L’accord diminué: qu’est-ce que c’est et comment l’utiliser?

L’accord diminué (ou accord de quinte diminuée) est un type d’accord à 3 sons. Dans cet article, vous verrez à quoi correspond exactement cet accord, pourquoi est-ce qu’il est aussi spécial, et comment l’utiliser pour pimenter vos progressions d’accords.

Introduction

Je suis sûr que vous avez déjà entendu parler des accords majeurs et mineurs. Peut-être même que vous les avez déjà utilisés pour construire vos progressions d’accords. Mais est-ce que vous pouvez en dire autant des accords diminués ? Je suis prêt à parier que non ! 🙂

En même temps c’est normal : les accords diminués sont beaucoup moins fréquents et beaucoup moins utilisés que leurs cousins majeurs et mineurs. Et pourtant, ces accords sont tout aussi intéressants. Leur sonorité particulière en font d’excellents candidats pour pimenter les progressions d’accords.

Alors si vous cherchez un moyen efficace pour apporter un peu plus de saveur à vos compositions ou si vous cherchez tout simplement à en savoir plus sur ces accords, suivez le guide !

Dans cet article, vous verrez à quoi correspondent les accords diminués, comment les construire, et bien évidemment, comment les utiliser concrètement. Je vous montrerai comment les plus grands artistes tels que Michael Jackson, Oasis ou encore Elton John ont su en tirer profit de ces accords pour rendre leurs chansons inoubliables.

I / Présentation de l’accord diminué

1) Qu’est-ce qu’un accord diminué ?

L’accord diminué (ou accord de quinte diminuée) est un type d’accord à 3 sons. Pour rappel, comme je l’ai expliqué dans mon article sur la construction des accords, il existe 4 types d’accords à 3 sons :

  • L’accord parfait majeur
  • L’accord parfait mineur
  • L’accord augmenté
  • Et l’accord diminué

L’accord diminué est constitué de deux tierces mineures successives.

On trouvera donc une tierce mineure (soit 1,5t) entre sa fondamentale (première note de l’accord) et sa tierce (deuxième note de l’accord), et une autre tierce mineure entre sa tierce et sa quinte (troisième note de l’accord). Ce qui donne une quinte diminuée (soit 3 tons) entre sa fondamentale et sa quinte, d’où son nom d’accord diminué.

2) Construire l’accord diminué

a) En respectant la structure de l’accord

Pour construire un accord diminué, il suffit de respecter cette structure de l’accord diminué.

Par exemple, pour obtenir l’accord de Ré diminué, on part de la note Ré qui est la fondamentale (car la première note de l’accord lui donne son nom), puis on construit le squelette de l’accord en empilant deux tierces successives (c’est-à-dire des intervalles de 3 notes). On tombe sur la note Fa pour la tierce, et sur le La pour la quinte.

Ensuite, on s’arrange pour respecter la structure de l’accord diminué.

Si on analyse les intervalles, on voit qu’entre Ré / Fa il y a bien 1,5t soit un intervalle de tierce mineure. Mais entre Fa / La il y a 2 tons soit un intervalle de tierce majeure.

Or pour obtenir la structure de l’accord diminué il nous faudrait une tierce mineure entre Fa/La. Pour obtenir cet intervalle, on va donc placer un bémol sur le La. Grâce à ce Lab, on a bien maintenant 1,5t entre la tierce et la quinte.

Conclusion : l’accord de Ré Diminué est constitué des notes Ré / Fa / Lab.

b) En modifiant un accord mineur

Mais la façon la plus simple d’obtenir un accord diminué, c’est de partir d’un accord mineur.

En effet, la seule différence qui existe entre un accord mineur et un accord diminué, c’est la quinte. Elle est juste dans le cadre d’un accord mineur (3,5t) et diminuée dans le cadre d’un accord diminué (3t).

Du coup pour obtenir un accord diminué, il suffit de prendre un accord mineur et de descendre sa quinte d’un demi-ton.

Par exemple, en partant de l’accord de Do Mineur (Do/Mib/Sol), il suffit de descendre la quinte de l’accord (le Sol) d’un demi ton (on tombe sur le Solb) pour obtenir l’accord de Do Diminué (Do/Mib/Solb).

3) Notation de l’accord diminué

Sur les partitions, tablatures, et grilles d’accords, l’accord diminué est noté avec la mention « dim » ou avec le symbole « ° ».

Par exemple, l’accord de Ré Diminué se note « Ré dim » ou « Ré° ». (Ou D dim / D° dans la notation anglo-saxonne de la musique).

4) Les accords de septième diminuée

Jusqu’à présent, on a seulement parlé de l’accord de quinte diminuée, c’est à dire de l’accord diminué à 3 sons. Mais il existe aussi des accords diminués à 4 sons : les accords de septième diminuée.

Pour construire un accord de septième à partir d’un accord à 3 sons, il suffit d’ajouter une note supplémentaire à l’accord en empilant une nouvelle tierce à partir de la quinte. On obtient alors la quatrième note de l’accord appelée la septième.

Puisqu’il existe deux grands types de tierce (la tierce mineure et la tierce majeure), on en déduit qu’il est possible d’obtenir deux types d’accords de septième à partir de l’accord de quinte diminuée :

  • L’accord de septième diminuée (noté « dim7 » ou « °7 ») que l’on obtient en empilant une tierce mineure à partir de l’accord diminué

  • Et l’accord demi-diminué (noté « m7b5 » ou « ø7») que l’on obtient en empilant une tierce majeure à partir de l’accord diminuée

Par exemple, à partir de l’accord de Mi diminué, il est possible d’obtenir l’accord de Mi septième diminuée en empilant une tierce mineure à l’accord, et l’accord de Mi demi-diminué en empilant une tierce majeure à l’accord.

Dans cet article, je n’irai pas plus loin dans mes explications sur les accords de septième diminuée (je voulais juste que vous sachiez qu’ils existent). Mais si le sujet vous intéresse, je ne peux que vous conseiller de suivre ma formation en ligne « Solfège Pratique ».

Solfège Pratique, c’est tout simplement la meilleure formation en ligne pour apprendre le solfège. (Ce n’est pas moi qui le dis mais les 1000 personnes ayant déjà suivies la formation).

Dedans vous y apprendrez les accords bien sûr, mais aussi la lecture de partitions, le rythme, les gammes et l’harmonie. Bref, vous aurez entre les mains toutes les connaissances théoriques nécessaires pour pouvoir vous faire plaisir en musique.

Pour tout savoir sur cette formation, cliquez simplement sur le bouton ci-dessous :

.

.

.

II / Les caractéristiques de l’accord diminué

1) Sonorité de l’accord diminué

Ce qui caractérise un accord diminué, c’est sa sonorité particulière. En effet lorsqu’il est joué, il engendre une grande tension à l’oreille.

Cela est dû au triton que l’on retrouve entre sa fondamentale et sa quinte. (Oui, on parle bien du célèbre intervalle du diable, dont vous en apprendrez davantage en lisant mon article sur le sujet : « Le triton : l’intervalle du diable »).

Alors est-ce une mauvaise chose ? Est-ce que la sonorité difficile de l’accord diminué le condamne à ne jamais être utilisé dans les œuvres ? Pas du tout ! C’est même tout le contraire : c’est justement parce qu’il a une sonorité tendue que l’accord diminué est autant apprécié des compositeurs.

Pourquoi ? C’est ce que nous allons voir tout de suite.

2) Un accord de tension

L’accord diminué engendre une tension à l’oreille lorsqu’il est joué. Donc si vous cherchez à exprimer de la colère, de la frustration, ou même de la mélancolie à travers vos chansons, l’accord diminué sera parfait pour ça.

Par exemple, dans le morceau « Fatal Tragedy » de Dream Theater, lorsque l’auteur parle de la mort dans ses paroles, il va employer un accord diminué pile à ce moment-là.

La sonorité de l’accord permet de souligner les paroles, et d’instaurer cette ambiance sombre voulue par le thème la chanson.

3) Un accord qui appelle à une résolution

Lorsqu’un accord diminué est joué, on dit qu’il appelle à être résolu. En effet, puisqu’il engendre de la tension à l’oreille, cette dernière sera en attente d’une autre sonorité pour venir l’apaiser.

Pour vous donner une comparaison, c’est un peu comme si vous interpeliez un ami. Si c’est le cas, alors votre ami sera en attente de savoir ce que vous lui voulez. Vous ne pourrez pas arrêter votre discussion à ce moment-là. Vous imaginez sinon ? ^^

  • Hey Bobby tu sais ce qui s’est passé hier ?
  • Non vas-y, dis-moi ?

Ce serait hyper frustrant. 😀 Eh bien pour les accords diminués c’est exactement la même chose : à chaque fois que vous les jouez, la tension qu’ils engendrent appellent une résolution.

Du coup, vous pouvez mettre à profit cette caractéristique pour renforcer l’impact d’un refrain ou conclure efficacement un morceau. En effet, si vous placez un accord diminué juste avant l’une de ces sections, alors ces dernières viendront naturellement résoudre la tension générée par l’accord, ce qui les rendra d’autant plus mémorables.

Par exemple, dans sa chanson « This Love », le groupe Maroon 5 place un accord diminué à la fin de son couplet pour préparer efficacement l’arrivée du refrain.

Bon, maintenant que vous avez compris la philosophie qu’il y a autour de l’accord diminué, je vous propose de voir comment traduire cela dans la pratique. Nous allons voir comment les plus grands compositeurs utilisent l’accord diminué pour créer leurs progressions d’accords.

III / Utiliser (concrètement) l’accord diminué 

1) Créer des progressions d’accords avec l’accord diminué

L’une des techniques les plus efficaces pour créer des progressions d’accords, c’est celle de l’harmonisation des gammes.

Pour rappel, elle consiste à prendre une gamme, et à créer à partir de chacune de ses notes un accord. Ensuite, il ne vous reste plus qu’à piocher parmi les sept accords obtenus pour créer votre progression. (N’hésitez pas à consulter mon article sur le sujet : « L’harmonisation des gammes »).

Dans l’article, je vous avais également expliqué qu’après harmonisation d’une gamme, la nature des accords obtenus était toujours la même.

Après harmonisation d’une gamme majeure, on obtient à chaque fois : un accord majeur à partir de la première note de la gamme, un accord mineur à partir de la deuxième note, un accord mineur à partir de la troisième note, un accord majeur à partir de la quatrième et de la cinquième note, un accord mineur à partir de la sixième note et un accord diminué à partir de la septième note.

Et après harmonisation d’une gamme mineure, on obtient à chaque fois : un accord mineur à partir de la première note de l’accord, un accord diminué à partir de la deuxième note, un accord majeur à partir de la troisième note, un accord mineur à partir de la quatrième et de la cinquième note, et un accord majeur à partir de la sixième et septième note.

Est-ce que vous remarquez quelque chose ? Eh oui ! L’accord diminué se trouve naturellement au sein de la gamme majeure et mineure.

Lorsqu’on harmonise une gamme majeure on obtient un accord diminué à partir de la septième note de la gamme (dans le jargon on dit que l’accord de degré vii d’une gamme majeure est diminué), et lorsqu’on harmonise une gamme mineure on obtient un accord diminué à partir de la deuxième note de la gamme (l’accord de degré ii d’une gamme mineure est diminué).

Moralité de l’histoire : si vous créez une progression d’accords à partir d’une tonalité majeure, vous pouvez très bien choisir d’inclure l’accord de degré vii dans votre suite.

De même, si vous créez une progression d’accords à partir d’une tonalité mineure, vous pouvez très bien choisir d’inclure l’accord de degré ii dans votre suite. C’est d’ailleurs ce qu’a fait le groupe Maroon 5 pour sa chanson « This Love ». Ils ont harmonisé la gamme de Do Mineur et ont ensuite utilisé l’accord de degré ii (Ré Diminué) au sein de leur progression d’accords.

Et pour encore plus d’effet, vous pouvez comme on l’a vu (et comme l’a fait le groupe Maroon 5), placer cet accord diminué à la fin de votre couplet pour préparer efficacement l’arrivée du refrain.

2) Utiliser l’accord diminué en tant qu’accord de passage

Mais la façon dont l’accord diminué est le plus utilisé dans la musique actuelle, c’est en tant qu’accord de passage.

La technique est la suivante : repérez dans votre progression d’accords deux accords séparés par un ton. (Par exemple Sol Majeur et La Majeur). Prenez la note située pile entre les deux (dans notre cas Sol#), et faites-en un accord diminué. Placez maintenant cet accord diminué entre vos deux accords, et le tour est joué !

Dans notre exemple, la progression d’accords correspondrait donc à SolM / Sol#dim / LaM.

Cette technique est hyper utilisée. On la retrouve par exemple dans le morceau d’Oasis « Don’t Look back in Anger ». (Avec justement l’accord de Sol#dim inséré entre Sol Majeur et La Mineur) :

Dans le morceau « Gloria on my Mind » de Ray Charles (accord de Fa#Dim7 inséré entre Fa Majeur et Sol Majeur9) :

Ou encore dans « Friends in Low Places » de Gareth Brooks (accord de Sol#Dim7 inséré entre Sol Majeur et La Mineur7) :

Si cette technique fonctionne aussi bien, c’est parce que l’accord de passage va servir de liant entre les deux accords. En prenant la note située juste entre les deux accords, on créé en effet une montée cohérente.

Qui plus est, la tension générée par l’accord diminué va venir se résoudre sur l’accord suivant, ce qui lui donne encore plus d’impact.

3) Utiliser l’accord I#dim, IV#dim ou V#dim

Si on reprend nos trois exemples précédents et qu’on analyse harmoniquement l’accord diminué, voilà ce qu’il en ressort :

Le morceau d’Oasis est en Do Majeur. L’accord de Sol#dim se situe donc entre l’accord de degré V (Sol Majeur) et l’accord de degré vi (La Mineur) de la gamme. Dans le jargon, on appelle cet accord, l’accord « V# ».

Le couplet de Ray Charles est aussi en Do Majeur. L’accord de Fa#dim se situe donc entre l’accord de degré IV (Fa Majeur) et l’accord de degré V (Sol Majeur). Il s’agit donc de l’accord IV#.

Enfin, le morceau de Gareth Brooks est en Sol Majeur. L’accord de Sol#dim se situe donc entre l’accord de degré I (Sol Majeur) et l’accord de degré ii (La Mineur). Il s’agit donc de l’accord I#.

Dans ces morceaux, l’accord diminué a été utilisé en tant qu’accord de passage. Mais il est tout à fait possible de l’utiliser de façon indépendante. En d’autres termes, vous pouvez très bien utiliser l’accord I#, IV# ou V# en mode diminué dans votre progression d’accords, sans avoir à l’entourer de ses accords voisins.

Concrètement, si vous créez une progression d’accords dans une tonalité majeure, construisez l’accord I#, IV# ou V#, mettez-le en version diminuée, et placez-le au milieu de votre progression d’accords.

C’est exactement ce qu’à fait Michael Jackson dans son morceau « She’s out of my life ». Le morceau est en tonalité de Do Majeur. Il a construit l’accord IV# (donc l’accord de Fa#), il l’a mis en version diminuée (Fa#dim), puis il l’a inclus à sa progression d’accords.

Conclusion 

Voilà les amis ! Avec tout ça je pense que vous devriez y voir plus clair au niveau des accords diminués. Et surtout, ça devrait vous donner quelques idées pour pimenter vos progressions d’accords.

Comme d’habitude, si mon travail vous plait n’hésitez pas à partager l’article autour de vous et à poster un commentaire (ça aide à son référencement). Et si vous voulez aller plus loin plus loin dans votre apprentissage et que je vous accompagne personnellement dans votre progression, ça se passe dans la formation Solfège Pratique :

.

.

.

A très vite pour de nouveaux articles.

Télécharger le PDF de l’article

Si l’article vous a plu, vous pouvez le télécharger au format PDF pour l’avoir chez vous et en profiter quand bon vous semble: cliquez ici pour télécharger l’article


Partager l'article sur :


Articles similaires

Composer la partie batterie de votre chanson

Vous savez composer des mélodies extraordinaires mais vous êtes perdus lorsqu'il s'agit d'aborder la rythmique ? Vous vous demandez quels rythmes adopter pour structurer au mieux votre morceau ? Ne cherchez plus, toutes les réponses à vos questions se trouvent dans cet article ! Lire la suite…

Pourquoi vous utilisez toujours les mêmes accords (et comment y remédier) ?

Vous en avez marre de toujours utiliser les mêmes accords et de refaire inlassablement la même mélodie ? Vous  avez l’impression que toutes vos chansons se ressemblent ? Vous voulez connaître les secrets des artistes à la créativité sur-développée ?  Suivez le guide ! Lire la suite…

Les gammes parallèles en musique: comment les utiliser ?

Deux gammes parallèles, ce sont deux gammes qui partagent la même tonique, mais qui sont de nature différente. (Par exemple Do Majeur et Do Mineur sont deux gammes parallèles). Cette proximité mais aussi cette différence qui existe entre les deux gammes les rendent particulièrement intéressantes à utiliser dans la pratique. Lire la suite…


9 commentaires


  • Phil

    Je trouve ces articles très intéressants et particulièrement bien rédigés.
    Merci Alex

    Répondre

    • Selva

      Oui très bien expliqué, même si on a déjà la base de tout cela, il y a toujours des points de détail bons à prendre. Pour moi cela a été au niveau de l’utilisation de ces accords en pratique. Merci Alex

      Répondre

  • Robin Gaspard

    Super article, très bien écrit et facile à comprendre. Ton site est une vraie source d’inspiration pour tout musiciens.

    Répondre

  • Isabelle

    Merci Alex
    encore un excellent article intéressant et bien construit comme d’habitude

    Répondre

  • Herbert

    Merci pour vos articles intéressants.

    Répondre

  • MARTENS Brieuc

    Merci Alex. Encore un excellent article, clair et complet. Et celui-ci est encore plus passionnant que les précédents … Car il est plutôt rare de trouver sur le net de telle synthèse sur ce sujet précis de composition.

    Répondre

  • Cavalieri

    Merci pour cet article, la mise en pratique est facile sur un piano, beaucoup moins aisée sur la guitare . Va falloir un peu de temps et de boulot

    Répondre

  • Leger

    Excellent très bien détaillé.je suis fan.
    Merci beaucoup Alex.je découvre tranquillement toutes les facettes du solfège
    Encore merci

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *