Les modes en musique (1/4): Qu’est ce qu’un mode et à quoi ça sert ?

Énorme dossier pour enfin tout comprendre des modes. Dans cette première partie, nous verrons ce qu’est un mode, quelle est la différence entre une gamme et un mode, et à quoi servent concrètement les modes musicaux.

.
Introduction

Ah, les modes… En voilà un vaste sujet. Si vous êtes musiciens, vous en avez forcément entendu parler au moins une fois. Peut-être que vous en avez pris connaissance en lisant un bouquin de solfège, ou grâce à un prof de musique, ou encore en écumant le net à la recherche de ressources musicales.

Qu’importe la manière dont vous avez été amené aux modes musicaux, vous savez qu’ils sont importants. Vous savez qu’ils constituent l’un des piliers de la théorie musicale et qu’il convient de ce fait de les maîtriser. Oui mais voilà : malgré vos nombreuses tentatives, vous n’avez jamais compris ce dont il s’agissait réellement. Et pire encore, vous n’avez jamais vraiment compris leur utilité. D’accord il faut connaître les modes, mais pourquoi faire ? A quoi est ce qu’ils servent concrètement ? Comment les utiliser ? Et en quoi les connaître fera de vous un meilleur musicien ?

C’est à toutes ces questions que nous tenterons de répondre au sein de ce dossier. Et oui je parle bien de « dossier » car pour faire le tour du sujet, je vais publier pas moins de quatre articles sur les modes ! Cette première partie fera office d’introduction générale. Elle vous présentera ce que sont les modes et leur utilité. Dans une seconde partie, nous verrons en détail les sept principaux modes musicaux. Dans une troisième partie, nous verrons comment construire n’importe lequel de ces modes et dans la quatrième et dernière partie, nous verrons comment les utiliser concrètement pour composer et improviser.

Bref, comme vous le voyez c’est un vaste programme qui vous attend. Alors certes, vous allez avoir pas mal de lecture, mais au moins après ça les modes n’auront plus aucun secret pour vous. Et entre nous, il fallait au moins ça pour traiter en profondeur ce sujet qui pose tant de problèmes aux musiciens.  ;)

Petite mise en garde avant de commencer : La notion de « mode » étant assez avancée en théorie musicale, je vous conseille d’abord de maîtriser les concepts d’intervalles, de gamme majeure, de gammes mineures et d’harmonisation des gammes avant de vous plonger dans la lecture de ce dossier.

.
Partie 1 : Qu’est-ce qu’un mode et à quoi ça sert ?

I / Qu’est-ce qu’un mode ?

1) Définition du mode

Les modes sont construits à partir des gammes. Je dirais même plus : les modes correspondent à des gammes qui ont été modifiées. Pour bien comprendre ce qu’est un mode, je vous propose donc de prendre une gamme dans un premier temps. Et tant qu’à faire, autant prendre la plus simple et la plus connue de toutes : la gamme de Do Majeur.

La gamme de Do Majeur dans toute sa splendeur (amis de la poésie et de la rime bonsoir)

Comme vous le voyez sur ce schéma, la gamme de Do Majeur est composée des notes « Do, Ré, Mi, Fa, Sol, La, Si, Do ». Maintenant, prenons cette gamme mais faisons-la commencer par une note différente de celle d’origine : par exemple sa seconde note (le Ré). Voilà ce que l’on obtient :

Autre exemple ? Aller. Reprenons notre gamme de Do Majeur et commençons-la cette fois ci par sa quatrième note (le Fa). Voilà ce que l’on obtient :

Rien de très compliqué n’est-ce pas ? Eh bien figurez-vous que ces deux suites de notes que l’on vient d’obtenir (« Ré, Mi, Fa, Sol, La, Si, Do, Ré » et « Fa, Sol, La, Si, Do, Ré, Mi, Fa ») correspondent en fait à des modes de la gamme de Do Majeur. Un mode, ce n’est donc ni plus ni moins qu’une gamme commencée à partir d’une note différente que celle qu’elle a « normalement » à l’origine. Pour le dire autrement (et de façon plus conventionnelle), un mode est obtenu à partir du moment où une gamme est commencée par autre chose que sa tonique.

2) Les 7 modes de la gamme

Dans notre premier exemple, on a commencé notre gamme de Do Majeur par sa seconde note (le Ré). On a donc obtenu le mode n°2 de la gamme, que l’on appelle aussi mode de Ré ou mode Dorien. (On reviendra sur le nom des modes dans la seconde partie de ce dossier).

Oh yeah, voici le mode de Ré (et une autre rime pour la route)

Dans notre second exemple, on a commencé la gamme de Do Majeur par sa quatrième note (le Fa). On a donc obtenu un autre mode de la gamme de Do Majeur. En l’occurrence, le mode n°4 aussi appelé mode de Fa ou mode Lydien.

Et voilà le mode de Fa ! (On ne m’arrête plus)

Et donc puisque qu’une gamme est constituée de sept notes différentes, vous en déduisez logiquement qu’il est possible d’obtenir sept modes différents à partir d’une gamme : un mode à partir de chacune de ses notes. (Pour être tout à fait précis, une gamme peut donner naissance à 6 modes différents puisque le mode n°1 correspond en fait à la gamme en elle-même).

Les 7 modes de la gamme de Do Majeur

3) Différence entre gamme et mode

Maintenant que vous avez bien compris ce qu’était un mode, vous allez surement me dire :

D’accord je veux bien Alex, mais concrètement ça change quoi ? Car même si tu as changé le point de départ de la gamme, ses notes restent les mêmes. Par exemple même si tu joues le mode n°3 de la gamme de Do Majeur (Mi, Fa, Sol, La, Si, Do, Ré, Mi), fondamentalement tu es toujours en présence des notes « Do, Ré, Mi, Fa, Sol, La, Si, Do ». Donc au final, ça ne change pas grand-chose non ? 

Eh bien détrompez-vous : ça change absolument tout. Pour vous en convaincre, je vous propose d’en faire l’expérience : prenez votre instrument et jouez votre gamme de Do Majeur. C’est fait ? Bien. Maintenant, jouez le mode 3 de cette gamme, c’est-à-dire les notes « Mi, Fa, Sol, La, Si, Do, Ré, Mi ». Alors ? Qu’en pensez-vous ? Ce n’est pas la même chose n’est-ce pas ? Si vous avez bien fait l’exercice, vous remarquerez que la gamme de Do Majeur sonne de façon plutôt joyeuse, alors que le mode de Mi a une sonorité plutôt triste et hispanique.

Comment est-ce possible ? Comment est-ce qu’un simple changement de tonique a pu avoir autant de conséquences ? Tout simplement parce qu’en décalant les notes de la gamme, vous décalez aussi sa structure. C’est un peu comme au Rubiks Cube : en décalant votre face d’un cran, vous changez fatalement toutes les couleurs de cette face. Votre mode se retrouve donc doté d’une toute nouvelle structure qui n’a plus rien à voir avec celle de la gamme d’origine. Petite explication de cette notion à l’aide de schémas :

1) On part de la gamme de Do Majeur

2) On construit le mode n°3 de cette gamme en définissant le Mi comme tonique

3) Au final, la structure du mode n’a plus rien à voir avec celle de la gamme d’origine

Or qui dit changement de structure dit aussi changement de sonorité. Car en musique, ce qui définit la sonorité d’une gamme, d’un accord, ou d’un mode, ce n’est pas tant les notes qui la composent, c’est sa structure. (Si une gamme sonne de façon joyeuse, c’est surtout parce qu’elle respecte la structure caractéristique des gammes majeures, si un accord sonne de façon mélancolique, c’est surtout parce qu’il respecte la structure caractéristique des accords mineurs etc…). De ce fait, en changeant la tonique de votre gamme, vous changez par la même occasion sa structure et donc par extension sa sonorité. Voilà pourquoi les modes sont différents des gammes même s’ils partagent les mêmes notes. Pour autant, il n’est pas non plus possible de considérer les modes comme des gammes à part entières sachant qu’ils en sont directement issus. Les modes ne sont donc que des dérivés de gammes.

Pour vous donner une image, je dirai que les gammes correspondent en fait aux couleurs du musicien et que les modes correspondent aux nuances de ces couleurs. Par exemple, si vous choisissez la gamme de Sol Majeur pour écrire votre chanson, vous allez choisir la couleur bleue. Maintenant, si vous construisez les modes de cette gamme vous allez obtenir les nuances de ce bleu, c’est-à-dire le bleu foncé, le bleu turquoise, le bleu roi etc… Ce ne sera pas tout à fait la même couleur, mais ce ne sera pas non plus une couleur complètement différente (vous serez toujours en présence de bleu).

.
II / Les modes et les types de gamme

Maintenant que vous savez que les modes sont directement issus des gammes, vous allez être vite tentés de prendre n’importe quelle gamme et de construire à partir de là ses sept modes. (Bien entendu, je pars du principe que vous êtes des lecteurs studieux et que vous n’allez pas vous empresser de regarder des vidéos de chats après avoir fini de lire de cet article).  ;)

Ne vous laissez pas prendre au piège

Bien que j’apprécie sincèrement votre fougue les amis, je dois quand même vous mettre en garde : il ne vous sera pas possible de créer des modes à partir de n’importe quel type de gamme. Pourquoi ? Eh bien c’est justement ce que je vous propose de voir au sein de cette section.

1) Les différents types de gammes

Commençons tout d’abord par rappeler les différents types de gammes qui existent. Dans le système musical actuel (que l’on appelle le système tonal), toute la musique est construite autour de deux grands types de gammes : la gamme majeure d’un côté et la gamme mineure de l’autre. Et comme vous le savez puisque vous avez lu mon article « Les différents types de gammes mineures » (je vous l’avais dit, je vous considère comme des lecteurs studieux), la gamme mineure est déclinée en trois types de gammes : la gamme mineure naturelle, la gamme mineure harmonique et la gamme mineure mélodique. Au final, il existe donc quatre types de gammes :

  • La gamme majeure
  • La gamme mineure naturelle
  • La gamme mineure harmonique
  • Et la gamme mineure mélodique

Voyons maintenant à partir de quel type de gamme il est possible ou non, de créer des modes.

2) Les modes de la gamme majeure

Commençons par le premier cas de figure : est-il possible de créer des modes à partir d’une gamme majeure ? La réponse à cette question est oui ! D’ailleurs nous l’avons déjà fait puisque tout à l’heure nous avons créé les 7 modes de la gamme de Do Majeur. De ce fait, vous pouvez prendre n’importe quelle gamme majeure (comme par exemple la gamme de Sol Majeur, Fa# Majeur, Mib Majeur…) et construire à partir de là ses sept modes.

3) Le cas particulier de la gamme mineure naturelle

Deuxième cas de figure maintenant, est-il possible de créer des modes à partir de la gamme mineure naturelle ? C’est à partir de là que les choses commencent légèrement à se compliquer mais vous allez voir, il n’y a rien de bien méchant.

Pour vous expliquer tout ça, on va se faire une petite démonstration des familles comme le ferait un bon prof de maths. Eh oui ! Après les cours de physique de mon article sur le choix des micros, place à la démonstration mathématique. (Aie, je viens de me rendre compte que je venais de placer les mots « solfège », « modes », et « mathématique » au sein d’un seul et même paragraphe. Je pense que je ne pouvais pas faire mieux pour vous faire fuir… Bon, pour ceux qui décident de rester malgré tout, vous serez récompensés en fin de l’article avec une nouvelle petite rime). ;)

Prenons d’un côté la gamme de Do Majeur (gamme de référence de toutes les gammes majeures) et de l’autre la gamme de La Mineur (gamme de référence de toutes les gammes mineures). Mettons-les maintenant en perspective :

Il n’y a pas quelque chose qui vous saute aux yeux ? (Mis à part la beauté de mon schéma fait sur paint ?). Eh oui les amis, on voit que la gamme de Do Majeur et de La Mineur sont en fait constituées des mêmes notes. La seule chose qui change entre les deux, c’est la note de départ. Ça ne vous rappelle rien tout ça ? Bingo, c’est la définition du mode. La gamme de La mineur n’est en fait qu’un mode de la gamme de Do majeur. Plus précisément, il s’agit de son sixième mode puisque le La correspond à la sixième note de la gamme de Do Majeur.

Et ceci est vrai pour toutes les gammes mineures naturelles. C’est-à-dire que toutes les gammes mineures naturelles ne sont en fait que des modes 6 de gammes majeures. Par exemple, la gamme de Si Mineur n’est en fait que le mode 6 de la gamme de Ré Majeur, la gamme de Fa# Mineur n’est en fait que le mode 6 de la gamme de La Majeur etc.

De ce fait, il ne vous sera pas possible de créer des modes à partir de gammes mineures naturelles puisque ces dernières sont déjà des modes.  CQFD (J’avais tellement envie de balancer un CQFD dans ma vie comme le font les profs de maths, Mr Allard j’espère que vous êtes fier de moi).  :)

Oui mais attend Alex. Tout à l’heure tu as dit que les modes ne pouvaient pas être considérés comme des « nouvelles gammes » puisqu’ils en étaient issus. Or, tu viens de me dire que les gammes mineures étaient en fait des modes. Du coup pourquoi est-ce qu’on parle de “gammes” mineures ?

Excellente question jeune padawan. Tout simplement parce que ce mode 6 a tellement été utilisé par les compositeurs qu’au final, il a fini par être considéré comme une gamme à part entière : la gamme mineure naturelle. Mais cela reste une exception. C’est le seul mode à être considéré comme tel (avec le mode n°1 bien sûr, qui lui correspond à la gamme d’origine).

4) Les modes des gammes mineures harmoniques et mélodiques

Et enfin, nous voici arrivés au troisième cas de figure : est-il possible de créer des modes à partir de la gamme mineure harmonique et de la gamme mineure mélodique ? Oui tout à fait. Vous pouvez très bien créer des modes à partir de ces gammes. Plus précisément, vous pouvez créer sept modes à partir de la gamme mineure harmonique et sept modes à partir de la gamme mineure mélodique. Cependant, nous ne parlerons pas de ces modes au cours de ce dossier car ils sont rarement utilisés. Nous nous intéresserons uniquement aux sept modes de la gamme majeure car ce sont les plus courants d’entre tous. Et vous allez voir, vous aurez déjà largement de quoi faire avec.  ;)

.
III / L’utilité des modes

Bon, c’est bien beau de savoir ce qu’est un mode, mais si on ne sait pas comment en tirer profit, ça ne servira pas à grand-chose. Alors à quoi servent concrètement les modes ? Les modes permettent surtout d’élargir vos possibilités de composition. Ce sont également d’excellents outils au service de l’improvisation.

1) Du vocabulaire musical supplémentaire pour composer

A partir d’une gamme donnée, il vous est possible de créer six autres modes. (Je ne compte pas le premier mode car ce dernier correspond à la gamme elle-même). Chacun de ces modes possède sa propre sonorité caractéristique. En créant des modes, vous obtenez donc davantage de matière première pour vous exprimer. C’est du vocabulaire musical en plus. Or pour un artiste, il n’y a rien de mieux que de disposer de plus de vocabulaire. Non seulement parce que cela lui permet de créer des œuvres plus riches, mais aussi parce que cela lui permet d’exprimer plus précisément ses intentions artistiques.

Je vais reprendre mon parallèle avec la peinture pour vous illustrer cette idée. Imaginez que vous ayez deux peintres assis l’un à côté de l’autre. Le premier possède uniquement les couleurs primaires sur sa palette. Le second possède lui aussi les couleurs primaires, mais il dispose en plus de six dégradés de couleurs pour chacune d’entre elle. A votre avis, quel peintre sera en mesure de créer les œuvres les plus riches ? Le premier ou le second ? De même, quel peintre pourra restituer le plus fidèlement possible ses intentions artistiques ? Le premier ou le second ? Vous voyez donc bien que la présence ou l’absence de matière première peut avoir un impact significatif sur l’exercice de son art.

Et donc concrètement, comment est-ce que cela se traduit en musique ? Très simplement : au lieu de choisir une tonalité classique pour composer votre morceau, vous pouvez choisir à la place l’un de ses modes. Par exemple au lieu de composer votre morceau en Do Majeur, vous pouvez à la place choisir son mode n°3 si vous préférez sa sonorité ou si vous estimez que cette sonorité permet de mieux restituer vos intentions artistiques. C’est exactement ce que qu’on fait les Daft Punk dans leur morceau « Get Lucky ». Ils ne l’ont pas construit autour d’une gamme, mais autour d’un mode : le mode de Si Dorien. (Encore une fois, nous reviendrons en détail sur les différents modes dans la seconde partie de ce dossier).

De même, vous pouvez choisir de moduler (c’est-à-dire de changer de tonalité au cours du morceau, j’ai écrit un article sur le sujet ici) non pas vers une autre gamme, mais vers un mode de la gamme si vous préférez sa sonorité. Par exemple, dans leur morceau « Hey Jude », les Beatles ont utilisé cette technique et modulant de la tonalité de Fa Majeur vers le mode de Fa Mixolydien.

2) Des outils pour mieux improviser

Pour improviser, un musicien va souvent rester au sein d’une même gamme. Ainsi, il est sûr de ne pas se tromper et de jouer toujours quelque chose qui sonne. Oui mais voilà : au bout d’un moment, cela peut vite s’avérer monotone. Pour sortir des sentiers battus et ainsi proposer des improvisations plus riches, il existe plusieurs solutions. Et parmi elles, une très efficace consiste à utiliser les modes. En effet, puisque les modes sont issus des gammes, il y aura une certaine familiarité entre les deux. Mais pour autant, gammes et modes sont deux entités différentes. Utiliser des modes permet donc d’apporter du sang neuf à l’improvisation, tout en faisant en sorte qu’elle reste cohérente.

Dans la quatrième partie de ce dossier, je vous montrerai en vidéo toutes ces mises en application, pour rendre cette section encore plus concrète. En attendant, si vous avez des questions par rapport à cette introduction sur les modes, n’hésitez pas à me les poser en commentaires de l’article ! Sur ce, je reprends mon pinceau pour vous peindre la seconde partie de ce dossier et vous proposer toujours plus de rimes et de contenu de qualité.  ;)

[MAJ]: La partie 2 du dossier est en ligne ! Pour la lire, c’est par ici que ça se passe: “Les modes en musique (article 2/4): Les 7 modes de la gamme majeure

.
Télécharger l’article

Si l’article vous a plu, vous pouvez le télécharger au format PDF pour l’avoir chez vous et en profiter quand bon vous semble : Cliquez ici pour télécharger le PDF

 


Partager l'article sur :


Articles similaires

Faut-il connaitre le solfége pour jouer de la musique et composer ?

En voilà une question difficile ! Et je vous avoue m’être arraché les cheveux en rédigeant cet article tant les différentes approches et écoles concernant le sujet différent et se tiennent. Alors qu'en est il ? Faut il vraiment avoir des bases solides en solfège pour créer de la musique ? C'est ce que nous allons voir dans cet article.  Lire la suite…

Partition

[Vidéo] Comment lire une partition (1/2): les notes

Apprenez à déchiffrer une partition de musique et plus particulièrement à lire les notes en clé de sol et en clé de fa grâce à ce tutoriel vidéo. Petite séquence nostalgie du collège et des cours de flûte ! :D  Lire la suite…

[Vidéo] Comment lire une partition (2/2): les rythmes et les symboles

Suite du tutoriel précédent sur la façon de lire une partition de musique. Dans cette partie on va se concentrer sur les différents rythmes et symboles d'une partition. A la fin de cette vidéo, déchiffrer une partition n'aura plus aucun secret pour vous ! Lire la suite…


30 commentaires


  • Fred

    Bonjour Alex et Merci pour cette leçon sur les modes, une seul question le Majeur et le mineur ne sont il pas eux aussi. un Mode par essence.
    cordialement
    Fred.

    Répondre

    • Alex

      Salut Fred,
      Comme je l’ai expliqué dans l’article, la gamme mineure naturelle est un mode par essence puisqu’il s’agit du mode 6 de la gamme majeure. Mais la gamme majeure n’est pas un mode, c’est une gamme. Après effectivement, par abus de langage certains musiciens vont parler de “modes majeurs” et de “modes mineurs” pour designer les “tonalités majeures” et les “tonalités mineures”. Ça n’aide pas forcément à la compréhension, je te le concède. :)

      Répondre

  • baltazar91

    Bonjour,
    Excuse mon esprit bouché ! Composer en gamme de Do M ou en mode 6 de cette gamme c’est juste largement déborder sur l’octave supérieur. Et alors ?

    Répondre

    • Alex

      Hello Baltazar,
      Si tu composes en Do Majeur ou en mode 6 de cette gamme, tu composes dans deux tonalités différentes. Dans le premier cas tu es en Do Majeur et dans le second en La Mineur. Même si effectivement ce sont fondamentalement les mêmes notes, il s’agit bien de deux tonalités différentes puisque la structure de ces deux gammes est différentes. (Et ce qui fait tout en musique, c’est la structure). C’est ce que j’explique dans l’article avec ma comparaison avec le “Rubik’s Cube”. :)

      Répondre

  • Herbert

    Merci pour cet article de qualité. Je suis impatient de lire la suite …

    Répondre

  • CHOBLI

    Bonsoir
    Merci pour cette leçon .

    Répondre

  • tan long

    Explication claire avec d’humour et d’amitié.Merci Alex
    Tan Long

    Répondre

  • Moune

    merci beaucoup! très clair comme d’hab, Un seul reproche : la suite c’est pour quand !!! j’ai tellement hâte !
    à bientôt
    Moune

    Répondre

  • Marc

    Slt Alex,

    Comme d’habitude, un article très bien écrit, une petite pointe d’humour qui ne gâche rien, et une clarté de propos qui tranche avec tout ce que j’ai pu lire jusqu’à présent.
    Maintenant, si je vois bien l’aspect théorique qui me semble logique et simple, j’ai beaucoup plus de mal à voir la pratique. cela a toujours été un flou pour moi…
    Mon esprit dit oui au raisonnement, mais bloque dès qu’il s’agit de mettre en pratique…
    Bref, j’attends la suite avec impatience.

    Marc

    Répondre

    • Alex

      Salut Marc,
      Merci pour ton commentaire qui fait super plaisir ! Je suis ravi que l’article t’ait plu ! La quatrième partie du dossier est une vidéo qui a uniquement pour but de montrer comment mettre les modes en pratique sur l’instrument. Je suis sûr que tu y verras plus clair à ce moment là. ;)

      Répondre

      • Nathalie

        Merci Alex car comme pour Marc, autant la théorie est ok, la mise en pratique est toute autre chose… Et comme en harp thérapie on travaille beaucoup avec les modes, j’attends avec impatience

        Répondre

  • Hubert

    Nickel, j’attends la suite avec impatience !

    Répondre

  • Jeanmarc

    Salut Alex.
    Je t’écris depuis la Côte d’Ivoire.
    Il faut dire que Sans toi, je serai vide musicalement.
    C’est grâce à tes articles que je peux aujourd’hui prendre plaisir à jouer à mon instrument de musique et à créer mes propres mélodies.
    Je ne sais où tu trouve l’inspiration pour écrire tout ceci avec une simplicité déconcertante accompagner d’une pédagogie éblouissante.
    Un grand Merci à toi pour tout ce travail.
    Tout en attendant la suite de cet article édifiant reçois l’expression de mon profond respect.

    Répondre

  • alain

    cette théorie musicale est trés bien raconté super . mais ue seule question se pose : existe-il un support papier pour construire les accords correspondant aux gammes et peut-ètre aux modes? pationnant cette histoire MERCI Alex

    Répondre

    • Alex

      Salut Alain,
      Tu peux construire des accords à partir des gammes effectivement (ou des modes), c’est ce qu’on appelle “l’harmonisation des gammes” et j’ai écrit tout un article sur le sujet: clique ici pour le lire. Donc plutôt que d’apprendre tout ça à l’aide d’un support, je te propose plutôt d’apprendre la logique qu’il y a derrière cette notion afin que tu sois ensuite en mesure de créer les accords que tu veux, à partir des gammes que tu veux, sans jamais avoir rien à apprendre par cœur. ;)

      Répondre

  • Paul

    Salut Alex,
    Ma question: si l’on joue un morceau en tonalité de DoMajeur par exemple, peut-on seulement utiliser les modes majeures ou degré I-IV-V?
    Si les modes sont le VI degré de toute le notes majeures et sont par définition des renversements mineurs, alors ou sont les modes majeures?
    Merci pour ton travail!

    Répondre

    • Alex

      Salut Paul,
      Alors, je suppose que tu me demandes si à partir du moment où on harmonise une gamme majeure il est possible de jouer uniquement les accords majeurs de cette gamme, à savoir les accords issus des degrés I, IV et V ? Oui tu peux, mais tu peux très bien utiliser les accords issus des autres degrés. Par contre, même si j’ai lu plusieurs fois ta seconde question, je ne suis pas sûr d’avoir tout compris. On parle de “modes majeurs” pour les modes dont la tierce est majeure et de “modes mineurs” pour les modes dont la tierce est mineure. La nature du mode (s’il est majeur ou mineur) influence sa sonorité. On va voir ça plus en détail dans la seconde partie du dossier. ;)

      Répondre

  • Carlier

    Bonjour je cherche la suite (passionnante) de cet article 2/4 3/4 et 4/4, suis je trop en avance ?

    Répondre

    • Alex

      Hello Carlier,
      Content que l’article t’ait plu. :) Yes un peu trop en avance, ça sortira dans quelques semaines. Sois sûr d’être bien abonné à la newsletter du site pour être prévenu par mail lorsque la suite du dossier sortira. ;)

      Répondre

  • Xavier

    Good Job ! Bravo

    Répondre

  • Claudio Bio

    Salutations à toi Alex ! Encore une je ne trouve plus de mots assez forts pour qualifier ton enseignement du solfège, aussi clair, logique, avec ta touche d’humour, qui vient adoucir un plat trop épicé, tel que le solfège enseigné au conservatoire !! En fait grâce à tes cours je crois que je suis devenu un vrai musico, et avec un peu de chose à mémoriser absolument, le plus important est de comprendre la logique et tout devient plus clair , facile et motivant ! A tel point que moi aussi , en plus de composer des petits trucs ” à moi que j’ai ” je me pique de pondre un méthode d’apprentissage de la guitare, pour mes fils et petite-fille…
    Peut-être un jour je te contacterai perso à ce sujet ! En attendant tes articles suivants sur les modes, la palette du musicien comme son pote artiste, le peintre

    Répondre

  • Amen

    Bonjour Alex.un sincere merci pour cet article.Je vous écris depuis Togo..Je connaissais les modes mais pas leur utilité.Merci beaucoup.Par contre jai une question.Vous avez dit De même, vous pouvez choisir de moduler (c’est-à-dire de changer de tonalité au cours du morceau. non pas vers une autre gamme, mais vers un mode de la gamme.Mais si je joue une chanson dans la gamme de DO majeur et je fais une modulation vers Fa majeur n’est ce pas le fait d’aller dans une autre gamme?

    Répondre

    • Alex

      Bonjour Amen,
      Je t’en prie ! Je suis ravi que l’article t’ait plu. :) Si tu modules de Do Majeur vers Fa Majeur, effectivement tu modules vers une autre gamme. Je pense que ta question vient du fait que tu confondes gamme de Fa Majeur et quatrième mode de la gamme de Do Majeur (mode de Fa Lydien). Le mode de Fa Lydien est constitué des notes Fa, Sol, La, SI, Do, Ré, Mi, Fa alors que la gamme de Fa Majeur est constituée des notes Fa, Sol, La, SIB, Do, Ré, Mi, Fa. Les différents modes de la gamme majeure et la gamme majeure en elle même ne possèdent pas la même structure (d’où leurs notes différentes). On va voir ça plus en détail dans la seconde partie du dossier. ;)

      Répondre

  • Arnaud

    Slt Alex et merci infiniment.
    Si j’ai bien compris, tant que je suis dans les modes 2 à 5 je suis toujours dans la gamme du chant… ?
    Mais comment savoir qu’on est dans tel ou tel mode de la gamme lorsqu’on a entre ses mains une partition de musique?
    Cordialement.

    Répondre

    • Alex

      Salut Arnaud,
      Si tu pars sur un mode de la gamme (quel qu’il soit), tu n’es plus dans la gamme mais dans le mode. Pour ce qui est de retrouver la tonalité d’un morceau à partir de sa partition, j’ai écrit un article sur le sujet: “Comment trouver la tonalité d’un morceau ?“. Enfin, pour savoir si tu es dans la tonalité de base ou dans un mode de cette tonalité, il va falloir que tu analyses la première et la dernière note de ton morceau. En effet, ces dernières correspondent souvent au degré I et te permettront donc de trancher. ;)

      Répondre

  • Bernard

    bonjour,
    certains auteurs parlent comme vous de 3 gammes mineures: harmonique, melodique ascendante, melodique descendante mais pas de terme naturel. Puis je avoir votre explication. Merci. baj.

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *