La formation des accords en musique (accord majeur, mineur…)

En musique il existe beaucoup d’accords différents. Mais pourquoi certains accords sont majeurs et d’autres mineurs ? Et qu’est ce qu’un accord parfait exactement ? Découvrez comment analyser et construire les accords à trois sons dans cet article !

I / Introduction aux accords

1) Qu’est-ce qu’un accord en musique ?

Commençons par le commencement : qu’est-ce qu’un accord ? En musique, on désigne par « accord » la combinaison d’au moins trois notes différentes jouées simultanément. Une fois regroupées ensemble, ces notes forment un tout cohérent à l’oreille.

C’est exactement comme dans les Power Rangers. Une fois regroupés ensemble, les Power Rangers ne sont plus considérés comme des entités individuelles mais comme un tout : le Megazord. (Je suis tellement fier d’avoir pu glisser cette référence aux Power Rangers dans l’un de mes articles, c’est toute mon enfance). ^^

Pour en revenir à notre définition de l’accord, on en déduit donc que des notes jouées successivement (comme par exemple la mélodie d’un morceau), ne constituent pas un accord. On parle plutôt d’une suite de notes.

Suite de notes

De même, si on a deux notes jouées simultanément, ce n’est pas un accord. On parle plutôt d’un intervalle harmonique.

Intervalle harmonique

Enfin, selon notre définition, ce groupe de notes n’est pas non plus un accord :

Groupe de notes

Certes, il y a bien trois notes jouées simultanément, mais parmi ces trois notes, il y a le Do qui est répété deux fois. Au final, ça nous fait deux notes différentes et non trois.

Pour résumer, on peut parler d’un accord à partir du moment où :

  1. Il y a au moins trois notes jouées simultanément
  2. Ces trois notes sont différentes l’une de l’autre
  3. Ces notes forment un tout cohérent

2) A quoi servent les accords en musique ?

C’est simple : les accords permettent de créer la partie accompagnement d’une chanson.

Lorsque vous regroupez ensemble différents accords, vous créez ce qu’on appelle une progression d’accords.

Cette progression est alors répétée tout au long du morceau afin d’en constituer l’accompagnement. Par exemple dans le morceau « The Scientist » de Coldplay on a 4 accords qui sont répétés en boucle. (Bien évidemment, cette progression peut évoluer au fur et à mesure du morceau, mais vous avez compris l’idée).  ;)

Si vous voulez en savoir plus sur les progressions d’accords, je vous invite à lire mon article sur le sujet : « Comment créer une progression d’accords efficace ? ».

3) Les différents types d’accords 

Puisqu’un accord est un groupe d’au moins trois notes jouées simultanément, on en déduit qu’il en existe plusieurs sortes : les accords à trois sons (qu’on appelle aussi les accords de quinte ou triades), les accords à quatre sons (qu’on appelle aussi les accords de septième ou tétrades), les accords à cinq sons (qu’on appelle aussi les accords de neuvième) etc.

Dans la pratique, vous rencontrerez surtout des accords à trois sons et des accords de septième. Et dans cet article, puisqu’il s’agit d’une introduction aux accords, nous allons uniquement nous intéresser aux accords à trois sons. (Mais si vous voulez en savoir plus sur les accords de septième, c’est par ici que ça se passe : « Les accords de septième »).

II / Les accords à 3 sons

1) Le squelette de l’accord à 3 sons : l’empilement de tierces

Comme nous venons de le voir, les accords de quinte sont constitués de trois notes différentes. Mais malheureusement, il ne suffit pas d’assembler trois notes au hasard pour former un accord. Car selon notre définition de l’accord, il faut que ces trois notes forment un tout cohérent.

Et dans l’harmonie occidentale, « former un tout cohérent » c’est quelque chose de très précis : ça veut dire « séparer chaque note de l’accord par un intervalle de tierce ».

Qu’est-ce que j’entends par là concrètement ? Eh bien si on prend n’importe quel accord et qu’on le décompose, entre ses différentes notes il y aura toujours un intervalle de tierce (c’est-à-dire un intervalle de trois notes).

Par exemple, si on prend l’accord de Do Majeur constitué des notes Do/Mi/Sol, en le décomposant on voit qu’il y a bien un intervalle de tierce entre sa première et sa deuxième note, et un autre intervalle de tierce entre sa deuxième et sa troisième note.

Dans le jargon, on dit que l’accord est formé par l’empilement de deux tierces successives.

On en déduit donc que pour construire un accord, il faudra là aussi s’arranger pour qu’il y ait un intervalle de tierce entre chacune de ces notes.

Par exemple, pour construire un accord à partir de la note La, on part du La et on compte un intervalle de tierce (La1, Si2, Do3). On tombe sur le Do qui est donc la deuxième note de l’accord. A partir du Do rebelotte : on recompte un intervalle de tierce pour trouver la troisième note de l’accord. On tombe sur le Mi (Do1, Ré2, Mi3).

On obtient ainsi l’accord formé par les notes La/Do/Mi. Il s’agit de l’accord de La Mineur, mais on parlera plus en détail de la nature de l’accord dans la suite de l’article.

Alors bien sûr, vous allez voir que cette règle de l’empilement de tierces n’est pas aussi stricte que ça dans la réalité. Par exemple regardez : voilà un extrait de partition du morceau « Where is my Mind » des Pixies.

Vous voyez que les notes des accords entourés ne sont pas séparées par deux tierces successives. Par exemple, entre la deuxième et la troisième note du premier accord, on a un intervalle de quarte. (La seconde note de l’accord est un Si et la troisième note un Mi).

Comment est-ce possible ? Tout simplement parce qu’on peut parfaitement prendre un accord et modifier sa forme. Par contre, même si la forme de l’accord change, sa nature reste la même. Autrement dit, vous pouvez être sûr qu’à la base, cet accord a été construit par empilement de tierces.

Par exemple, le premier accord formé des notes Sol / Si / Mi était en fait à la base formé des notes Mi / Sol / Si (forme par empilement de tierces). Mais ensuite, on a modifié cette forme en changeant l’ordre d’apparition de ses notes (pour l’anecdote, c’est ce qu’on appelle faire « un renversement d’accord ».

Et ce principe est valable pour tous les accords qui existent : quelle que soit la forme de l’accord que vous rencontrez (renversé, éclaté, doublé, arpégé…) à la base, cette forme est issue d’un accord « original » formé par l’empilement de deux tierces successives.

Il existe énormément de formes d’accords différentes, mais je ne les traiterai pas dans cet article pour ne pas vous surcharger d’informations. Par contre si le sujet vous intéresse, je ne peux que vous conseiller de suivre ma formation en ligne Solfège Pratique.

Dans cette formation, je vous présente justement toutes les formes d’accords qui existent. Mais plus que ça, dans Solfège Pratique je vous explique absolument tout le solfège de A à Z. C’est ma formation ultime sur le sujet.

A l’heure actuelle, elle a été suivie par plus de 1000 musiciens qui ont tous réalisés des progrès extraordinaires. Alors si vous voulez être le prochain, cliquez simplement sur le bouton ci-dessous :

.

.

2) Les organes de l’accord à 3 sons : fondamentale, tierce et quinte

Jusqu’à présent, on a vu la façon dont était structuré l’accord à 3 sons (en empilant deux tierces successives). Autrement dit, on s’est intéressé à son squelette.

Mais maintenant, on va s’intéresser aux notes de l’accord en elles-mêmes, autrement dit à ses organes.

Chacune des trois notes de l’accord possède un nom qui lui est propre :

  • La première note de l’accord s’appelle la fondamentale
  • La deuxième note de l’accord s’appelle la tierce
  • Et la troisième note de l’accord s’appelle la quinte

Ces noms n’ont pas été choisis au hasard : la première note s’appelle la fondamentale parce qu’elle sert de base (de fondement) à l’accord. D’ailleurs, la fondamentale donne son nom à l’accord. Par exemple si la fondamentale de votre accord est un Do, alors vous êtes en présence d’un accord de Do, si c’est un Mib, alors vous êtes en présence d’un accord de Mib etc.

Pour le nom des deux autres notes, c’est le système de nomination par intervalles qui est utilisé.

La seconde note s’appelle la tierce parce qu’il y a un intervalle de tierce entre la première et la deuxième note de l’accord, et la troisième note s’appelle la quinte parce qu’il y a un intervalle de quinte entre la première et la troisième note de l’accord.

3) Identité de l’accord à 3 sons : la nature de l’accord

On arrive maintenant au cœur de cet article : les différentes natures de l’accord à 3 sons. Si on continue notre parallèle avec le corps humain, la nature de l’accord correspond à son identité. C’est ce qui va déterminer sa sonorité.

Comme vous le savez parfaitement maintenant, un accord à 3 sons est formé par l’empilement de deux tierces successives. Et comme vous le savez également parce que vous avez lu avec attention mon article sur les intervalles en musique, il existe deux grands types d’intervalles de tierce : la tierce majeure (composée de deux tons) et la tierce mineure (composée d’un ton et demi).

A partir de là, on en déduit qu’il existe 4 combinaisons possibles d’accords à 3 sons :

  • L’accord à 3 sons formé par deux intervalles de tierces mineures
  • L’accord à 3 sons formé par un intervalle de tierce mineure et un intervalle de tierce majeure
  • L’accord à 3 sons formé par un intervalle de tierce majeure et un intervalle de tierce mineure
  • Et l’accord à 3 sons formé par deux intervalles de tierces majeures
    .

.
Ces quatre combinaisons, ce sont justement les quatre différentes natures de l’accord à 3 sons. Pour les retenir plus facilement, on leur même a donné un petit nom :

  • L’accord à 3 sons formé par deux intervalles de tierces mineures s’appelle l’accord diminué
  • L’accord à 3 sons formé par un intervalle de tierce mineure et un intervalle de tierce majeure s’appelle l’accord mineur
  • L’accord à 3 sons formé par un intervalle de tierce majeure et un intervalle de tierce mineure s’appelle l’accord majeur
  • Et l’accord à 3 sons formé par deux intervalles de tierces majeures s’appelle l’accord augmenté
    .

.
Ça parait encore un peu flou présenté comme ça ? Pas de panique ! Dans la prochaine partie de cet article, on va justement couvrir en détail chacune des différentes natures de l’accord à 3 sons. Après ça, tout sera clair comme de l’eau de roche.  ;)

III / Zoom sur les différentes natures de l’accord à 3 sons

1) L’accord majeur (ou accord parfait majeur)

Commençons par voir l’accord à 3 sons le plus répandu : l’accord majeur.

Cet accord est formé de trois notes différentes, et chacune de ces notes est séparée par un intervalle de tierce. (Ca, ça ne bouge pas. C’est commun à tous les accords à trois sons).

Par contre, ce qui est spécifique à l’accord parfait majeur, c’est que l’intervalle de tierce présent entre sa fondamentale et sa tierce est majeur (2 tons), et que l’intervalle de tierce présent entre sa tierce et sa quinte est mineur (1,5 ton). Ce qui donne au final un intervalle de quinte juste (3,5 tons) entre sa fondamentale et sa quinte. D’ailleurs, c’est aussi pour ça qu’on l’appelle l’accord « parfait majeur », parce que sa quinte est juste.

Conclusion : si vous analysez un accord et que vous vous rendez-compte qu’il respecte cette structure, alors vous pouvez en déduire qu’il s’agit d’un accord parfait majeur. De même, si vous voulez construire un accord parfait majeur, alors vous devez vous arranger pour respecter cette structure.

Exemple 1 : On cherche à déterminer la nature de cet accord :

Sa fondamentale est un Fa. On en déduit donc qu’il s’agit d’un accord de Fa.

Pour déterminer sa nature (est ce qu’il s’agit d’un accord de Fa Majeur, Fa Mineur etc…), on va analyser ses intervalles. On trouve deux tons entre Fa et La (intervalle de tierce majeure) et un ton et demi entre La et Do (intervalle de tierce mineure). C’est la structure de l’accord parfait majeur. On en déduit donc qu’il s’agit d’un accord de Fa Majeur.

Exemple 2 : On cherche à construire l’accord de Sib Majeur.

Puisqu’on veut construire l’accord de Sib Majeur, alors la première note de l’accord est un Sib.

Ensuite on va commencer par construire le squelette de l’accord en empilant deux tierces successives à partir du Sib. On tombe sur Ré pour la tierce de l’accord, et Fa pour la quinte.

Enfin, on analyse les intervalles présents entre les notes de l’accord, et si besoin on s’arrange pour obtenir la structure de l’accord parfait majeur grâce aux altérations.

Entre Sib/Ré il y a deux tons et entre Ré/Fa il y a un ton et demi. C’est la structure de l’accord parfait majeur, il n’y a donc pas besoin de faire de modifications. On en déduit que l’accord de Sib Majeur est constitué des notes Sib/Ré/Fa.

2) L’accord mineur (ou accord parfait mineur)

Si vous avez compris la logique de la construction de l’accord majeur, alors vous n’aurez aucun mal à comprendre celle de l’accord mineur. C’est presque la même chose. Le seul élément qui change, c’est la structure de l’accord.

L’accord mineur est formé par un intervalle de tierce mineure (1,5 ton) entre sa fondamentale et sa tierce, et un intervalle de tierce majeure (2 tons) entre sa tierce et sa quinte. Ce qui nous donne un intervalle de quinte juste (3,5 tons) entre la fondamentale et la quinte de l’accord. Là aussi, on le qualifie « d’accord parfait » (accord parfait mineur), parce que sa quinte est juste.

Vous voyez donc qu’au final, la seule différence qui existe entre un accord parfait majeur et mineur, c’est la tierce. Dans le cadre de l’accord majeur cette tierce est majeure (d’où le nom d’accord majeur), et dans le cadre de l’accord mineur elle est mineure (d’où le nom d’accord mineur).

C’est donc cette tierce qui est responsable de la sonorité respective des accords majeurs et mineurs. La tierce majeure de l’accord majeur lui confère sa sonorité plutôt joyeuse, alors que la tierce mineure de l’accord mineur lui confère sa sonorité mélancolique.

3) L’accord diminué (ou accord de quinte diminuée)

Puisque vous avez maintenant compris la logique de construction et d’analyse des accords, je vais aller un peu plus vite sur la présentation de l’accord diminué et augmenté. (C’est toujours la même chose).

L’accord de quinte diminuée est formé par un intervalle de tierce mineure entre sa fondamentale et sa tierce (1,5 ton), et un autre intervalle de tierce mineure (1,5 ton) entre sa tierce et sa quinte. On retrouve donc un intervalle de quinte diminuée (3 tons) entre la fondamentale et la quinte de l’accord. (D’où le nom d’accord de quinte diminuée, vous voyez tout est logique en musique). 😉

L’accord diminué à une sonorité plutôt tendue et instable.

4) L’accord augmenté (ou accord de quinte augmentée)

Enfin, l’accord augmenté est formé par un intervalle de tierce majeure entre sa fondamentale et sa tierce (2 tons), et un autre intervalle de tierce majeure (2 tons) entre sa tierce et sa quinte. On retrouve donc un intervalle de quinte augmentée (4 tons) entre la fondamentale et la quinte de l’accord. (D’où le nom de l’accord encore une fois).

L’accord de quinte augmentée est assez peu utilisé dans la pratique. Il a une sonorité plutôt mystérieuse.

Conclusion

Voilà les amis pour ce gros article sur les accords en musique. J’ai essayé d’être le plus complet possible. Avec tout ça, vous devriez être maintenant capables d’analyser et de construire n’importe quel accord à 3 sons.

Si mon travail vous a plu, n’hésitez pas à le soutenir en partageant l’article sur vos réseaux. Je vous invite également à vous abonner à la chaîne Youtube de Composer sa Musique (en activant les notifications) et à me poser toutes vos questions dans les commentaires ci-dessous.

Enfin, si vous voulez être aussi balèze que le Megazord en solfège, je vous invite à rejoindre ma formation en ligne Solfège Pratique. Sincèrement, c’est le meilleur cadeau que vous puissiez vous faire si vous souhaitez progresser efficacement en musique. Vous trouverez toutes les informations concernant cette formation en cliquant sur le bouton ci-dessous :

.

.

Sur ce, je vous dis à très bientôt pour de nouveaux tutos. 😉

Télécharger la vidéo et le PDF de l’article

Si l’article vous a plu, vous pouvez télécharger la vidéo et le PDF pour l’avoir chez vous et en profiter quand bon vous semble :
Cliquez ici pour télécharger la vidéo et le PDF


Partager l'article sur :


Articles similaires

Comment lire une partition (1/3): Lire les notes

Premier tutoriel (sur trois) pour apprendre à lire une partition. Dans cette première partie, nous allons voir les bases de la partition (portée, clés...), comment lire les notes en clé de Sol clé de Fa, et quel est le rôle des altérations (dièse, bémol, bécarre) en musique.  Lire la suite…

Comment lire une partition (2/3): les rythmes

Deuxième partie de ma série "Comment lire une partition ?". Cette fois ci, nous allons voir comment lire le rythme sur partition. Vous verrez les différentes figures de notes, les différentes figures de silences et le tempo. Vous pourrez ainsi maîtriser le rythme en musique! Lire la suite…

Comment trouver la tonalité d’un morceau de musique ?

Qu'est ce que la tonalité d'une musique ? A quoi ça sert de connaître la tonalité d'une musique ? Comment faire pour retrouver la tonalité d'un morceau que ce soit en analysant sa partition ou ses accords ? C'est ce que vous verrez dans cet article ! Lire la suite…


50 commentaires


  • Djallal Namri

    Excellent Alex …
    J’ai une question que j’ai peur de poser pour ne pas paraître ridicule … Comme je ne joue d’aucun instrument et que j’utilise une D.A.W. (LMMS) j’aimerai juste savoir si tous les accords mineurs ne commencent pas avec une touche noire et que tous les accords majeurs ne commencent pas avec une touche blanche … merci d’avance Alex and keep up the good jobs

    Répondre

    • jack

      Salut Djalall,
      N’ai aucune honte à poser une question car la musique regroupe plein de monde et quel que soit l’expérience.
      Pour ta question c’est non (je te rassure je ne suis pas prof de solfège).Si ta premiere note est une noire (par exemple celle situee entre le do 1ere touche blanche et le re 2 eme touche blanche) et bien ton accord prendra le nom de DO dièze (majeur ou mineur en fonction de la tierce de l’accord) comme l’explique si bien Alex.
      Musiquement à toi
      Jack

      Répondre

    • Jean-Luc

      Bonjour Djallal,

      Je glisse ma petite réponse en attendant celle d’Alex qui sera plus claire…

      Une touche blanche peut être la fondamentale d’un accord majeur et d’un accord mineur. Même chose pour les touches noires.

      Deux exemples

      Fondamentale = touche blanche :
      Do majeur : do – mi – sol
      do mineur : do – mi bémol – sol

      Fondamentale = touche noire :
      Ré bémol majeur : ré bémol – fa -la bémol
      ré bémol mineur : ré bémol – mi – la bémol

      En gros ce qui compte c’est l’intervalle entre la fondamentale et la tierce, pas la hauteur de la fondamentale.

      Et pour Alex, belle vidéo :-)

      Répondre

    • Valentina Jean Noël

      Non.. Les accords peu importe majeurs ou mineurs commencent par n importe quelle touche. C est la structure montree dans la video ki dit si cet accord est majeur ou mineur. En passant les touches blanches sont les notes de do à si par octave. Et les touches noires sont do# re# fa# sol# la#.

      Répondre

  • Bertrand

    Bonjour,

    Bravo pour cette présentation, ou plutôt cette conception qui revient à dire qu’il ne faut pas forcément apprendre tous les accords : cela n’a aucun sens et surtout ca peut vite vous saouler ! Je milite également pour la compréhension et mieux vaut connaitre les intervalles pour pouvoir ainsi jouer tous les accords (que le contraire).

    En tout cas une chose me parait importante et je vais me permettre de le souligner ici car j’ai souvent eu de longues discussions à ce sujet : il est à mon sens super important de bien mentionner les notes qui composent un accord et surtout ne pas se laisser aller à la facilité d’écriture et de lecture.

    Un des exemples classiques : Cdim7. On dit trop souvent à tort que cet accord est composé des notes Do, Mib, Solb et … “La”.

    Or la note La est une sixte majeure, rien à voir avec cet accord. Non, il s’agit en réalité de Sibb.

    Par rapport à Do :
    . Si est la 7ème majeure
    . Sib est la 7ème mineure
    . Sibb est la 7ème diminuée

    Donc Cdim7, c’est Do, Mib, Solb et Sibb.

    Certains outils de constructions d’accords en ligne ne font pas cette distinction qui est très importante à mon sens car apprendre quelque chose d’erroné peut perturber toute une logique de construction.

    Merci,

    Bertrand

    Répondre

  • Willems

    Toujours des explications très claires…..merci encore pour ce tutoriel.

    Répondre

  • Daniel

    Bonjour à tous,
    Alex, tes explications sont toujours aussi claires et ta façon d’expliquer est très pédagogique.
    Je ne peux que te remercier de nous apporter ces connaissances grâce à ton énorme investissement. C’est une mine d’or pour nous de consulter tes vidéos.
    Merci pour tout,
    Amitiés,
    Daniel

    Répondre

  • Raymond

    Alex,
    Excellent, clair et limpide. Merci pour ton travail et pour tes explications précieuses.
    Cordiales salutations.
    Raymond

    Répondre

  • Paula

    Grand merci pour cette vidéo. Amitiés Paula

    Répondre

  • Marie-Cécile

    Félicitation pour ces explications claires.
    Tes tutoriels sont captivants.
    Je recommande ton site dans mon entourage.
    Merci Alex

    Répondre

  • Pasque

    Bonjour,

    Tout d’abord félicitations à Alex pour ce tuto qui permet de mettre les bases de la construction des accords.
    Toutefois, qu’en est il lorsque l’accord est présenté dans son premier ou second renversement, dans ce cas, la première note n’est plus la fondamentale et du coup, il faut l’œil exercé pour déterminer que l’accord n’est plus écrit à son état fondamental, exact ?

    Répondre

    • Alex

      Salut Pasque,
      C’est une très bonne question. Je voulais d’ailleurs aborder les renversements dans le tuto mais je ne l’ai pas fait pour un soucis de longueur. Tu as tout compris, c’est exactement ça: en état de renversement l’accord sera composé des mêmes notes mais sa fondamentale sera différente. Ce sera la deuxième note de l’accord dans le cas d’un premier renversement et la troisième note dans le cas d’un second renversement. Un peu de pratique te suffiras donc pour les repérer facilement. ;)

      Répondre

  • Tpm

    Limpide comme toujours, j’ai tout compris alors que je ne suis pas pro du solfège.

    Répondre

  • Djallal Namri

    Jack et Jean Luc … je vous fais la même réponse si vous ne voyez pas d’inconvénient bien sûr
    avant tout … je vous remercie beaucoup pour vos réponses … car la D.A.W. que j’utilise a un outil en clavier de piano … cet outil a des fonctions en gammes … çà permet de choisir entre diverses gammes … entre autre les majeures et les mineures … avec vos réponses … je ne risque pas de me tromper d’accord … moi qui pensais que tous les accords majeurs commencent par une touche blanche et les mineurs par une noire (lol !!!) … merci encore à vous deux …
    on demande Monsieur Alex K. sur scène au micro … s.v.p

    Répondre

    • Alex

      Salut Djallal,
      Je n’ai rien à ajouter. La réponse que t’as fourni Jean-Luc est parfaite. :) Ce qui compte et ce qui va te permettre de déterminer si un accord est majeur ou mineur, c’est l’intervalle de sa tierce (l’intervalle qui existe entre la première et la deuxième note de l’accord). Si tu as un intervalle de tierce mineur, ton accord sera mineur et si tu as un intervalle de tierce majeur, ton accord sera majeur. C’est tout, il n’a que ça à savoir. La couleur de la touche n’influe pas du tout sur la nature de l’accord. Pour plus de précisions, je t’invite à (re)voir mon cours vidéo sur les intervalles. Si tu as besoins d’explications complémentaires, n’hésite pas. ;)

      Répondre

      • Djallal Namri

        Salam Alex … et merci beaucoup pour ton complément de réponse.
        Maintenant les fonctions du pianoroll de LMMS me font de moins en moins peur … et puis j’ai ton guide …
        Bonne continuation … et merci de partager ta passion et tes connaissances avec les autres.
        Keep up the good job Alex …

        Répondre

  • FRED

    Tu sais rendre simple les choses qui semblent compliquées. Merci pour cette vidéo.
    J’attends ton livre avec impatience. Travail de titan.
    Cordialement

    Répondre

    • Alex

      Bonjour Fred,
      Merci pour votre message ! Je ne vous le fais pas dire, le livre représente vraiment un travail colossal !!
      A très bientôt ;)

      Répondre

  • Damien

    Salut Alex,

    j’adore ton blog, j’y apprend pas mal de chose sur le solfège. (Ma passion c’est plus la technique audio et le traitement du signal).

    Cela me fait penser à l’explication donner dans la vidéo de présentation du Dualo.
    Voici la vidéo : http://www.youtube.com/watch?v=PSGTpn4M0Z8

    Répondre

  • Mehdi

    Salut Alex !

    Je viens de terminer ton guide et je me devais de te remercier pour le pas de GEANT que j’ai fait grâce à toi.

    Tu sais expliquer clairement,simplement et avec humour tout ce qui m’a toujours rebuté.

    Prépares tu un article sur les accords à 4 notes ? (accords de 7ème de dominante et les autres) et leurs fonctions.

    Quoi qu’il en soit un énorme MERCI ! J’attends ton livre avec impatiente.

    Répondre

  • Mohamed

    Bonjour jeune homme,
    Comment est-ce possible de renverser un accord puisque les notes qui le composent sont jouées simultanément.Merci de m’éclairer .
    Cordialement,
    Mohamed

    Répondre

  • Patricia

    Je trouve plus simple de former des accords sur un piano que sur une guitare, hors manque de bol pour moi j’apprends la guitare :d j’aimerai bien savoir comment trouver les bonnes notes sur le manche d’une guitare pour créer des accords de type “pianistiques”, car sur la guitare les notes ne sont pas toujours dans “l’odre” ( pas sur que j’explique bien, mais parfois la note suivante est plus grave que la précedente, a cause de la configuration de l’instrument ), et je trouve ça difficile pour “penser l’accord” d’une manière solfège. Auriez vous une astuce pour la guitare ?

    Répondre

  • Tom

    Juste génial ! Merci beaucoup Alex pour tout le temps que tu passe pour nous transmettre ton savoir, continue c est top ce que tu fais !!!

    Répondre

  • Drumstach's'Wood

    Bonsoir Alex , tes vidéos sont vraiment super !!! Merci encore pour le partage de cette passion Universelle : qu est LA MUSIQUE !!
    Drumstach’s’Wood

    Répondre

  • Triomphe

    C’est la première fois que je vois un tuto aussi clair et bien expliqué merci Alex ;)

    Répondre

  • Daniela

    Salut Alex,
    Je trouve super bien ton site très instructif et agréable ! Bravo je découvre des choses nouvelles à chaque fois ! Merci je suis émerveillée de tes talents ! Que tu puisses nous les partager encore et encore cela te permettra de les faires fructifier ! Bonne continuation Good Bless you !

    Répondre

  • grisvard

    Merci encore Alex !!! j’ai téléchargé ta méthode écrite mais ton support vidéo m’aide vraiment concrètement à mieux comprendre les histoires de quintes augmentées diminuées et justes avec mon piano juste à côté, l chauffage et la vodka -) !

    Gros bisous de la Bretagne !!
    Gina

    Répondre

  • Chris

    Hello, merci pour ce tuto ^^

    j’aurai quand même une question toute bête mais qui me bloque depuis un bon moment :s
    (j’espère m’exprimer correctement)

    Comment savoir si les accords de tel ou tel gammes sont mineurs ou majeurs?

    Exemple: si je prend las gamme de Do harmonique mineur, je me trouve donc en face des notes
    DO + RE + MIb + FA + SOL + SOL# + SI + DO

    Comment savoir comment construire/jouer les accords?

    Si je désire prendre Do + SOL + SI et construire leurs accords, dois je tout jouer en mineur? ou construire les accords en fonction des notes de la gamme?

    Vrai ou faut?
    DO / MIb / SOL est bon parce que toute les notes qui compose l’accord sont dans la gamme de DO harmonique mineur

    Mais Do / MI / Sol est pas bon parce que “MI” n’est pas dans la gamme de DO harmonique mineur

    Où alors je suis vraiment à coté de la plaque? lol

    Merci pour votre aide.

    Répondre

  • Ulysse

    Vraiment génial ! C’est super qu’un mec comme ça fasse ce genre de choses, et c’est encore mieux quand c’est très bien fait comme ça ! J’ai acheté la méthode d’Alex (même si c’était un peu chère ^^ ), et je ne regrette absolument pas mon geste ! Au contraire c’est un investissement qui me fait bien plaisir vu l’économie de temps et d’argent que j’ai pu faire, et si je peux encourager son auteur c’est encore mieux. J’invite tout les amateurs de musique qui veulent se lancer ou même qui veulent reprendre les bases à investir dans cette petite mais très complète méthode, et surtout à vous éclater avec les résultats obtenus que je vous garanti !
    Musiqualement à vous

    Répondre

  • Bradwyr

    Bonjour, Alex !

    Tout d’abord, je te remercie vivement pour ton travail; moi qui me pensais totalement réfractaire au solfège, je me découvre un goût certain pour le comptage des intervalles !

    Question toute bête, qui me permettra de savoir si j’ai bien tout pigé : Tu présentes dans la vidéo des accords majeurs de quinte diminuée ou augmentée. Un accord mineur dont on augmenterait la quinte (ex : ré-fa-la#) prend-il le nom d’accord mineur de quinte augmentée ? (ici rém de quinte augmentée ?)

    Encore merci pour ton travail !

    Répondre

  • Valentina Jean Noël

    Merci pour la vidéo. Elle m’a permis de mieux comprendre les accords, vu que j’ai du les etudier par coeur pour passer mon examen. Et ca na pas été facile.

    Répondre

  • Thierry Legendre

    Bonjour,

    Merci à Alex de ses EXCELLENTS tutos qui me font comprendre et (presque)aimer le solfège dont je commence à saisir la logique.

    Répondre

    • Alex

      Tu ne pouvais me faire meilleur compliment Thierry. Ravi de t’avoir réconcilié avec le solfège. :) Tu vas voir, ce dernier va devenir ton plus grand allié à partir de maintenant.

      Répondre

  • Richard

    Merci à Alex de ses EXCELLENTS tutos

    Pascal R

    Répondre

  • ernest balthazar

    Bonsoir Alex,
    Merci pour le livre le guide du solfège,il mes bien utile et je profite des bonnes explications.

    Répondre

  • Chris

    Bonjour

    Au risque de paraitre “démodée”, je préfère les écrits aux videos.
    Car la vidéo, ça continue d’avance pendant que vous essayer de comprendre et d’appliquer.
    Au moins, l’écrit ne bouge pas et laisse le temps d’assimiler !

    Mais, merci quand même

    Chris

    Répondre

    • Alex

      Il en faut pour tous les goûts ! Là au moins tu as les deux formes, il suffit juste de choisir celle qui te conviendra le mieux. ;)

      Répondre

  • Tom

    Bonjour Alex,

    L’exemple de l’accord de Do de quinte diminuée m’a perturbé. En effet un accord de quinte diminuée est l’enchaînement de deux tierces mineures successives. Dans l’exemple que tu donnes, on est face a un enchaînement d’une tierce majeure et d’une seconde…Enfin ça c’est ce que j’ai compris car je pense avoir raté quelque chose. Tu peux m’expliquer ? Merci beaucoup et merci pour ton travail !

    Répondre

  • Nathalie Heim

    Bonsoir,
    Merci beaucoup de partager votre savoirs. J’ai repris à 49 ans le saxophone et le solfège, et les gamme majeur et accord étaient confuses.
    Très bonnes explications donc pour moi, très beau site, claire aussi.

    Bonne continuation. Belle soirée à vous.

    Nathalie

    Répondre

  • da cunha jose

    bonjour a tous pouvez vous m’expliquer comment on dois lire un accord de bas en haut ou de haut en bas merci

    Répondre

  • san Senna

    Très bien, le message m’a beaucoup aidé, j’avais déjà lu plusieurs autres messages et je ne pouvais comprendre qu’avec vos félicitations, je voulais juste vous demander si vous avez d’autres messages ou recommander un livre pour ceux qui commencent?

    merci

    Répondre

  • Bitter

    Bonjour Alex,
    Je suis toujours fascinée par la clarté de tes explications. Je retourne souvent relire tes textes car ma mémoire n’est pas toujours fiable.
    Merci pour tout,
    J’ai besoin d’un complément d’information, qu’est-ce qu’un accord, exemple Am (-5), est-ce identique à A5 ?? je cherche, je cherche mais je ne trouve pas de réponse. Ceci est dans une chanson de Patrick Bruel “Qui a le droit ” que j’essaie d’harmoniser.
    Merci encore

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *