La progression d’accords de l’amour: I I+ I6 I7

En prenant un accord majeur et en montant sa quinte de demi-ton en demi-ton, on obtient la progression I I+ I6 I7, une progression utilisée dans de très nombreuses ballades et chansons d’amour.

Introduction

C’est l’apocalypse. Vous allez vivre votre dernière nuit sur terre. Qu’est-ce que vous allez faire ? Une grande bouffe ? La fête ? Ou juste la même chose que d’habitude ?

Moi je vais vous dire ce que je ferrai :  je prendrai ma voiture pour déambuler dans la nuit noire, et je parcourrai des kilomètres pour retrouver celle que j’aime. Comme ça je pourrai lui dire que mon souffle lui appartient, mes battements de cœur aussi, et que même si le monde est en train d’être dévoré par les flammes, mon amour lui, brûlera pour elle pour l’éternité.

C’est beau hein ? Bon, par contre faut que je vous avoue un truc : ce n’est pas vraiment ce que je ferai… Non, ça c’est ce que ferait Billie Joe Armstrong, le leader du groupe Green Day, parce que c’est ce qu’il raconte dans sa chanson « Last Night on Earth ».

Last Night on Earth c’est vraiment la chanson d’amour par excellence, et ce qui fait qu’elle nous touche en plein cœur quand on l’entend, c’est bien évidemment ses paroles, mais c’est aussi son harmonie.

Parce que cette chanson elle a été construite à partir d’une progression d’accords bien particulière, qui a justement pour spécificité de sonner de façon romantique.

Alors justement c’est quoi cette progression d’accords de l’amour ? Comment est-ce qu’elle fonctionne ? Et quels sont les différents morceaux connus qui l’utilisent ? C’est ce qu’on va voir ensemble aujourd’hui.

I / La progression I I+ I6 I7

1) Présentation de la progression 

La progression utilisée dans Last Night on Earth, mais aussi dans de très nombreuses autres balades, c’est la progression I I+ I6 I7. Alors ça à l’air compliqué dit comme ça, mais vous allez voir c’est très simple.

Pour commencer, on va prendre un accord majeur, n’importe lequel. Par exemple, on va prendre l’accord de Do Majeur.

Ensuite, on va garder la fondamentale et la tierce de l’accord (donc ici le Do et le Mi), par contre la quinte on va la monter à chaque fois d’un demi-ton. Ce qui va nous donner Do Mi Sol#, puis Do Mi La, et enfin Do, Mi, Sib. Eh ben voilà, ça c’est justement la progression : I I+ I6 I7.

2) Détail de la progression

Alors pourquoi est-ce que cette progression s’appelle comme ça ? C’est très simple : chaque « sigle » nous renseigne en fait sur le type d’accord utilisé.

I c’est tout simplement parce qu’on a utilisé au début de la progression un accord de degré I. Dans l’exemple, on a utilisé l’accord de Do Majeur, qui est le premier accord de la gamme de Do Majeur.

I+ c’est pour signifier que cet accord de degré I est maintenant un accord augmenté. Et effectivement, en changeant le Sol de l’accord de Do Majeur par le Sol#, on passe de l’accord de Do Majeur à l’accord de Do Augmenté.

I6 c’est pour dire qu’on est maintenant en présence d’un accord de sixte. Parce qu’en montant encore la quinte d’un demi-ton, on tombe sur le La qui est situé à un intervalle de sixte du Do.

Et enfin I7 c’est pour dire que l’accord de degré I est maintenant devenu un accord de septième de dominante. L’accord de Do septième de dominante est formé des notes Do, Mi, Sol, Sib, et là puisqu’en montant encore d’un demi-ton tombe sur le Sib qui est la note caractéristique de l’accord de septième de dominante, on a décidé de chiffrer cet accord 7.

Donc pour résumer : la progression I I+ I6 I7 est obtenue en partant d’un accord majeur. (Accord de degré I d’une tonalité majeure). Ensuite, on monte uniquement la quinte de cet accord demi-ton après demi-ton, ce qui nous permet d’obtenir dans l’ordre : l’accord de degré I dans sa version augmentée, puis dans sa version « accord de sixte », et enfin dans sa version « accord de septième de dominante ».

3) Exemples d’utilisation

Du coup maintenant que vous avez compris la logique de cette progression, on va pouvoir reprendre le morceau de Green Day pour l’analyser.

On retrouve bien la progression I I+ I6 I7 en tonalité de La Majeur, ce qui nous donne la progression La Majeur, La Augmenté, La6 et La7.
.

.
Il y aussi le groupe Panic At the Disco qui a utilisé cette progression dans son morceau « Impossible Year ». Cette fois ci on est en tonalité de Fa Majeur ce qui nous donne les accords Fa Majeur, Fa augmenté, Fa6 et Fa7.
.

.
Ou encore, on la retrouve dans « N°1 Party Anthem » des Arctic Monkeys. On est en Sol Majeur ce qui donne la progression Sol Majeur, Sol Augmenté, Sol6 et Sol7.
.

.
Alors qu’est ce qui fait que cette progression fonctionne aussi bien ? Eh ben ça les amis, c’est ce qu’on va voir dès que vous serez abonnés à la chaîne Composer sa Musique avec la cloche des notifications. Ba oui, c’est à votre tour maintenant de me monter votre amour. Une relation ça se construit dans les deux sens. 😉

II / I I+ I6 I7 : pourquoi ça marche ?

1) De la stabilité et de la diversité

Si cette progression marche aussi bien, c’est d’abord parce qu’elle est stable. Tous les accords partagent la même fondamentale et la même tierce, ce qui créé une certaine cohérence. En fait dans l’absolu on a juste un accord de degré I qui est décliné sous plusieurs formes.

Mais en même temps, on a aussi du mouvement parce que la quinte de l’accord bouge. Donc on a et de l’équilibre qui fait que c’est harmonieux à l’oreille, et de la diversité qui fait qu’on ne s’ennuie pas.

En plus, le fait qu’il n’y ait que la quinte qui bouge, ça permet de la faire ressortir. Du coup, ça créé naturellement une petite mélodie qui reste en tête.

2) Un line cliché

Le fait de prendre un accord et de modifier uniquement l’une de ses notes de façon chromatique (c’est-à-dire de demi-ton en demi-ton), en composition c’est ce qu’on appelle un « line cliché ». (En français je pense qu’on pourrait traduire ça par un « cliché linéaire »).

Et donc si les lines clichés s’appellent comme ça, c’est justement parce qu’ils ont été énormément utilisés dans la musique populaire au cours des années 20 à 60, notamment dans les chansons d’amour.

Du coup puisqu’ils font partie intégrante du paysage musical, votre cerveau même si c’est inconscient à l’habitude de les entendre. C’est pour ça que dès qu’il les perçoit à nouveau dans un morceau, il trouve ça super satisfaisant.

Et enfin pour terminer cette vidéo en beauté, on va voir comment compléter cette progression I I+ I6 I7.

III / Compléter la progression I I+ I6 I7 

1) L’accord de degré IV

C’est simple : dans 90% des cas, ce que vous allez retrouver après une progression I I+ I6 I7, c’est un accord de degré IV.

C’est par exemple le cas dans Last Night on Earth : on retrouve l’accord de Ré Majeur, accord de degré IV de la tonalité de La Majeur.
.

.
Pareil, dans le morceau de Panic at the Disco, on retrouve l’accord de Sib Majeur, accord de degré IV de Fa Majeur.
.

.
Et c’est la même chose dans le morceau des Arctic Monkeys, on a l’accord de Do Majeur, accord de degré IV de Sol Majeur.
.

.
Pourquoi cet accord de degré IV en particulier ? Parce que comme on l’a vu, la progression I I+ I6 I7 termine sur un accord de septième de dominante. Or, cet accord contient le triton. Si on prend par exemple l’accord de La 7 qui est l’accord de La septième de dominante utilisé dans « Last Night on Earth », on retrouve le triton entre la tierce et la septième de l’accord. Do# / Sol c’est un triton.

Et ce triton a une sonorité super tendue qui appelle à être résolue. En fait on a la tierce le Do# qui appelle la note un demi-ton au-dessus le Ré, et la septième le Sol qui appelle la note un demi-ton en dessous le Fa#.

Or dans quel accord est-ce qu’on retrouve et le Ré et le Fa# ? Bah oui, dans l’accord de Ré Majeur qui est l’accord de degré IV de la tonalité.

Donc voilà pourquoi on retrouve souvent cet accord de degré IV après la progression I I+ I6 I7 : parce qu’il contient les notes permettant de résoudre la tension engendrée par le triton de l’accord de septième de dominante.

2) L’accord de degré ii

Alors juste une dernière petite chose pour la route : si on reprend notre exemple, on voit que les notes Fa et La de résolution, se trouvent aussi dans l’accord de Rém, qui est l’accord de degré ii de la tonalité.

Du coup, même si c’est plus rare, après une progression I I+ I6 I7, on peut aussi retrouver un accord de degré ii.

Il y a par exemple le morceau Baby Hold on de Eddie Money qui complète sa progression I I+ I6 I7 par un accord de degré ii. On est en tonalité de Ré Majeur, et après la progression Ré Ré+ Ré6 Ré7, on retrouve l’accord de Mi Mineur 7.
.

Conclusion 

Eh ben voilà les amis, vous avez tout ce qu’il faut maintenant pour composer vos propres chansons de lover.

Alors si ce nouveau format vous a plu, c’est-à-dire le fait que je prenne une progression d’accords connue pour la décortiquer et donner des exemples de morceaux célèbres qui l’utilisent, n’hésitez pas à me le dire en commentaires, et je le referai. J’ai déjà fait un article au sujet de la progression I V vi IV des 4 accords magiques, mais il y a beaucoup d’autres progressions à explorer donc ça peut être vraiment une série sympa. 😉

D’ailleurs en parlant de décortiquer la musique : n’oubliez pas : la meilleure formation en ligne qui existe pour apprendre le solfège, c’est ma formation Solfège Pratique. Et oui je dis ça parce que c’est la mienne, mais aussi parce que franchement elle déchire.

Toutes les vidéos sont progressives, vous avez juste à les suivre une à une pour progresser, les explications sont claires et il y a à chaque fois des exemples pour que ce soit concret. En plus elle a fait ses preuves parce qu’elle a déjà été suivie par plus de 1000 musiciens. N’hésitez pas à consulter leurs nombreux témoignages vidéo en cliquant ici.

Enfin bref, si vous voulez faire de vrais progrès dans votre pratique de la musique rejoignez nous. Vous trouverez toutes les informations concernant cette formation en cliquant sur le bouton ci dessous:

.

.

.

Sur ce les amis je vous à très bientôt pour de nouveaux tutos. Love.

Télécharger la vidéo et le PDF de l’article

Vous pouvez télécharger la vidéo et le PDF pour les avoir chez vous et en profiter quand bon vous semble en cliquant sur le lien suivant: cliquez ici pour télécharger la vidéo et le PDF de l’article


Partager l'article sur :


Articles similaires

Composer la partie batterie de votre chanson

Vous savez composer des mélodies extraordinaires mais vous êtes perdus lorsqu'il s'agit d'aborder la rythmique ? Vous vous demandez quels rythmes adopter pour structurer au mieux votre morceau ? Ne cherchez plus, toutes les réponses à vos questions se trouvent dans cet article ! Lire la suite…

Les gammes parallèles en musique: comment les utiliser ?

Deux gammes parallèles, ce sont deux gammes qui partagent la même tonique, mais qui sont de nature différente. (Par exemple Do Majeur et Do Mineur sont deux gammes parallèles). Cette proximité mais aussi cette différence qui existe entre les deux gammes les rendent particulièrement intéressantes à utiliser dans la pratique. Lire la suite…

Utiliser les dominantes secondaires: mode d’emploi

Si vous trouvez votre progression d'accords un peu terne, un moyen efficace pour la relever consiste à lui intégrer des dominantes secondaires. Alors qu'est ce qu'une dominante secondaire exactement ? Et comment les utiliser pour vos propres morceaux ?  Lire la suite…


3 commentaires


  • Calderara Didier

    Est-il possible de télécharger le résumé texte de la vidéo I I+. I6. I7 ?
    Cordialement.

    Répondre

  • Pollux

    Je suis toujours épatée par toutes les idées que tu nous transmets. La musique tu chéris et ton enseignement nous chéri en retour. C’est fou le travail investi à nous rendre la musique compréhensible et attachante. Bien sûr que j’en redemande. Merci Alex.

    Répondre

  • Philippe

    bonjour oui, perso je suis preneur pour cette proposition d exploration de progression d’accord s..
    en tant que débutant je suis preneur de tout ce qui peut me faire comprendre mieux la théorie..
    merci

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *