees

  10. Merci a toi Alex pour ce beau travail.
    j’ai 62 ans et j’ai commencé le solfège l’année passée, et la pratique de la clarinette.
    aussi suite a ton travail j’ai assimilé de la matière que je ne maitrisai pas, et qui m’aide encore aujourd’hui. encore Bravo
    Charles

  11. Bonjour à tous,

    Il faut ajouter une précision qui a son importance. Le mode mineur se compose en fait de 3 gammes mineures, ce qui fait que le mode mineur est plus riche en accords que le mode majeur. Le mode mineur se compose de :

    1. La gamme mineure naturelle. C’est une gamme modale construite sur la gamme majeure. C’est le mode Eolien. On a Do majeur et La mineur naturel, soit la gamme le Do majeur jouée à partir de La (La étant la sixte majeure ou tierce mineure de Do).

    2. La gamme mineure harmonique. C’est celle qui est expliquée dans ce cours. Il y a très longtemps,,on en avait un peu marre de la gamme mineure naturelle, donc ils ont eu l’idée d’augmenter le degré VII d’un demi-ton. Pourquoi Eric (message du 13/4) ?, on y vient.

    Donc pour résumer,

    . La mineur naturel : La Si Do Ré Mi Fa Sol
    . La mineur harmonique : La Si Do Ré Mi Fa Sol#

    Alors pourquoi augmenter le degré VII d’un demi-ton ? En faisant ainsi, on retrouve sur le degré V un accord de dominante.

    En La mineur naturel, on a sur le degré V l’accord de Mim7 (Mi, Sol, Si et Ré). En La mineur harmonique, on a l’accord de Mi7 (Mi, Sol#, Si et Ré). L’accord de dominante possède le triton (ici intervalle entre G# et Ré). Et Mi7 va résoudre sur La min (par effet de résolution, G# va vers A et Ré vers Do). Le demi-ton accentue l’effet de résolution.

    C’est pour cela qu’en La mineur, on peut avoir à la fois l’accord de Em7 et de E7.

    Cet accord de dominante créé par le degré VII augmenté d’un demi-ton permet d’introduire une tension et une notion de résolution.

    Pour en finir avec le mode mineur, on a également

    . la gamme mineur mélodique, c’est comme la gamme mineure harmonique à laquelle on augmente le degré VI d’un demi-ton (on a donc #VI – Fa# – et #VII – Sol#).

    La mineure mélodique : La Si Do Ré Mi Fa# Sol#

    Merci – Bertrand

  12. Bonjour.

    J’ai bien compris l’explication des gammes mineurs naturelles, harmoniques et mélodiques.
    Mais la quelle des trois utilise t’ont dans les partitions modernes ?

  13. Bonjour,

    La richesse du mode mineur consiste justement à avoir 3 gammes, alors autant les utiliser en les combinant.

    On utilise surtout 2 de ces 3 gammes : la naturelle et l’harmonique. La mélodique reste assez absente, sauf l’utilisation du degré IV qui apparait sous forme d’accord de dominante. En Do mineur, on a Fa7 (alors qu’en Do mineur naturel et harmonique, on a Fm7).

    On peut donc bien entendu mélanger ces deux gammes, et c’est intéressant de le faire. Pour l’exemple, je prends une chanson de Goldman, “pas l’indifférence”.

    (n) : mineur naturel
    (h) : mineur harmonique
    I, IV, V … degrés de la gamme

    J’accepterai la douleur
    Cm……………..Eb
    I (n)…………….III (n)

    D’accord aussi pour la peur
    Fm………….Cm……Gm/Bb
    IV (n)……….I (n)…….V (n)

    Je connais les conséquences
    Ab………Bb…………..Eb
    VI (n)…..VII (n)………III (n)

    Et tant pis pour les pleurs
    Fm……………..G7
    IV (h)…………..V (h)

    On peut voir que “D’accord aussi pour la peur” termine sur Gm (degré V du mineur naturel) Ce degré V n’a pas de fonction de résolution, ici il joue 3 accords conjoints (Gm Ab Bb).

    alors que plus tard “Et tant pis pour les pleurs”, on termine sur G7 (degré V en mineur harmonique). Le G7 contraste avec Gm, Sol7 est un accord de dominante avec un triton qui exerce une tension harmonique.

    Pour terminer rapidement cette analyse, je reprends ce passage :

    Je connais les conséquences
    Ab………..Bb…………Eb
    VI (n)…….VII (n)……..III (n)

    Et tant pis pour les pleurs
    Fm……………..G7
    IV (h)…………..V (h)

    On a VI VII III en mineur naturel, cela correspond à un IV V I en Eb majeur. Ensuite, il fait un IV V mais en Do mineur harmonique. On joue donc sur l’ambiguïté majeur/mineur dans un premier temps avec un jeu de cadence musicale équivalent entre le mineur naturel (VII III) et le mineur harmonique (V I) : même intervalle entre les degrés, ici quinte descendante inférieure.

    Pour reprendre le mode mineur, beaucoup de passages écrits en mineur le sont en mineur harmonique. D’ailleurs, dans certains bouquins, pour présenter les gammes mineures, on ne présente que celles-ci (on ignore les autres, ce qui est fondamentalement une erreur).

    D’autres chansons ne sont écrites qu’en mineur naturel (entre autres JJ Goldman).

    Tout dépend ensuite de la mélodie et de l’harmonie que vous souhaitez développer.

    Bertrand
    PS : j’ai mis des points pour garder la juxtaposition entre texte et accords

  14. Bonjour à tous,

    Je précise une toute petite chose à mon précédent post quand je dis :

    D’autres chansons ne sont écrites qu’en mineur naturel (entre autres JJ Goldman).

    En fait, dans ses chansons, il n’est pas rare de voir, par exemple, les couplets uniquement en mineur naturel (avec des cadences type VI VII I) et ensuite le refrain en mineur harmonique (modulation possible vers une autre tonalité mineure) ou bien alors en majeur.

    Merci
    Bertrand

  15. Bonjour

    Sympa, de mettre ainsi, gratuitement, à la disposition de tous , le meilleur de votre expérience musicale. Je trouve votre approche extrêmement intéressante et utile.
    Bravo !
    Jean-Paul

  16. Pingback: Trouver une suite d'accords

  17. Bonsoir Alex. Je découvre le solfège dans 2 petits livrets que j’ai eu depuis peu de temps. J’essais “tant bien que pas très bien” (!!!) de comprendre ce code; et voila que: à la fouille des mystères des gammes, ce soir je tombe sur votre site! je commence avec votre explication des # aux clés pourquoi on appelle gamme de sol (etc) alors que ce # à la clé de sol ne se trouve pas sur la ligne de sol. Ouf! une réponse à l’une de mes questions! Merci! Merci! Merci! Je continue à creuser ici et là . . . Que les Alex se multiplient ! Merci encore!

  18. Bonsoir Alex,

    Comme beaucoup d’internautes , je viens de découvrir votre site …par hasard …enfin presque ! je voulais approfondir mes connaissances en solfège qui sont très floues et voilà que je découvre qu’on peut finalement expliquer le solfège avec bien plus de facilité que dans la plupart de livres dédiés à cette écriture…Merci beaucoup….Je commençais à connaître les ” mots “….je ne désespère pas d’arriver un jour à faire des “phrases”!!!

  19. Pingback: Analyse de “Like a Rolling Stone” de Bob Dylan

  20. Pingback: La modulation, ou comment changer de tonalité au cours du morceau (1/2)

  21. Pingback: La modulation: changer de tonalité au cours du morceau (2ème partie)

  22. Bonjour , j’aimerais bien lire une réponse d’Alex concernant cette altération accidentelle sur le 7 eme degré dans les gammes mineures . Vous n’en parlez pas du tout dans vos explications et cela est souvent présenté comme la règle incontournable dans les livres de solfège ? certains internautes répondent mais de manière compliquée et vous n’avez rien dit à ce sujet .
    Et sinon , comme les autres , Un grand Merci pour ses explications simples et claires .

  23. Bonjour Alex !
    Ton site est incroyable. Je suis pianiste depuis sept ans, mais j’ai appris tout bêtement la lecture des notes, sans jamais vraiment approfondir les notions de gammes et accords. Alors tes cours en ligne font écho à de lointains souvenirs et approfondissent mes connaissances.
    J’ai une question toute bête : pourquoi préfère-t-on les écritures suivantes : MibM, FaM, LabM, SibM, DobM à leurs équivalences : Ré#M, Mi#M, Sol#M, La#M, Si#M ?

    N’est-il pas possible de partir de Ré# et d’appliquer ta méthode pour en construire la gamme ?

    Merci d’avance,
    Et bravo bravo bravo !
    Line

  24. Bonjour Alex,

    Je ne serai pas original pour dire que ton site sur la théorie de la musique est tout simplement “génial” ! Comme l’ont dit beaucoup des intervenants, même pour un musicien confirmé, on y trouve pas mal de petits “trucs” qui ont été oubliés depuis des années (pour ce qui me concerne).

    J’en profite pour te signaler une petite coquille dans ton tableau “gammes majeures avec des dièses”, colonne “notes altérées” /7 dièses : fa DO sol ré, etc… au lieu de : fa, sol, sol, ré, etc…

    J’ai également relevé, au fil de ma lecture, quelques fautes d’orthographe mais, bon… ne chipotons pas ! (Mais si tu y es sensible, comme moi, je suis prêt à te relire et à les relever !) :-)

    Bonne continuation.

  25. Bonjour, il me semble – et cela m’a embrouillé pendant un moment – qu’il y a une erreur dans les notations des gammes de Ré et La majeures. Le # semble être en Ré au lieu d’en Do.
    Merci pour votre travail !
    Alex

  26. Bonjour Alex,

    J’ai comprit grâce à ton tuto comment construire l’octave avec les do majeur, ré majeur, la majeur.. Mais je coince à partir Fa # Majeur, Do # Majeur, Ré b, Sol b, Dob. Peux-tu m’expliquer s’il te plait ?

  27. Bien je ne vais pas aller par quatre chemins je trouve que votre méthode correspond a mon mode de pensée… J ai suivi pas à pas le 1er e-book reçu et j avoue avoir accouché de ma première création musicale… Je l’ai bien laissé puis je suis revenu dessus et a ma grande surprise les premières notes de ma mélodie revenait. Alors s il faut avouer que je l’ai “manouchisée à la guitare :) ” mais elle me plait et c est déjà beaucoup… Bon je crois que le reste des textes se feront au fur et a mesure (sans mauvais jeux de mots)…

    Cela dit je pense que vous avez raison quand vous affirmez qu il ne faut aucun don particulier…. (“et moi ça m’arrange” pour paraphraser Coluche…). il ne faut aucun don particulier mais il faut suivre pas à pas le processus …. :)

    Pilou (comptez sur moi pour visiter votre site …)

  28. Salut Alex!

    Merci pour ce site remarquable! Je fais échos aux posts précédents car vraiment tu sais tout simplement nous redonner envi de composer!! En tout cas pour ma part il est déjà en favoris! Merci encore !!

  29. Bonjour,

    J’ai lu tout un tas de choses sur le solfège, les gammes, les clés et la tonalité mais certains points me tarabustent encore et j’aimerais bien ne pas mourir idiot. Quelqu’un pourrait-il répondre aux questions qui me hantent ?

    – J’ai cru comprendre que les clés servaient à indiquer la hauteur des notes sur la partition et de déterminer la gamme (donc l’éventail de notes avec lesquelles un morceau sera joué pour sonner de façon harmonique). QUESTION : cela signifie-t-il par exemple que dans un morceau écrit en clé de do majeur, on ne jouera QU’avec les notes do, ré, mi, fa, sol, la, si, do ? Et de la même façon, qu’un morceau en fa# majeur ne contiendra pas d’autre notes que fa#, sol#, la#, si, do#, ré#, mi#, fa#, sous peine d’être dissonant ?

    – Certains logiciels pour DJ ou « beatmakers » prétendent détecter « la tonalité » d’un morceau ou d’une chanson. Or, à l’écoute, j’ai souvent l’impression qu’ils se contentent de détecter la première note du morceau. Question : un morceau en clé de mi bémol commencera-t-il forcément par un mi bémol ?

    – J’ai lu que la clé permettait au pianiste d’identifier toutes les notes d’un clavier sur une simple partition de 5 lignes et qu’en règle générale, la main gauche jouait en clé de sol à partir du centre du clavier et la gauche en clé de fa jusqu’au centre du clavier. Mais j’ai lu aussi que ce qui différenciait les séries de 7 notes de gauche à droite sur un clavier était l’octave (du plus grave au plus aigu). Question : pourrait-on jouer en clé de sol (ou en clé de fa) à n’importe quel endroit du clavier ? (Je dirais oui) Autrement dit : la clé et la gamme sont-elles deux choses bien différentes, l’une servant à la notation, l’autre à déterminer les notes utilisées ?

    – J’ai vu que certains instruments utilisaient des clés différentes (sol pour le piano ou la guitare, fa pour la basse). S’agit-il d’un problème de notation ou de gamme ? Est-ce lié à la sonorité (la tessiture) propre à chaque instrument qui fait que telle ou telle clé sonnera juste pour tel instrument mais pas pour un autre ?

    J’espère que mes questions ne sont pas trop floues. Merci.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *