Comment harmoniser une mélodie ? (Trouver les accords d’une mélodie)

Vous venez de trouver une mélodie géniale pour votre chanson. Soit. Mais maintenant, comment faire pour harmoniser cette mélodie ? Autrement dit, comment trouver les bons accords pour habiller cette mélodie ?  Découvrez le dans la suite de l’article !

Enfin ça y est !! Comme tous les lecteurs assidus de ce site, vous avez maintenant commencé à appliquer les différents conseils que j’ai pu prodiguer au sein de mes différents articles. Et après avoir lu mes articles « 5 méthodes pour composer une mélodie » et « Comment rendre la mélodie de votre chanson mémorable ? » vous avez pu obtenir votre première mélodie. 

Oui mais voilà : que faire maintenant que vous avez cette mélodie ? Comment trouver les bons accords qui vont venir l’habiller ? (Dans le jargon, ce procédé c’est ce qu’on appelle « harmoniser une mélodie« ). C’est justement ce qu’on va voir ensemble dans cet article.

Alors, pour harmoniser une mélodie, déjà il nous en faut une. Du coup, je vous propose qu’on harmonise ensemble la mélodie du morceau « Amazing Grace ».

La première étape, ça va être de retrouver la tonalité de cette mélodie.

Etape 1 : Retrouver la tonalité de la mélodie

Retrouver la tonalité de la mélodie, ça veut dire deviner la gamme à partir de laquelle elle a été construite. Comment est-ce qu’on fait pour savoir ça ?

C’est très simple: chaque gamme est caractérisée par son armure, c’est-à-dire ses altérations à la clé. Par exemple dans la gamme de La Majeur le Fa, le Do et le Sol sont dièses, donc on dit que cette gamme possède 3 dièses à la clé. Du coup, puisque chaque gamme possède sa propre armure, si on connaît l’armure, derrière on peut retrouver la gamme.

Donc très concrètement, pour retrouver la tonalité de notre mélodie, on va analyser ses altérations.

Dans notre mélodie on voit qu’il y a un dièse au niveau du Fa. Du coup on se pose la question : c’est quoi les gammes qui possèdent un dièse à la clé ? On regarde sur le cycle des quintes : un dièse à la clé c’est les gammes de Sol Majeur et de Mi Mineur. Parce que oui je le rappelle, il existe toujours deux gammes différentes, l’une majeure et l’autre mineure, qui possèdent la même armure. C’est ce qu’on appelle deux gammes relatives.

Donc notre mélodie est soit Sol Majeur, soit en Mi Mineur. Comment est-ce qu’on fait pour trancher entre les deux ? Pour ça c’est très simple : on va regarder au niveau de la première et de la dernière note de notre mélodie. Si à l’un de ces endroits on retrouve un Sol, on sera en Sol Majeur, et si on retrouve un Mi on sera en Mi Mineur. Pourquoi ? Tout simplement parce qu’un morceau commence et termine très souvent par son degré I.

Dans la première mesure on voit qu’il y a un Sol, du coup on en déduit que notre morceau est en Sol Majeur.

Alors pour ceux qui se poseraient la question, la première mesure de notre morceau correspond à ce qu’on appelle une anacrouse. C’est une mesure incomplète qui se trouve juste avant la première « vraie » mesure du morceau pour pouvoir le lancer, du coup on ne va pas la prendre en compte dans notre analyse.

Et puis si vous avez un doute, regardez les notes de la mélodie. On voit que ça gravite énormément autour du Sol, il n’y a aucun Mi qui a été utilisé, du coup c’est assez clair qu’on est en Sol Majeur.

Deuxième étape : maintenant qu’on a notre tonalité, on va harmoniser la gamme.

Etape 2 : Harmoniser la gamme

Je le rappelle, harmoniser une gamme ça veut dire créer à partir de chacune de ses notes un accord. Donc nous on va prendre la gamme qui correspond à notre tonalité, Sol Majeur et on va l’harmoniser.

Pour savoir comment harmoniser une gamme je vous renvoie à mon tutoriel sur le sujet, mais très rapidement : à partir de la note de la gamme, pour créer l’accord, on va prendre non pas la note qui arrive juste après dans la gamme, mais celle d’encore après (donc cette note ce sera la deuxième de l’accord qu’on appelle la tierce), et à partir de là rebelotte : on va prendre non pas la note qui arrive juste après mais celle d’encore après. (Et ça, ce sera la troisième note de l’accord qu’on appelle la quinte). Et ensuite on répète cette opération pour toutes les autres notes de la gamme.

Une fois qu’on a tous nos accords il ne nous reste plus qu’à les identifier. Pour ça c’est très simple, puisque les accords ont pour nom des notes de la gamme.

Par exemple, ici la première note de la gamme c’est un Sol, donc on sait que l’accord créé à partir de cette note est un accord de Sol. La deuxième note de la gamme est un La, donc l’accord créé à partir de cette note est un accord de La etc.

Et maintenant pour ce qui est de la nature de ces accords, c’est-à-dire est ce qu’ils sont majeurs, mineurs etc, ben là encore c’est très simple, puisque la nature des accords d’une gamme majeure est toujours la même.

C’est-à-dire qu’après avoir harmonisé une gamme majeure le premier accord qu’on obtient est toujours majeur, le deuxième et le troisième mineurs, le quatrième et le cinquième majeurs, le sixième mineur et le septième diminué.

A partir de là, puisqu’on a d’un côté le nom de nos accords et de l’autre leur nature, on obtient leur identité. Le premier accord de la gamme est un accord de Sol Majeur, le deuxième accord de la gamme un accord de La Mineur, le troisième accord un accord de Si Mineur, le quatrième un accord de Do Majeur, le cinquième un accord de Ré Majeur, le sixième un accord de Mi Mineur, et le septième un accord de Fa# Diminué.

Eh ben ces sept accords que l’on obtient, puisqu’ils sont tous issus de la tonalité, et que par définition les notes de la mélodie sont celles de la tonalité, vous pouvez être sûrs qu’ils vont super bien fonctionner pour l’harmonisation. Du coup pour habiller notre mélodie, c’est parmi ces sept accords qu’on va piocher.

Troisième étape, ça va être de définir les moments où on va placer nos accords.

Etape 3 : Déterminer quand jouer les accords

Bien évidemment, on ne va pas mettre un accord pour chaque note de la mélodie, sinon ça va être beaucoup trop lourd. Du coup il va falloir qu’on choisisse les moments où les placer.

Pour autant, il n’y a pas vraiment de règle fixe par rapport à cette question. Il existe plusieurs possibilités : il y a certaines personnes qui vont aimer des harmonisations épurées avec peu d’accords, alors que d’autres vont préférer en utiliser davantage. Ça c’est vraiment en fonction de vos goûts, et de ce que vous avez envie de faire passer dans votre morceau.

Personnellement ce que je vous conseille de faire, c’est de jouer ou de chantonner votre mélodie et de distinguer les notes fortes qui restent dans l’oreille, et les notes de passage qui servent juste de liant entre elles. Et donc vous l’aurez deviné, c’est sous les notes fortes qu’on va placer nos différents accords.

Par exemple pour notre mélodie si je la joue, bon déjà c’est sûr, le premier Sol reste dans l’oreille. Du coup je sais que vais placer un accord en dessous. Ensuite, je pourrais en placer un sous le Si de la troisième mesure, ça fonctionnerait, mais pour l’instant je vais choisir de rester épuré dans mon harmonisation et d’en mettre un seulement sous le Sol que j’entends vraiment, et bien sûr le Ré qui conclut la phrase musicale.

Et ensuite pour la deuxième partie de la mélodie, puisque c’est quasiment la même chose, on voit que c’est un motif qui se répète, je vais faire pareil : je vais en mettre un sous le Sol et un autre sous le Ré.

Alors bien sûr, tout ça c’est à titre indicatif, c’est seulement pour nous donner des directions dans notre travail. Du coup rien ne nous empêche plus tard d’ajuster notre harmonisation en ajoutant, ou même en enlevant des accords. On verra bien au feeling.

Et enfin, la quatrième et dernière étape, ça va être de choisir nos accords.

Etape 4 : Choisir les accords

Grâce à l’étape 2, on a sélectionné les accords qui vont bien sonner avec notre mélodie. Du coup pour cette étape la question qu’on va se poser c’est : quand on doit jouer un accord, quel est l’accord parmi les sept de la gamme qu’on va choisir ?

Pour être sûr que ça fonctionne il y a une technique très simple : on va choisir un accord qui contient la note de la mélodie.

Par exemple, pour notre premier accord, on voit qu’il doit être joué en même temps qu’un Sol.

Du coup dans notre gamme, on va regarder les accords qui contiennent la note Sol. Il y a l’accord de degré I Sol Majeur (le Sol est la première note de l’accord), l’accord de degré IV Do Majeur (on retrouve le Sol au niveau de la dernière note de l’accord), et l’accord de degré vi Mi Mineur (le Sol est la tierce de l’accord).

Les trois possibilités vont marcher, c’est juste que chaque accord va apporter sa propre couleur au morceau. Du coup ce que je vous conseille de faire, c’est de jouer à la suite ces trois accords sur la note et de sélectionner à l’oreille celui qui vous plaira le plus.

Personnellement je vais choisir le premier accord, l’accord de  Sol Majeur, car c’est celui que je préfère. En plus c’est l’accord de degré I, donc en début de morceau ça permet de bien installer la tonalité.

Ensuite pour notre deuxième accord, on a une nouvelle fois un Sol, donc là encore on va choisir entre Sol Majeur, Do Majeur et Mi Mineur.

Cette fois ci, je ne vais peut-être pas prendre Sol Majeur pour changer un peu (même si ça fonctionnerait), donc j’essaye. Ok, les deux sont cool mais je crois que je préfère Do Majeur donc je vais partir là-dessus.

Troisième accord, on a la note Ré.

Quel accord contient le Ré dans notre gamme ? On a l’accord de degré I Sol Majeur (le Ré c’est la quinte de l’accord), l’accord de degré iii Si Mineur (le Ré se situe au niveau de la tierce), et l’accord de degré V Ré Majeur (le Ré est la fondamentale de l’accord). Ce qui nous donne une nouvelle fois trois possibilités.

D’ailleurs petite parenthèse: pour chaque note de la mélodie, vous trouverez à chaque fois trois possibilités d’accords dans la gamme. Et vous remarquerez aussi que dans ces accords, la note de la mélodie se trouve à chaque fois dans une position différente.

Par exemple, pour habiller le Sol, on a vu que les trois possibilités c’était l’accord de Sol Majeur, Do Majeur et Mi Mineur. Dans l’accord de Sol Majeur le Sol c’est la première note de l’accord, la fondamentale, dans l’accord de Do Majeur c’est la troisième note de l’accord la quinte, et dans l’accord de Mi Mineur c’est la deuxième note de l’accord la tierce.

Pareil, pour habiller le Ré nos trois possibilités d’accord c’était Sol Majeur, Si Mineur et Ré Majeur et on voit que dans l’accord de Sol Majeur, le Ré c’est la quinte, dans l’accord de Si Mineur c’est la tierce, et dans l’accord de Ré Majeur c’est la fondamentale.

Et c’est justement en partie parce que dans ces accords la note de la mélodie occupe une fonction différente, que chacun d’entre eux va apporter une couleur différente au morceau. Fin de la parenthèse. 😉

Pour en revenir à notre harmonisation, après avoir testé les différentes possibilités à l’oreille, j’ai cette fois ci choisi d’utiliser l’accord de Ré Majeur.

Puis, j’ai répété ce même principe pour terminer l’harmonisation de la mélodie. Au final j’ai choisi l’accord de Sol Majeur exactement comme tout à l’heure pour habiller le Sol, et l’accord de Ré Majeur pour terminer le morceau.

Etape bonus: Les différentes possibilités d’harmonisation

Alors bien évidemment, j’aurais pu avoir un résultat complétement différent si j’avais choisi d’autres accords de ma gamme ou si j’avais ajouté quelques accords supplémentaires pour agrémenter mon harmonisation. Voilà par exemple un autre exemple d’harmonisation de la mélodie :

La composition c’est quelque chose de très libre, donc surtout n’hésitez pas à tester différentes choses et à vous amuser.

Enfin pour terminer, vous remarquerez aussi que pour cette harmonisation, j’ai seulement choisi des accords à trois sons qui font partie de la gamme. Mais bien évidemment, rien ne vous empêche d’utiliser d’autres formes d’accords comme par exemple les accords de septième, et des accords qui n’appartiennent pas à la tonalité. Voilà par exemple ce que ça pourrait donner avec des techniques un peu plus avancées d’harmonisation :

D’ailleurs, si vous voulez apprendre ces techniques, je ne peux que vous conseiller de suivre ma formation en ligne « Compositeur Autonome ». Compositeur Autonome c’est ma formation étape par étape pour vous apprendre à écrire vos chansons.

Dedans on voit comment trouver des idées pour vos morceaux, comment démarrer concrètement vos compositions, comment trouver des progressions d’accords efficaces, des mélodies qui restent en tête, comment développer un fragment musical pour en faire un morceau complet, bref la totale.

Vous trouverez toutes les informations concernant cette formation en cliquant sur le bouton ci-dessous:
.

.
Eh ben voilà les amis, j’espère que vous y voyez maintenant un peu plus clair sur l’harmonisation d’une mélodie. Comme d’habitude si vous avez des questions n’hésitez pas à me les poser dans les commentaires de l’article, quant à moi je vous dis à très bientôt pour de nouveaux tutos. 😉

Télécharger le PDF de l’article

Si l’article vous a plu, vous pouvez télécharger le PDF pour l’avoir chez vous et en profiter quand bon vous semble :
Cliquez ici pour télécharger le PDF

.
Je sais que c’est difficile…

Alors pour vous aider, vous pouvez découvrir le guide « Composer sa chanson de A à Z« , ma bible de la composition de plus de 231 pages qui vous explique comment créer votre chanson à partir de 0, de A à Z et étape par étape. J’y consacre même un chapitre entier sur la façon de lier efficacement votre accompagnement et votre mélodie.

Partager l'article sur :

50 réponses

  1. bon article.. mais j’aurais tout de même une question car harmoniser do-ré-mi-fa-sol-la-si n’est compliquer pour personne, par contre harmoniser une mélodie tel que sol-solb-fa-mi-ré#-ré par exemple ca devient un peu plus complexe, nous avons 12 demi-tons il me semble non? alors pourquoi je composerai qu’avec 7 d’entre eux? Je fait cette remarque car quand je trouve une mélodie en chantant ou en sifflotant souvent en la jouant au clavier je m’aperçoit qu’à des passages il y à par exemple 4 demi-tons enchaînés. Ca peut être de passage courts sans changer de tonalité et parfois je passe d’une tonalité à l’autre et la ca devient assez chaud en faite (surtout quand j’essai de faire du jazz avec des accords de septième pour le plane –‘)

    Donc ma question: Comment harmoniser une mélodie en modulant?

    un petit exemple au cas ou certains se demanderaient de quoi je parle, ou comment 4 demi-tons à la suite peuvent être beau dans une mélodie.
    https://composer-sa-musique.fr ( Danny efman; waltz to the Death)
    ou La Lettre à Elise tout simplement

    1. Salut Florent !

      C’est une très bonne question. Je vais d’ailleurs publier prochainement un article faisant suite à celui ci en expliquant comment harmoniser en changeant de tonalité.

      Après il faut faire attention aux principes de la théorie musicale: Exact tu as bien 12 demi tons différents, cependant, dans cet article je ne me cantonne pas qu’à 7 d’entre eux. Harmoniser dans une même tonalité ne veut pas forcement dire utiliser des notes sans altérations comme « Do Re Mi Fa Sol La Si et Si » ! Dans cet article j’ai pris l’exemple d’une tonalité en Do Majeur où c’est effectivement le cas, mais c’est tu prend une autre tonalité qui aura une armure différentes (genre Mi Majeur), la tu auras des notes avec des dièses et des bémols. 😉

      Mais pour répondre à ta question : pour harmoniser une mélodie en modulant tu peux déjà prendre la mineure relative de la gamme. Tu peux aussi t’appuyer sur les tons voisins et chercher les notes « pivots » (mêmes notes partagées par deux tonalités différents) pour t’aider à passer aisément d’une tonalité à l’autre.

      Voila, j’espère avoir pu t’aider. 😀

  2. Remarques pertinentes
    Conseils utiles
    Démarche intéressante
    Simplicité des explications
    Tout est a prendre dans les exemples
    L inspiration n à plus qu a bien se tenir …
    Merciiiiiii

  3. Bonjour!
    J’ai fait du piano pendant neuf ans, mais je désespère lorsque je dois accompagner des chansons (variété, style La Seine de Vanessa Paradis).
    Comment trouver des rythmes différents et ne pas tomber dans la monotonie?
    Auriez-vous quelques conseils?

    En tout cas merci et bravo pour ce site!!

    1. J’n’ai pas d’conseil mais qu’un mot, l’éclectisme!

      Quand elle aura dansé sur de l’Afrobeat, du Forró, de la Drum&Bass et The Trooper d’Iron Maiden, t’inquiètes qu’elle groovera, Vanessa!

  4. Je suis surpris qu’il faille aussi peu de connaissances pour mettre des accords sur une melodie?
    autrement dit les degrés 1/4/5 en accords suffisent pour accompagner alors que si je regarde une partition il me semble qu’il y a une diversité beaucoup plus importante.
    Je suis quand même content de votre site qui me permet d’acquerir des certitudes vis à vis de la musique
    Merci

  5. Excellent Alex,

    Petite erreur de base à corriger, une lichette de réflexion.
    Comment font-ils pour que leur mélodie soit retenue par plusieurs générations?
    Etre diffusé suffit amplement. Quand un chinois pond une mélodie, même moyenne, si le pays la soutient, elle sera connue dans le monde entier parce que promu et portée par un milliard d’individu. Quand en 1963 une chanson anglaise (une des première puissance mondiale) est propulsée par les États-Unis, tout le monde apprend la mélodie pour être à la page.
    Certaines chansons sont connues dans le monde entier et dans plusieurs langues, comme l’Ave maria, simplement parce qu’il a fallu les apprendre pour se sentir appartenir (aux Chrétiens par exemple). Souvent en les apprenant on se rend compte qu’elles sont belles. Combien de mélodies créés par les indiens sont tombées dans les oubliettes.
    En gros et malheureusement, la puissance de la langue, du pays, du combat, l’opportunité et les moyens de promotion faussent la réalité de la qualité d’une mélodie. Mais peu importe, le plaisir d’apprendre et de te lire reste intact.

    1. Bonjour Tchal,

      Merci pour ta réflexion ! Tu as raison, la puissance de diffusion et de communication est un facteur à ne pas négliger. Mais heureusement (et c’est là ou je ne serai pas totalement d’accord avec toi) ça ne fait pas tout. Malgré notre époque propice aux diffusions de masses (j’en ai déjà assez parlé dans un autre article ;)) je reste persuadé qu’une bonne chanson peut se suffire en elle même pour être connue. La communication joue, c’est clair mais ça ne fait pas tout. C’est un des facteurs de réussite, mais ce n’est pas LE facteur.

      C’est un peu comme si tu disais que la réussite d’un restaurant ne dépendait que de sa capacité de livraison. Alors c’est clair, des chaînes comme Mc Do vont inonder le marché mais est ce pour autant une raison suffisante pour ne plus faire de cuisine gastronomique ? 😉 Je trouve justement qu’il est important de se démarquer par sa qualité, surtout dans une époque comme la notre ou l’on est submergé par l’information. Si tu proposes quelque chose de bon, ça se détachera plus facilement et ça en aura que plus d’écho. 😉

    2. Il y a un autre effet. Les chansons qui se propagent peuvent tout simplement être des bonnes chansons. Si l’Ave Maria est très connue, ça peut être parce qu’elle parle à beaucoup de gens, et pas forcément qu’ils veulent se sentir appartenir. Mais évidemment, ceux à qui ça ne parle pas la connaîtront quand même car c’est celle là qui circule le plus.
      Ensuite, si on dit que dans une population il y a en moyenne 1% de compositeurs, alors dans un pays de 70 millions d’habitants, il y aura 700 000 compositeurs, alors que dans un pays de 1 milliard d’habitants il y aura 10 millions de compositeurs, et donc d’autant plus de bonnes chansons produites. Le nombre de bonnes chansons n’est peut être pas tant lié à la possibilité de les faire circuler mais aussi à la capacité de les produire.

  6. Très bon article. Merci, mais moi je suis en secondaire 1, j’ai fait mon primaire dans une maîtrise musicale où j’ai eu une formation professionnelle en musique, et ( sans vouloir me vanter ) vraiment avancée comme je suis, je manque d’idée pour mes compositions et au delà de ces trucs de base, je voulais savoir s’il était possible d’avoir d’autres techniques plus approfondies. surtout que je compose des sonates et des préludes mélancoliques et j’aimerais avoir des trucs pour « mineur harmonique » si possible.

    Merci ! 😉

    1. Bonjour Alex
      Bravo pour votre site!
      Je fais du violon alto depuis plus de 30 ans et je m’essaie à la composition.
      J’ai le logiciel Finale pour cela. Je le trouve assez sympa même si très compliqué d’utilisation ( je n’utilise que très peu de fonctionnalités ).
      En revanche, pourriez vous m’aider pour la mise en place d’un clavier MIDI sur Finale directement? Est ce que cela marche? Faut il un logiciel en Plus?
      Merci et bravo en tout cas

  7. Salut

    Auto didacte depuis maintenant 4 ans à la guitare, je commençais sérieusement à stagner de par mon manque de motivation à passer par l’apprentissage du solfège… Le fait est que grâce à toi et ton blog que j’ai découvert le mois dernier, j’ai fais des progrès fulgurant dans tous les domaines qui me paraissaient inaccessible avant. Alors en un mot : MERCI !!!

  8. Remarquable tes articles. Tu vois, je viens à peine de commencer à me lancer dans la musique, pour le plaisir, et bah tu peux être sûr que ton travail de vulgarisation et de méthodologie m’est d’un grand secours. A cela s’ajoute une pointe d’humour et d’ironie juste comme il faut.
    Merci encore.
    Continue à nous faire partager tes lumières, c’est vraiment excellent !

  9. Bonjour Alex,

    Est ce que tu as d’autres « techniques pirates » (à la main gauche notamment) pour enrichir les accords (rythmes, arpèges….) pour créer des effets plus intéressant que simplement en jouant les accords ?

    Merci !!!

  10. Bonjour ! je suis étudiante en secondaire 4 à l’école Joseph-François Perrault (je sais pas pourquoi je le précise tout le temps .-.)
    Je fais énormément de musique classique à l’école mais je suis une adepte du hard rock ^^ »
    j’aimerais commencer a composer autre chose que des piecettes (non, étude c’est plus juste) pour instrument solo et des arrangements de piece classique…
    Je compose beaucoup de paroles, mais quand viens le temps d’y mettre une mélodie, je fige…j’aimerais composer pour band (rock) mais je ne sais vraiment pas comment my prendre…Faire un accompagnement ça va, une mélodie aussi, le problème, c’est que ce n’est pas une mélodie satisfaisante…ça ressemble plus a de la gamme chromatique qu’autre chose -.-

    comment débloquer ??!!

  11. J’ai acheté ton livre composez de A à Z , je trouves qu’il est très bien fait !

    Même si tu ne parles pas des modes des gammes mineurs.

    Cependant je me demandais comment harmoniser un mode mineur d’une gamme majeur ?

    J’ai une mélodie , que je ne parviens pas à harmoniser ! Peut être un petit manque d’inspiration aussi …

    Pour l’exemple ma mélodie est écrite en Sol# Phrygian et pour les notes en voici un extrait :

    https://composer-sa-musique.fr

    Donc ma question est : Comment harmoniser un mode ?

  12. Salut je suis vraiment en train de bloquer j’ai trouvé la mélodie et les paroles et je sais pas comment faire pour l’accompagnement alors que je fais du solfège et je suis très forte, s’il te plaît ! HELP ME !

  13. super article !!! merci beaucoup il est vraiment clair je joue du piano depuis 3 ans et suis incapable de composer ou même de rejouer un morceau à l’oreille et je souhaite enrichir mes connaissances sur ce sujet, je vais essayer d’appliquer ton tuto !!

  14. Bonjour à tous et à toutes
    Tout d’abord félicitation pour ce site et pour les conseils prodigués. Je suis persuadé que cela doit en aider plus d’un pour comprendre les méandres de la musique et la composition…..
    Je n’ai pas lu votre livre « la composition de A à Z donc je m’abstiendrai de tout commentaire.
    Je vais tacher de me le procurer et ensuite je reviendrai vers vous.
    Etant musicien (membre de la sacem) j’ai une longue expérience en tant qu’arrangeur et peut être que je pourrai vous donner quelques trucs de métier utiles à vos visiteurs…..
    Comme la construction des accords de passage.
    Créer une mélodie à partir d’un texte etc etc…;

    A très bientôt

    Francis

  15. ADMIRABLE DE SIMPLICITE !
    J’ai travaillé l’harmonie avec Yvonne Desportes, grand prix de Rome. C’était d’un compliqué !
    Merci !

    Louis Mélennec de Beyre, chanteur professionnel

  16. Formidable article. De mn côté je voudrais savoir comment insérer les septièmes, les diminués, les augmentées et des accords conme hors tonalité.

  17. Bonjour monsieur vraiment merci bien pour vos ckurs et vos astuce. Mais j’aimerais poser une question j’aimerais savoir comment créer une mélodie lorsque l’on se retrouve devant une chanson . mercj bien

  18. si je peux vous proposer une solution, c’est celle-ci.

    Pour harmoniser une mélodie, ne faut il pas 2 choses?

    la première ce sont les règles: par exemple ajouter une tierce a chaque note, l’harmonisation etc.

    et la deuxième

    modifier les notes pour correspondre à un style de musique, ou bien les moduler en fonction de ce style, ou en plus mettre le type de son qui correspond a ce style.

  19. Bon ,c’est Philippe, et en travaillant sur l’harmonisation à la tierce supérieure, je me demande (dans l’exemple)si ce n’est pas un Fa plutôt qu’un Mi…Sinon ça sonne comme un Sol6 ou un Mim7…Non ?

    1. Si tu pars d’un Do Philippe, tu atterris forcément sur un Mi. Sinon, par définition tu ne respectes pas l’intervalle de tierce. Après, il faut effectivement faire attention aux altérations inhérentes à ta tonalité. N’hésite pas à lire mon article « l’harmonisation des gammes » pour plus d’informations sur ce sujet. 😉

      1. Composer un accompagnement à partir d’une mélodie
        III / Et une technique pirate pour la route !
        Désolé mais la mélodie fait Mi Ré Do Si Mi…
        L’harmonisation à la tierce supérieur est donc Sol (Fa) Mi Ré Sol…
        Et si l’on regarde on lit un Mi Et non un Fa … écart Ré Mi (un ton) …
        Je pense donc que c’est une faute de frappe…Voilà c’est tout qu’est-ce que je voulais dire et « Cyril » serait d’accord avec moi….Je lis tout ce que tu écris et fais les exercices et çà m’aide à éclaircir beaucoup de choses, sauf le guide gratuit qui reste inaccessible….J’ai entre autre fait des mélodies pour Allain Leprest (vocé à mano avec Richard Galliano) et emmanuel Lods (cul-cul) ….Merci à toi…Philippe Biais.

  20. moi j ai un korg 500 et je joue presque tous les soir cher moi, mais pour les chansons que je joue avec mon syntètiseur; l accompagnement sais pas sa, sa sonne psa bien des probleme accompagnement qui correspond pas vraiment:trop grave ou trop ègu!moi c est beaucoup annès 70/80…part exemple laisse moi t aimer de mike brand sais pas vraiment son accord que je n arrive pas a truover ;;;;:merci d avance pour vos conseille.

  21. Bonjour, si je compose une mélodie en tonalité de sol, je peux facilement reproduire cette mélodie si je la joue sur un piano par exemple, mais si je la chante qu’est ce qui me prouve que je chante bien dans la tonalité écrite ? À moins d’avoir l’oreille absolue, ce qui n’est pas mon cas, bien que je chante juste il me semble !
    Merci pour votre réponse !

  22. Salut Alex,

    Tout d’abord merci pour le travail fourni sur le site!
    Je suis beatmaker, et j’ai décidé de m’intéresser un peu à la théorie, car je ne maitrise aucun instrument. J’ai par contre « l’oreille musicale », ce qui m’apporte certaines facilités, mais il m’arrive souvent de me retrouver limité.
    J’ai lu ta synthèse très intéressante (et très digeste) sur le solfège, et ça m’a permis d’y voir un peu plus clair… (je n’ai évidemment pas pu tout mémoriser).
    Pour mieux visualiser le contenu de la synthèse, j’ai transposé les interlignes, notes, etc aux notes de piano. Cela me parlait mieux que cette multitude de notes sous forme de points (sacrilège je sais) et j’y vois un peu plus clair sur mon mini clavier midi.
    Je compose un peu donc mon inspiration est sans doute fort limité vu mon manque de connaissance. Mais je sample également beaucoup et j’aime bien jouer des mélodies par dessus et c’est là que je pense que la théorie musicale pourrait m’être vraiment utile, mais c’est aussi là que les codes du solfège me bloquent un peu…
    Aurais-tu des conseils à ce niveau-là? Qu’est-ce qui serait pour moi le plus intéressant à découvrir?
    J’espère que tu auras le temps de répondre à mon questionnement…
    Merci d’avance!

  23. Merci ! Ayant une formation classique, les explications sont suffisamment claires pour moi et c’est très simple. A nous d’enrichir tout cela comme vous le dites si bien. Merci pour votre pédagogie et votre générosité.

  24. Salut Alex

    Merci pour ce travail clair et facile à comprendre.

    J’ai une ptite question :

    Quand tu dis :
    « Le premier accord de la gamme est un accord de Sol Majeur, le deuxième accord de la gamme un accord de La Mineur, le troisième accord un accord de Si Mineur, le quatrième un accord de Do Majeur, le cinquième un accord de Ré Majeur, le sixième un accord de Mi Mineur, et le septième un accord de Fa# Diminué. »

    J’ai tenté de retrouver cela par moi même et j’en ai déduis que pour retrouver cela, il suffit de prendre notre note dans notre gamme, d’empiler les tierces sur un clavier pour construire notre accord et de regarder si la tierce est mineur ou majeur.

    Mais je n’arrive pas à retrouver comment on en arrive à dire par exemple : l’harmonisation du « la » de la gamme de sol mineur est ni majeur ni mineur mais : diminué.

    (Sans connaitre ton texte par coeur )

    Merci pour ton éclairage.

  25. Bonjour,
    Article très intéressant Merci beaucoup !
    J’ai voulu avoir le PDF de l’article, mais le lien que j’ai reçu concerne un autre article, sur la même thème soit, mais différent.
    Par exemple : là, l’étape I s’appelle « retrouver la tonalité de la melodie » or sur le PDF c’est « qu’est-ce que l’harmonisation ». Le texte est différent, les exemples sont différents, tout est différents en fait. Ça concerne le même sujet mais en moins détaillé, plus condensé.
    Donc je suis un peu déçue car ton article est bien plus complet que le PDF.
    Bon, c’est quand-même hyper gentil de nous partager tes connaissances

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *