Vie d’un Rolling Stones : Life, de Keith Richards

Critique de “Life“, l’autobiographie de Keith Richards, guitariste et co-compositeur des Rolling Stones.

« Rolling Stones ». Un nom mythique derrière lequel se cachent les plus grandes folies et les plus grandes manifestations possible de la démesure. Un succès fou, des tonnes de drogues et de femmes, des millions de fans, des arrestations à outrance, des tournées mondiales, et surtout, des chansons cultes et intemporelles.

Amateurs de leur musique ou non, tout le monde à au moins entendu parler une fois des Rolling Stones. Mais combien de personnes peuvent réellement se faire une idée de la façon dont vivaient ces légendes ? A quoi ressemblait donc leur quotidien ? Comment sont-ils parvenus à passer du statut de groupe anonyme à celui de légende vivante ? Comment vivaient-ils leur train de vie infernal ? Et surtout, quelles étaient leurs méthodes de composition ? Par quels moyens sont-ils parvenus à composer des tubes planétaires comme Satisfaction, Jumping Jack Flash ou encore Sympathy for the Devil ?

Toutes ces questions, Keith Richards, le guitariste et compositeur des Rolling Stones, y répond dans son autobiographie intitulée « Life ». Plus que l’histoire d’une vie, Life nous permet de nous immiscer au cœur des Stones et de découvrir  le quotidien d’un des groupes les plus importants de l’histoire.

Une vie à 200 à l’heure

Et le moins que l’on puisse dire, c’est que le bouquin porte bien son nom. Keith Richards a en effet vécu une vie complètement dingue, ou le célèbre proverbe “Sexe, Drugs & Rock’n’Roll” prend tout son sens. Si vous voulez un livre qui parle de drogue, d’alcool, de femmes, et de musique, foncez, c’est encore mieux que les inédits d’enquête exclusive sur la débauche des jeunes en Thaïlande.  :D

 A la manière d’un road movie, Life nous raconte l’histoire d’un grand voyage : celui de la vie de Keith Richards. De sa rencontre avec Mike Jagger aux méga tournées mondiales, en passant par sa première composition ou la mort tragique de Brian Jones, le guitariste des Stones n’est pas avare de détails et n’hésite pas à revenir sur tous les instants de sa vie.

On apprendra par exemple que c’est sur le quai d’une gare, attiré par les CD de Chuck Berry que portaient alors Mick Jagger sous le bras, que Keith a commencé à se lier d’amitié avec le futur chanteur de la formation. Keith nous raconte également que John Lennon était un de ces ami très proches, et que ce dernier, bien trop défoncé, n’a jamais réussi à quitter sa maison autrement qu’à l’horizontale.

Je vous laisse d’ailleurs apprécier le passage du livre relatif à cette anecdote :

On avait fini par devenir potes, avec John Lennon, et on se voyait assez souvent. Il arrivait avec Yoko, on passait un moment ensemble, mais le problème avec John, c’est que malgré toute sa frime il ne tenait vraiment pas la route. Il voulait essayer tout ce que je prenais, mais il n’avait pas mon solide entraînement. Moi, je prenais un peu de ceci, un peu de cela, des barbis, des amphétes, de la coke et de l’héro, et je pouvais me mettre au boulot, j’étais en roue libre. Mais John finissait invariablement la tête dans la cuvette de mes chiottes. Je me souviens d’une nuit au Plaza, il s’est pointé dans ma chambre et soudain, il n’était plus là. Nous, on papotait et soudain : « Où est passé John ? ». Je l’ai trouvé dans les toilettes, affalé par terre. Trop de vin rouge, avec un peu d’héro par-dessus. Un bâillement en Technicolor, puis : « Laisse-moi là, ce carrelage est trop beau ». Il était d’un vert effrayant.

Bref, des anecdotes de ce genre, le livre en est rempli et Keith à l’art de les raconter avec beaucoup d’humour. Le livre est en effet très plaisant à lire, et l’on prend énormément de plaisir à découvrir les coulisses de la formation des Stones et à suivre leur évolution musicale au fur et à mesure des chapitres.

Un livre franc, direct et sans détour

Rock star oblige, le ton du livre est similaire à celui de son auteur : très direct. Et c’est ça qui est génial avec Life: pas besoin de se prendre la tête avec un style soutenu et littéraire, Keith Richards nous raconte sa vie sans détour, et sans aucune gêne.

Ainsi, Keith n’hésite pas à dire tout le bien qu’il pense de Mick Jagger (certains passages du livre où il critique le chanteur sont d’ailleurs géniaux), ni à nous décrire avec une franchise déconcertante sa longue aventure avec la drogue. Aucune morale, ni de jugement: Keith se contente simplement de relater les faits tels qu’ils l’ont été.

Vouloir être la plus grande star du show-bizz de la planète, ce qu’il était, ça me dépasse. À un moment, on avait l’impression que c’était Sa Majesté et que nous bossions pour lui, au cacheton ! Quand il était dans la pièce, nous évoquions “cette pétasse de Brenda” pour qu’il ne comprenne pas qu’on parlait de lui. (A propose de Mick Jagger)

Les gens n’ont aucune idée de ce qu’on ressent quand on est en manque. C’est épouvantable, vraiment horrible. Pour donner une idée, c’est un peu mieux que perdre une jambe dans les tranchées. Ou que de mourir de faim. Ça grouille de bête sous ta peau, tes intestins se révoltent, tu ne peux pas empêcher tes membres de s’agiter dans tous les sens, tu te dégueules et te chies dessus simultanément, et il y a de la merde qui s’écoule de ton nez et de tes yeux. Si tu es raisonnable, la première fois que tu vis ça, t’es bien obligé de reconnaître : « Je suis accro. » Mais ça ne t’empêchera quand même pas de replonger, aussi raisonnable sois-tu.

Ce ton très franc qu’il adopte nous permet non seulement de connaître la vie du guitariste dans ses moindres détails, mais aussi sa façon de penser et de voir les choses, ce qui confère au personnage une dimension très humaine, bien loin des clichés habituels de la rockstar inaccessible. Il est ainsi fascinant de voir à quel point le bonhomme nous ressemble (si on exclut la taille de son porte-monnaie bien entendu  ;) ), et à quel point on peut se sentir proche de lui à la fin du livre.

Une bible pour tous les musiciens et compositeurs

Enfin, si je vous recommande chaudement ce livre, c’est avant tout parce que Life est une véritable bible pour tous les musiciens. D’une part, parce que Keith est lui-même un pur fan de musique et que l’on ressent clairement cette passion tout au long du livre, et d’autre part parce qu’il n’hésite pas à nous dévoiler ces méthodes de composition et la façon dont sont nés ses plus grands hits.

On apprend ainsi que Keith a composé inconsciemment Satisfaction pendant son sommeil, et que ce n’est qu’une fois réveillé qu’il a pu découvrir le titre grâce à un magnétophone posé à côté de lui.

Keith nous décrit également avec précision les secrets de sa technique de guitare (l’open tuning en sol), lui ayant permis de trouver ces riffs les plus explosifs, et ayant fait de lui l’un des plus grands guitaristes et compositeurs de tous les temps.

Pour conclure, je dirai que Life est un livre à lire absolument pour tous les fans des Rolling Stones qui se respectent, mais aussi pour tous les autres, qui découvriront à travers ce bouquin l’histoire d’un groupe immense, et la personnalité d’un des hommes les plus Rock’n’Roll du siècle.

Quelques citations pour la route 

Au départ, le peintre a une toile. L’écrivain a une feuille de papier. Le musicien, lui, a le silence.

L’important, ce n’est pas ce que vit quelqu’un, c’est de savoir ce qu’il y a dans son art. L’image n’a rien à  voir dans toute cette histoire.  Il faut savoir si tu t’intéresses à  la musique ou si tu vas te contenter d’acheter dix grammes de poudre en pensant que c’est ainsi que tu vas me ressembler.

Et pour finir cette revue en beauté, ma préférée :

Les gens me racontent les années 60 parce que nous on était trop raides pour s’en souvenir.

Bilan 

Les points forts:

  • Un style franc, direct, et sans détour
  • Un récit exaltant (Sex, Drugs, & Rock’n’Roll !)
  • De très nombreuses anecdotes (croustillantes) sur la vie des Stones
  • Keith Richards n’hésite pas à nous livrer tous ses secrets de compositions, et la façon dont sont nés les plus grands hits des Stones
  • Le livre est truffé de témoignages de proches de Keith Richards ce qui dynamise le récit

Les points faibles:

  • Keith Richards se perd parfois dans ses digressions, ce qui peut embrouiller le lecteur
  • Le livre manque parfois de structure

Et vous ? Avez-vous lu Life ? Qu’en avez-vous pensé ?

Télécharger l’article

Si l’article vous a plu, vous pouvez le télécharger au format PDF pour l’avoir chez vous et en profiter quand bon vous semble : Cliquez ici pour télécharger le PDF


Partager l'article sur :


Articles similaires

10 façons d’enrichir votre culture musicale

Marre d’entendre toujours les mêmes musiques tourner en boucle dans votre mp3 ? Fatigué d’écouter à longueur de journée toutes ces chansons aseptisées passant à la radio ? (Oui je l’avoue, je ne suis pas fan de Lady Gaga :) ). Vous voulez donner du sang neuf à votre playlist et connaître tous les secrets des personnes ayant une bonne culture musicale ? Suivez le guide ! Lire la suite…

Pourquoi Lady Gaga et David Guetta tuent la musique

Il est vrai qu'il est courant de critiquer et de qualifier de médiocre la musique de David Guetta et Lady Gaga. Mais de là à dire qu'ils tuent la musique! N'est ce pas à un peu exagéré ? A vous de le découvrir dans la suite de l'article ! Lire la suite…

Pourquoi vous utilisez toujours les mêmes accords (et comment y remédier)

Vous en avez marre de toujours utiliser les mêmes accords, et de refaire inlassablement la même mélodie ? Vous  avez l’impression que toutes vos chansons se ressemblent ? Vous voulez connaître les secrets des artistes à la créativité sur-développée ?  Suivez le guide ! Lire la suite…


6 commentaires


  • Gym3000

    Merci pour cette critique Alex, encore une fois cette nouvelle rubrique s’incorpore bien au reste du contenu du site. Je n’ai pas (encore) lu ce livre mais ta critique a éveillé ma curiosité!

    Par contre, tu n’as émis aucune critique négative, le livre était-il brillant à point? (non pas que cela manque de pessimisme mais de la part d’une critique, je m’attendais aussi à lire ton avis sur les points que tu avais le moins appréciés).

    De toute façon, il n’y a qu’un moyen pour que je me fasse ma propre opinion. A la lecture!

    Répondre

    • Alex

      Salut Gym 3000 ! Tu as tout à fait raison d’attendre quelques critiques négatives sur le livre. J’étais tellement emballé par ce dernier que j’en ai oublié de souligner les points moins appréciées. :D J’ai donc rectifié ça en créant en conclusion une liste récapitulative des “plus” et des “moins” comme tu le suggères. ;)

      Répondre

  • Sylvain Peter

    Un grand moment, le passage où Keith se bat à mains nues contre une tortue géante :)

    Répondre

  • Vincent

    Faut croire que l’alcool et la drogue conservent certains …

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *