Qu’est ce que le tempo en musique et comment l’interpréter ?

En musique, le tempo est une pulsation qui correspond à la vitesse d’un morceau. Mais comment fonctionne le tempo exactement ? Comment est indiqué le tempo sur partition et comment l’interpréter ?

I / Qu’est-ce que le tempo en musique ?

1) Définition du tempo

Le tempo, c’est tout simplement la vitesse du morceau.

Un morceau au tempo élevé est donc rapide et un morceau au tempo bas est lent. Mais comment fonctionne le tempo exactement ? C’est ce qu’on va voir tout de suite.

2) Fonctionnement du tempo

a) Un battement régulier

Derrière chaque morceau, il existe un battement régulier (ou une pulsation), à l’image d’un cœur qui bat.

Je suis sûr que vous avez déjà perçu ce battement instinctivement. Par exemple, si vous hochez frénétiquement la tête d’avant en arrière sur de la grosse techno ou si vous tapez du pied en écoutant votre groupe préféré, vous suivez en fait inconsciemment le battement du morceau.

J’insiste bien sur le fait que ce battement se trouve derrière chaque morceau (à quelques très rares exceptions près), et qu’il est régulier. Entre chaque battement, il y a donc toujours la même durée.

Et justement, ce délai qui existe entre chaque battement c’est ce qu’on appelle « un temps ».

b) Une structure pour les rythmes

Le battement régulier du morceau sert de structure pour les rythmes. En effet, c’est autour de ces battements que vont venir se greffer les différents rythmes.

Par exemple, si dans un morceau noire est égale à un temps, alors on sait qu’on devra la jouer le temps d’un battement. Dans ce même morceau, la blanche devra être jouée le temps de deux battements, la croche le temps d’un demi battement etc.

(Pour plus d’informations sur les différents rythmes, je vous renvoie à mon article : « La valeur des notes de musique »).

c) Tempo et vitesse du morceau

Mais quel rapport entre tout ça et la vitesse du morceau ? Eh bien c’est très simple : le tempo va venir fixer la vitesse des battements du morceau.

Ainsi, plus un tempo est élevé, plus les battements sont rapides, et plus la durée « un temps » est courte. Les rythmes seront donc exécutés plus rapidement.

Au contraire, plus un tempo est bas, plus les battements sont lents, et plus la durée « un temps » est longue. Les rythmes seront donc exécutés plus lentement.

II / A quoi sert le tempo en musique ?

John Williams, l’un des plus grands compositeurs de musiques de films (c’est notamment lui qui est à l’origine des bandes originales du Seigneur des Anneaux, d’Harry Potter ou de Star Wars), a déclaré qu’avant d’écrire une seule note de musique, il définissait le tempo de sa composition.

Pourquoi ? Parce que le tempo permet de définir l’identité du morceau. En effet, un morceau au tempo rapide sera énergique, alors qu’un morceau au tempo lent sera beaucoup plus relax. (Vous avez déjà entendu une berceuse avec un tempo hyper rapide vous ?). ^^

Et par extension, le tempo permet aussi de définir le style d’une musique, puisque chaque genre possède un tempo caractéristique. Par exemple, les morceaux de reggea ont un tempo assez lent, alors que les morceaux de Drum and Bass ont un tempo beaucoup plus élevé.

III / Les indications de tempo

Bon, maintenant que savez ce qu’est le tempo et que vous connaissez son utilité, on va voir comment reconnaître les indications de tempo. Autrement dit, on va voir comment savoir quel tempo a été choisi dans un morceau.

1) Mouvements et BPM

Il existe deux grands types d’indications de tempo :

  • Les mouvements, qui sont des termes en italien indiquant l’allure du morceau
  • Et les BPM qui correspondent à une valeur chiffrée bien précise

Pourquoi est-ce qu’il existe ces deux façons d’indiquer le tempo ? Tout simplement parce que l’indication du tempo par BPM n’a été possible qu’à partir de l’invention du métronome en 1816. Avant cela, le tempo était uniquement indiqué par les mouvements.

Aujourd’hui, vous retrouverez sur partition le tempo indiqué tant en mouvements (surtout pour les partitions classiques), qu’en BPM, même si l’indication par BPM est quand même la plus fréquente.

Tempo indiqué en mouvement

Tempo indiqué en BPM

Parfois, vous pourrez même retrouver les deux en même temps car plus que de donner une indication de tempo, les mouvements donnent aussi des informations sur le caractère du morceau. Les compositeurs (même actuels) aiment donc les utiliser pour donner plus de précisions sur la façon d’interpréter leur œuvre.

Mouvement et BPM

2) Zoom sur les mouvements

a) Qu’est-ce qu’un mouvement ?

Comme on vient de le voir, les mouvements sont des termes en italien donnant des indications sur l’allure du morceau (est-ce qu’il est lent, rapide…) et son caractère (doux, vif…). (Un peu comme les nuances qui elles, donnent des indications sur le volume sonore du morceau).

Contrairement aux BPM qui donnent une vitesse précise du tempo, les mouvements indiquent seulement une idée générale de la vitesse à laquelle interpréter le morceau.

Il existe donc une certaine marge de manœuvre laissée à la libre interprétation du musicien. Même si évidemment, il ne faut pas non plus déconner. Le but, c’est quand même de respecter au maximum la volonté du compositeur. :)

b) Les principaux mouvements

Il existe une multitude de mouvements mais voici ceux que vous risquez de croiser le plus souvent. Je les ai classés du plus lent au plus rapide. (Et parce que je suis sympa, je vous ai aussi mis leur fourchette d’équivalence en BPM).

Tempos lents : Largo, Lento et Adagio

Tempos modérés : Andante, Moderato, Allegretto

Tempos rapides : Allegro, Vivace, Presto, Presstissimo

c) Indication de mouvement sur la partition

Vous retrouverez les mouvements en début de partition, juste au-dessus de la signature rythmique :

3) Zoom sur les BPM

a) C’est quoi les BPM ?

Depuis tout à l’heure je vous parle de BPM mais c’est quoi exactement ? Les BPM c’est une valeur qui indique le tempo exact du morceau.

Dans Dragon Ball, les Sayans possèdent un détecteur qui leur permet de connaître la force de leur adversaire en « unités ». Eh ben voilà, les BPM c’est ça : ce sont des unités mais au lieu d’indiquer la force d’un adversaire, ils indiquent la vitesse du morceau.  :)

b) Comment fonctionnent les BPM ?

« BPM », c’est l’acronyme pour « Bière Pression, Merci » euh, pour « Battements Par Minute » pardon.  :)

Comme leur nom l’indique, les BPM indiquent le nombre de battements qu’il y aura sur une minute de temps. Par exemple dans un morceau à 60 BPM, il y aura 60 battements sur une minute de temps. Dans un morceau à 120 BPM, il y aura 120 battements sur une minute de temps etc.

Pour l’anecdote, la fréquence cardiaque est aussi mesurée en BPM : on compte le nombre de fois où le cœur bat sur une minute de temps. (Je vous avais bien dit en début d’article que le tempo était semblable à un cœur qui bat). 😉

c) BPM et métronome

Une fois que l’on connaît le tempo du morceau, il suffit de prendre un métronome est de régler le bon nombre de BPM. Le métronome va en fait révéler au grand jour les battements du morceau. (C’est un peu comme des lunettes à rayons X qui permettent de voir les lasers de sécurité d’une salle qui garde un diamant). ^^

Ensuite, il ne vous restera plus qu’à voler le diamant exécuter les rythmes selon cette vitesse, car je le rappel, chaque battement de tempo (et donc par extension chaque battement de métronome) est égal à un temps.

Si vous voulez voir en détail comment exécuter parfaitement les rythmes, je vous renvoie à ma formation  en ligne « Solfège Pratique ».
.

.
C’est quoi Solfège Pratique ? C’est ma formation ultime pour tout savoir du solfège ! A son issue vous serez capables de lire les partitions, d’écrire la musique, vous maîtriserez le rythme bien sûr, mais aussi l’harmonie (la construction des accords, les gammes etc.). Bref vous connaîtrez tous les aspects de la théorie musicale ce qui vous permettra de passer un cap dans votre vie de musicien.

Pour tout savoir de savoir sur cette formation, cliquez simplement sur le bouton ci-dessous :

.

d) Indication des BPM sur la partition

Tout comme les mouvements, les BPM sont indiqués en début de partition au-dessus de la signature rythmique :


IV / Les changements de tempo

Dans la très grande majorité des cas, le tempo reste fixe tout au long de la chanson. Mais il n’est pas non plus exclu qu’il puisse changer au cours du morceau.

Dans ce cas-là, on distingue deux cas de figures :

  • Le tempo change brutalement au cours du morceau
  • Le tempo change progressivement au cours du morceau

1) Changement brutal de tempo

a) Dans le classique

Dans le classique, il n’est pas rare de trouver des changements de tempo au sein d’une même œuvre. En même temps c’est plutôt logique : à l’époque les morceaux étaient beaucoup plus longs. Ils étaient donc découpés en plusieurs parties qui possédait chacune leur propre caractère. Et justement, quoi de mieux qu’un tempo différent pour imprimer un caractère différent ?

Par exemple, la neuvième symphonie de Beethoven est découpée en quatre parties :

  • La première partie qui est Allegro
  • La seconde qui est Vivace
  • La troisième qui est Adagio
  • Et la quatrième qui est Presto

Et vous savez comment on appelle ces différentes parties dans le jargon ? Des mouvements. Oui, comme les mouvements de tempo. Coïncidence ? Je ne crois pas. 😉

Lorsqu’un morceau change de mouvement, le nouveau mouvement est simplement indiqué sur la partition :

b) Dans la musique contemporaine

Même si le changement brutal de tempo est plus rare dans la musique contemporaine (forcément avec des morceaux de 3 minutes formatés pour la radio ça laisse un peu moins de temps au changement), il existe parfois.

Par exemple, le morceau Bohemian Rhapsody de Queen est un véritable voyage musical composé de plusieurs sections. Il y a la section d’intro du morceau en a capella, la ballade, la partie opéra, la partie rock, et le coda. Et bien évidemment, chacune de ces sections possède un tempo différent.

What Makes Bohemian Rhapsody a Masterpiece - A Data Science Perspective | by Sarang Purandare | Medium

Là encore, le changement de tempo est indiqué sur la partition par un nouveau BPM :

2) Changement progressif de tempo

Enfin, le tempo peut changer progressivement au cours du morceau. Il peut accélérer petit à petit ou ralentir petit à petit.

Par exemple, le hit planétaire « Stairway to heaven » de Led Zeppelin voit son tempo accélérer petit à petit tout au long du morceau. Cela permet à la chanson de monter en puissance au fur et à mesure, pour se conclure sur un final en apothéose matérialisé par le solo de Jimmy Page.

Au contraire, le morceau de Franz Ferdinand « Take Me Out » ralenti progressivement entre ses couplets et son refrain. Cela permet d’arriver sur un refrain un peu plus groovy et dansant.

Les changements progressifs de tempo sont indiqués sur la partition par les mentions « Accelerando » (accélérer) et « Ritardando » (ralentir), suivies au besoin par « A tempo » (retour au tempo).

Vous trouverez ces mentions inscrites en toutes lettres sur la partition au niveau de la partie concernée. Pour ce qui est de la vitesse d’accélération ou de décélération, cela reste à votre libre interprétation.


Conclusion

Et voilà les amis ! Vous savez maintenant tout du tempo, ce pilier essentiel l’identité sonore d’un morceau. Si vous avez des questions par rapport aux notions abordées, n’hésitez pas à me les poser en commentaires de l’article.

Et comme vous le savez, pour maîtriser l’intégralité du solfège, ça se passe dans ma formation en ligne “Solfège Pratique”. Après cette formation, votre niveau en solfège sera tellement élevé que même Végéta n’arrivera pas à connaître votre puissance sur son détecteur. 😉

Pour connaître toutes les modalités de cette formation, cliquez simplement sur le bouton ci-dessous :

.

.
Télécharger le PDF de l’article

Si l’article vous a plu, vous pouvez télécharger le PDF pour l’avoir chez vous et en profiter quand bon vous semble :
cliquez ici pour télécharger le PDF


Partager l'article sur :


Articles similaires

Comment lire une partition (1/3): Lire les notes

Premier tutoriel (sur trois) pour apprendre à lire une partition. Dans cette première partie, nous allons voir les bases de la partition (portée, clés...), comment lire les notes en clé de Sol clé de Fa, et quel est le rôle des altérations (dièse, bémol, bécarre) en musique.  Lire la suite…

Comment lire une partition (2/3): les rythmes

Deuxième partie de ma série "Comment lire une partition ?". Cette fois ci, nous allons voir comment lire le rythme sur partition. Vous verrez les différentes figures de notes, les différentes figures de silences et le tempo. Vous pourrez ainsi maîtriser le rythme en musique! Lire la suite…

Comment trouver la tonalité d’un morceau de musique ?

Qu'est ce que la tonalité d'une musique ? A quoi ça sert de connaître la tonalité d'une musique ? Comment faire pour retrouver la tonalité d'un morceau que ce soit en analysant sa partition ou ses accords ? C'est ce que vous verrez dans cet article ! Lire la suite…


7 commentaires


  • Hertmanni

    Bonjour
    Dans une mesure à 5/ 8
    Notée par 1 er partie noire pointée puis un duo let de croches le rythme est clair et pour chanter le texte l accent fort est bien sûr le premier temps et le 4
    Mais dans une 2 e partie composée de 3 croches et d un duo let de croches
    Sans aucunes notations
    Doit on systématiquement considérer que les 3 premières croches sont un triolet??
    Si rien ne l indique

    Répondre

    • Alex

      Hello Hertmanni,
      En 5/8 tu es dans une mesure irrégulière composée d’un temps ternaire et d’un temps binaire. Donc ça m’étonnerait que les 3 premières croches de ta mesure soient un triolet de croches puisqu’à ce moment là de ta mesure tu es au niveau du temps ternaire. (Alors que le triolet de croches est un rythme qu’on ne retrouve que dans des morceaux binaires. Donc s’il est quelque part, c’est au niveau du deuxième temps de ta mesure).

      Répondre

  • Cassandra Cérès

    J’aime beaucoup la référence à Dragon Ball.

    Répondre

  • Gérard

    Salut Alex
    Il existe d’autres façons d’indiquer le tempo en BPM.
    Soit à la noire, à la blanche etc… Tu ne l’a pas abordé dans ton article.
    Bonne journée.
    Gérard

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *