Déchiffrer une signature rythmique

La signature rythmique correspond à cette fraction que vous voyez en début de morceau (3/4, 4/4, 6/8). Mais que veut-elle dire exactement ? Comment la décrypter et pourquoi en existe-il plusieurs ? C’est ce que je vous explique dans ce tutoriel vidéo !

.
Retranscription texte de la vidéo

Salut les amis, ici Alex de Composer sa Musique.fr, le site qui rend accessible à tous le solfège, la compo et le home studio. Aujourd’hui je vous retrouve pour un tuto solfège sur un sujet qui est hyper important : le déchiffrage des signatures rythmiques.

I / Présentation de la signature rythmique

1) Qu’est-ce qu’une signature rythmique ?

Pour commencer, c’est quoi une signature rythmique ? C’est cette fraction que vous voyez au début de la partition.

Il en existe plusieurs, par exemple 2/4, 3/4, 4/4, 6/8, 9/8… Vous avez surement déjà dû les croiser.

Et donc tout le but aujourd’hui, ça va être de vous expliquer pourquoi est-ce qu’il en existe plusieurs, et surtout, de vous apprendre à les décrypter pour que vous puissiez comprendre leur signification.

2) A quoi sert la signature rythmique ?

A quoi ça sert une signature rythmique ? Ça indique la façon dont est structuré rythmiquement le morceau. Donc avant d’aller plus loin, je vais commencer par vous faire quelques petits rappels au sujet de la structure rythmique.

II / La structure rythmique

Lorsque vous écoutez un morceau, vous vous rendez compte qu’il est logique. Il sonne bien à l’oreille. Et cette sensation de cohérence elle n’est pas due au hasard. Elle provient d’une part de l’harmonie (c’est-à-dire l’art qui permet d’imbriquer ensemble les différentes mélodies) et d’autre part de la structure rythmique. Parce que oui, dans un morceau il existe aussi des éléments qui vont venir structurer le rythme. Quels sont ces différents éléments ? C’est ce qu’on va voir tout de suite.

1) Les temps

Le premier, c’est ce qu’on appelle les temps. En fait derrière chaque morceau, il existe un battement régulier, et chacune des pulsations de ce battement va être égale à un temps.

Ce battement vous le percevez instinctivement lorsque par exemple, en écoutant un morceau vous hochez la tête ou vous tapez du pied. Donc en fait lorsque vous faites ça, vous suivez instinctivement les temps du morceau.

Et ces temps constituent la base de la structure rythmique car c’est autour d’eux que vont venir se greffer les différents rythmes.  Ils correspondent au squelette rythmique du morceau.

2) Le découpage du morceau

a) La mesure

Le deuxième élément qui apporte une structure rythmique au morceau, c’est la mesure. En musique, il y a un grand principe qui dit que les temps du morceau doivent être regroupés par paquet égaux. Du coup, on va placer ce qu’on appelle des barres de mesures dans le morceau pour délimiter ces paquets, et le paquet en lui-même c’est ce qu’on va appeler la mesure. Donc dans chaque mesure, il va y avoir le même nombre de temps.

b) Les différents types de découpe

Alors la règle nous dit que dans un morceau, les mesures doivent contenir le même nombre de temps. Par contre, elle ne nous dit pas combien de temps exactement est ce qu’elles doivent contenir. Du coup, il va exister plusieurs façons de découper le morceau de façon à ce que chaque mesure contienne le même nombre de temps. Il en existe principalement trois :

  • Une découpe par paquet de deux : c’est-à-dire que le morceau va contenir l’équivalent de deux temps par mesure
  • Une découpe par paquet de trois : le morceau va contenir l’équivalent de trois temps par mesure
  • Et une découpe par paquet de quatre : le morceau va contenir l’équivalent de quatre temps par mesure

.
Et ce qui est cool, c’est que chaque type de découpe va influencer l’identité sonore du morceau. C’est-à-dire qu’un morceau qui contient deux temps par mesure ne va pas du tout sonner comme un morceau qui en contient trois, qui lui-même ne va pas sonner comme un morceau qui en contient quatre.

3) Morceaux binaires et morceaux ternaires

En plus du nombre de temps par mesure, il y a un autre élément qu’il faut prendre en compte au niveau de la structure rythmique : la famille rythmique du morceau. En effet, il existe deux grandes familles rythmiques : la famille des morceaux « binaires » d’un côté, et la famille des morceaux « ternaires » de l’autre.

Qu’est-ce que c’est qu’un morceau binaire et qu’est-ce que c’est qu’un morceau ternaire ? Je vous ferai un tutoriel spécifique sur le sujet parce qu’il y a beaucoup de choses à dire là-dessus. Pour l’instant, retenez juste que la famille rythmique du morceau influence aussi sa sonorité puisque les morceaux binaires et ternaires n’offrent pas la même sensation à l’écoute.

Donc pour résumer, il existe des morceaux binaires en deux temps, trois temps et quatre temps, et des morceaux ternaires en deux temps, trois temps et quatre temps. Tout ça ce sont différentes structures rythmiques possibles avec pour chacune d’elle, leur propre identité sonore.

4) l’unité de temps

Et enfin, le dernier élément de structure rythmique qu’il faut prendre en considération, c’est ce qu’on appelle l’unité de temps du morceau. L’unité de temps c’est quoi ? C’est la valeur rythmique du morceau qui est égale à un temps.

Là encore, je ne vais pas développer cette notion outre mesure. Si vous voulez plus d’informations sur l’unité de temps, je vous renvoie à mon tutoriel spécifique sur le sujet qui s’appelle « Noire n’est pas égale à un temps ». Mais une fois de plus, ce qu’il faut retenir ici c’est qu’en fonction de l’unité de temps choisie, la structure rythmique du morceau ne sera pas la même et donc sa sonorité aussi.

Donc pour résumer tout ça : il existe trois éléments qui fondent la structure rythmique d’un morceau : le nombre de temps par mesure, la famille rythmique, et l’unité de temps. Chacun de ces éléments va apposer son emprunte sonore sur le morceau, et c’est la combinaison de ces trois éléments ensemble qui fonde l’identité sonore rythmique du morceau.

III / Décrypter les signatures rythmiques

Bon, maintenant que vous avez bien tous ces éléments de structure rythmique en tête, on va pouvoir passer au cœur de ce tutoriel : comment interpréter une signature rythmique ? Donc rappelez-vous, en début de vidéo je vous ai dit que la signature rythmique indiquait la façon dont était structuré rythmiquement le morceau. Mais maintenant, grâce à tous ces rappels on va pouvoir être un peu plus précis et dire que la signature rythmique nous donne en fait les trois informations clés de la structure rythmique :

  • Est-ce que le morceau est binaire ou ternaire ?
  • Combien de temps compte-t-il par mesure ?
  • Quelle est son unité de temps ?

Eh oui, autant d’informations contenues dans cette toute petite fraction. C’est beau non ? :)

1) Signature rythmique binaire ou ternaire

Première information qu’on va apprendre à décrypter : est-ce qu’on a affaire à un morceau binaire ou ternaire ? Ça c’est le numérateur de la signature rythmique qui va nous l’indiquer. (Parce que oui, une signature rythmique se lit toujours comme une fraction. Son numérateur et son dénominateur nous donnent à chaque fois des informations bien précises).

  1. Si le numérateur de la signature rythmique est 3, vous êtes en binaire
  2. Si ce n’est pas 3 mais qu’il est divisible par 3, vous êtes en ternaire
  3. Et pour tout le reste (si votre numérateur n’est pas 3 et qu’il n’est pas divisible par 3), vous êtes en binaire.

Maintenant, comment faire pour savoir combien de temps compte le morceau par mesure et quelle est son unité de temps ? C’est là où ça se complique un tout petit peu, parce que suivant le fait que votre morceau soit binaire ou ternaire, on ne va pas décoder les signatures rythmiques de la même façon. (Eh oui, les musiciens aiment se compliquer la vie…). On va commencer par apprendre à décrypter les signatures rythmiques binaires parce que c’est ce qui a de plus simple.

2) Décrypter les signatures rythmiques binaires

Donc rappelez-vous, une signature rythmique se lit comme une fraction.

  • Le numérateur (le chiffre du haut) de la signature rythmique binaire indique le nombre de valeurs dans la mesure
  • Et le dénominateur (le chiffre du bas) indique deux choses : un, à quoi correspondent ces valeurs, et deux, quelle est l’unité de temps du morceau.

D’ailleurs, les valeurs du dénominateur sont des conventions à apprendre par cœur :

.
Je sais que ça paraît un peu flou expliqué comme ça. Mais ne vous inquiétez pas, je vais vous donner des exemples et vous allez comprendre tout de suite.

Prenons l’exemple du 3/4. (On a bien affaire à une signature rythmique binaire puisque le numérateur est un trois). Le chiffre du haut nous indique le nombre de valeurs dans la mesure. Dans un 3/4, Il y aura l’équivalent de trois quelque chose par mesure. Le chiffre du bas lui, nous indique la nature de ces valeurs, c’est-à-dire qu’il nous dit à quoi correspondent ces « quelque chose ». En regardant le tableau, on voit que le 4 correspond à la noire. Donc en 3/4, il y aura l’équivalent de trois noires par mesure. Et enfin, on sait que le dénominateur nous donne également l’unité de temps du morceau. Puisque c’est un 4, on sait que l’unité de temps du morceau est la noire. Ce qui veut dire que dans ce morceau, noire est égale à un temps. Donc si on résume : en 3/4 on a l’équivalent de trois noires par mesure et puisque noire est égale à un temps, on a trois temps par mesure.

Autre exemple : le 3/8. (Trois au numérateur, on a bien affaire à une signature rythmique binaire). On sait qu’il y aura l’équivalent de trois quelque chose par mesure. Ces quelque chose correspondent à la croche (on le voit grâce au chiffre 8 du dénominateur). Donc en 3/8, on aura toujours l’équivalent de trois croches par mesure. Et puisque l’unité de temps est la croche, croche est égale à un temps, donc dans un 3/8 on aura trois temps par mesure.

Donc vous voyez : le ¾ et le 3/8 sont assez similaires ; dans les deux cas on a affaire à des morceaux binaires avec trois temps par mesure, mais la différence c’est qu’en ¾ l’unité de temps c’est la noire est qu’en 3/8 c’est la croche.  Donc en pratique, ils ne sonneront pas tout à fait de la même façon.

3) Décrypter les signatures rythmiques ternaires

Tout comme les signatures rythmiques binaires, le numérateur des signatures rythmiques ternaires indique le nombre de valeurs dans une mesure, et son dénominateur la nature de ces valeurs. Par exemple en 6/8, il y aura toujours l’équivalent de six croches par mesure. Par contre ce qui change, c’est que le dénominateur n’indique plus l’unité de temps, mais l’unité de tiers de temps. C’est-à-dire que pour avoir l’unité de temps d’une signature rythmique ternaire, il faut prendre la valeur du dénominateur et la multiplier par trois.

.
Par exemple en 6/8 puisque l’unité de tiers de temps est la croche, l’unité de temps est la croche multipliée par trois soit la noire pointée. Donc puisque la noire pointée est égale à un temps et que dans une mesure en 6/8 il y a l’équivalent de 6 croches, on en déduit qu’en 6/8 il y a deux temps par mesure.

Dernier exemple, on va déchiffrer ensemble le 9/4. On sait déjà qu’il s’agit d’une signature rythmique ternaire puisque le numérateur n’est pas un trois mais qu’il est divisible par trois. Le numérateur indique qu’il y aura l’équivalent de neuf valeurs dans la mesure. Le dénominateur nous indique que ces valeurs correspondent à des noires. En 9/4, il y aura donc l’équivalent de neuf noires par mesure. Le dénominateur nous indique également l’unité de tiers de temps. Si la noire est l’unité de tiers de temps, alors l’unité de temps correspond à trois noires soit la blanche pointée. Donc si blanche pointée (soit trois noires) est égale à un temps et qu’en 9/4 il y a l’équivalent de 9 noires par mesure, on en déduit qu’en 9/4 il y a trois temps par mesure.

Conclusion

Voilà les amis, cette vidéo elle est maintenant terminée, j’espère qu’elle vous a aidé à mieux comprendre les signatures rythmiques. Je n’ai pas abordé ici le cas des signatures rythmiques asymétriques parce que je n’avais pas envie de vous surcharger d’informations. Ça fera peut-être l’objet d’une prochaine vidéo.

En tout cas, si vous voulez aller plus loin dans votre apprentissage du solfège, n’hésitez pas à télécharger mon guide gratuit « L’Essentiel du Solfège », vous trouverez son lien de téléchargement un peu partout sur le site. J’ai aussi créé toute une formation vidéo sur un an pour tout connaître du solfège, c’est la formation « Solfège Pratique ». Vous trouverez toutes les informations pratiques concernant cette formation en cliquant ici.

Pour terminer je vous invite à faire un petit exercice à chez vous pour être sûrs que vous ayez bien tout compris. Mettez-moi les réponses dans les commentaires de la vidéo, comme ça je pourrai y jeter un coup d’œil. Interprétez les deux signatures rythmiques suivantes : 3/2 et 9/16 (dites moi si elles sont binaires ou ternaires, le nombre de temps par mesure, l’unité de temps etc…).

Voilà les amis, si ce n’est pas encore fait, likez cette vidéo pour soutenir mon travail, abonnez-vous à la chaine Composer sa Musique en cliquant ici pour ne rien rater des prochains tutos, et puis moi je vous dis à très vite pour de nouvelles vidéos. Ciao.

Télécharger la vidéo et le PDF de l’article 

Si l’article vous a plu, vous pouvez télécharger la vidéo et le PDF pour l’avoir chez vous et en profiter quand bon vous semble :
Cliquez ici pour télécharger l’article en pdf et en vidéo


Partager l'article sur :


Articles similaires

Comment lire une partition (1/3): Lire les notes

Premier tutoriel (sur trois) pour apprendre à lire une partition. Dans cette première partie, nous allons voir les bases de la partition (portée, clés...), comment lire les notes en clé de Sol clé de Fa, et quel est le rôle des altérations (dièse, bémol, bécarre) en musique.  Lire la suite…

Comment lire une partition (2/3): les rythmes

Deuxième partie de ma série "Comment lire une partition ?". Cette fois ci, nous allons voir comment lire le rythme sur partition. Vous verrez les différentes figures de notes, les différentes figures de silences et le tempo. Vous pourrez ainsi maîtriser le rythme en musique! Lire la suite…

Comment trouver la tonalité d’un morceau de musique ?

Qu'est ce que la tonalité d'une musique ? A quoi ça sert de connaître la tonalité d'une musique ? Comment faire pour retrouver la tonalité d'un morceau que ce soit en analysant sa partition ou ses accords ? C'est ce que vous verrez dans cet article ! Lire la suite…


5 commentaires


  • GRENADIN

    Merci Alex, en faites je n’avais compris ou cela n’a pas été enseigné au conservatoire (Unité de tiers de temps)

    Répondre

  • Ghislaine GRENADIN

    3= * * *
    2= unité de tiers de temps = blanche pointée (ici on est en binaire)

    9 = ********* (donc 3 temps), 3 croches par temps
    16 = est divisible par 8 donc l’unité de tiers de temps est la croche (ici on est en ternaire)

    Répondre

  • Georges Fichet

    Bonjour Alex !
    la signature rythmique n’indique pas la vitesse d’exécution du morceau. Je crois savoir qu’on l’indique en début de partition par la mention, par exemple “noire = 60”, ce qui signifie qu’il y a 60 noires par minutes et donc que le noire dure une seconde. Mais doit-on donner cette indication en prenant pour référence la figure de note indiquée au dénominateur de la signature rythmique du morceau ou l’indique-t-on toujours en prenant la noire ?

    Répondre

  • Djohonnon Jacques

    Ok j’ai bien lu les cours mais j’ ai un peu difficultés à pratiquer dans la vie active.

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *