La modulation, ou comment changer de tonalité au cours du morceau (1/2)

saut mario

La modulation consiste à passer d’une tonalité à l’autre au cours d’un même morceau. Ce procédé n’est jamais aisé car il a tendance à dénaturer « l’homogénéité » du morceau. Dans cet article, vous apprendrez donc des techniques afin de moduler facilement et de façon naturelle.

.
Disclaimer

Cet article est assez technique et poussé. Avant de l’aborder, il vous faudra absolument maîtriser les notions d’intervalles, d’accords, de tonalité, de gammes, et de cadences. Au vu de sa longueur, j’ai également décidé de le scinder en deux parties. Dans cette première partie, vous apprendrez à vous familiariser avec la notion de « modulation », avant de découvrir une première application de ce procédé grâce aux gammes relatives. La seconde partie sera quant à elle destinée à l’étude des techniques de modulation plus complexes faisant appel aux gammes plus éloignées de la tonalité d’origine. (Et si vous n’arrivez rien compris à ce disclaimer, rassurez-vous, c’est normal: lisez tranquillement l’article jusqu’à la fin et vous finirez par y voir plus clair).  ;)

. Première partie : Premiers pas avec la modulation

.
Le concept de modulation

Qu’est-ce que la modulation ?

Dans mes articles, je vous ai souvent parlé de la technique de « l’harmonisation des gammes » pour vous aider à trouver des suites d’accords. Pour rappel, cette technique consistait à choisir une gamme, l’harmoniser, et se servir des accords obtenus pour constituer sa suite. (Pour voir l’application concrète de cette technique, je vous invite à (re)lire mon article dédié au sujet « L’harmonisation des gammes »).

Même si cette technique est très efficace, elle fait cependant preuve d’une certaine limite: puisque les accords sont tous issus de la même gamme, la suite obtenue restera en effet toujours dans la même tonalité. Or, rien ne vous empêche d’utiliser des accords de tonalités différentes afin de constituer vos suites.

En musique tout est possible, il est donc parfaitement courant qu’un morceau emprunte des accords à d’autres tonalités, ou change carrément de tonalité en cours de route. Ce phénomène, c’est ce qu’on appelle « la modulation»: on va changer de gamme sans interrompre le discours musical afin d’apporter de la diversité au morceau.

Petite précision au niveau du vocabulaire : on parle de « modulation » lorsque le changement de tonalité se fait sur une longue période et «d’emprunt » lorsque le changement de tonalité ne concerne que quelques accords.

Les avantages de la modulation

La modulation est très appréciée des compositeurs car en plus d’apporter de la diversité au morceau, elle permet de le relancer.

Une nouvelle tonalité amène en effet une nouvelle « identité sonore » à la chanson. Cette nouvelle identité sera donc particulièrement utile pour apporter de nouvelles idées au discours musical (exemple : écriture d’un pont), ou pour étoffer celles déjà en place (exemple: diversifier une suite d’accords en lui greffant des accords d’autres tonalités).

Les enjeux de la modulation

Même si la modulation possède de nombreux avantages, elle présente néanmoins un inconvénient de taille: il n’est jamais aisé de faire sonner ensemble des accords  étrangers l’un à l’autre. (Comprenez par là des accords issus de différentes tonalités). C’est un peu comme si vous décidiez d’agrémenter votre cuisine d’aliments sucrés afin d’apporter de la profondeur à votre plat. (J’étais à fond dans top chef ces derniers temps, ne vous étonnez pas de retrouver quelques métaphores culinaires dans mes articles ^^ ). Alors certes, s’il est bien fait, le sucré-salé ajoutera une valeur certaine à votre plat, mais il n’est jamais facile de marier ensemble des aliments de différentes natures. Vous voyez un peu le problème ? Eh bien avec la modulation, c’est exactement la même chose : tout l’enjeu sera de réussir à faire sonner  ensemble des accords issus de différentes gammes.

Et c’est justement ce que nous allons apprendre à faire au cours de cette série d’articles. Je vais vous présenter plusieurs techniques vous permettant de jongler facilement d’une gamme à l’autre, sans pour autant changer la nature du morceau ou en troubler son homogénéité.

.
Niveau 1) Moduler avec les gammes relatives

Maintenant que vous savez que la modulation consiste à changer de tonalité au cours d’un morceau vous allez sûrement me demander: vers quelle tonalité faut-il moduler ? Peut-on vraiment moduler vers n’importe quelle gamme ?

La réponse à cette dernière question est oui: dans l’absolu vous pouvez moduler vers n’importe quelle gamme. Cependant, en fonction de la tonalité dans laquelle vous vous trouvez, il sera plus simple de moduler vers certaines gammes que vers d’autres. En effet, plus vos gammes seront proches entre elles, et plus il sera simple de moduler de l’une à l’autre.

Par exemple, si vous êtes en Do Majeur (rien à la clé) il vous sera facile de moduler vers du Sol Majeur (1# à la clé) car les notes entre ces deux gammes sont relativement proches (et donc leur sonorité aussi). Par contre, si vous êtes toujours en Do Majeur, il vous sera beaucoup plus difficile de moduler vers une gamme de Mi bémol Majeur car cette dernière possède 3 bémols à la clé et partage donc peu de notes en commun avec la gamme de Do Majeur. .

choisir gamme modulation

Le plus simple consistera donc à choisir une gamme proche de votre tonalité principale pour moduler. Et dans le genre, il n’y a pas plus simple que de choisir de moduler entre deux gammes relatives. Les gammes relatives sont en effet deux gammes, l’une majeure et l’autre mineure, partageant exactement la même armure (c’est-à-dire le même nombre d’altérations et les mêmes notes). Même s’il s’agit de deux gammes différentes, elles sont donc par définition très proches.

Exemple: La gamme de Do majeur et la gamme de La mineur sont deux gammes relatives.

gammes relativesMême armure, mêmes notes, mais toniques différentes : pas de doute, on est bien en présence de deux gammes relatives.

. Comment trouver la gamme relative d’une gamme de base ? C’est très simple : Il existe une relation mathématique liant deux gammes relatives :

Gamme Majeure – tierce mineure (1t + 1/2t) = Gamme Mineure relative

Et inversement :

Gamme Mineure + tierce mineure (1t + 1/2t) = Gamme Majeure relative

Reprenons notre exemple précédent pour que vous puissiez bien comprendre ce mécanisme. Cherchons ensemble la gamme relative de La Mineur. Grâce à notre relation mathématique, on sait que l’on va devoir ajouter une tierce mineur au La, soit 1t + 1/2t, pour obtenir sa gamme relative.

trouver gamme relative exemple 1

Après cette petite opération, on se rend compte que Do Majeur est bien la gamme relative de La Mineur.

Maintenant que vous savez trouver la gamme relative d’une gamme donnée, il ne vous reste plus qu’à passer à l’étape suivante: moduler d’une gamme relative à l’autre. Pour y arriver, nous allons avoir recours aux cadences, et plus particulièrement à la cadence parfaite. Pour rappel, la cadence parfaite est la cadence qui enchaîne un accord de degré V avec un accord de degré I. Cette cadence est donc particulièrement indiquée pour effectuer une modulation car elle apporte un caractère « conclusif » à la phrase musicale. (Elle permet donc de clôturer l’ancienne tonalité). De plus, le degré I sur lequel elle se termine va quant à lui indiquer le passage à la nouvelle tonalité, ce qui permettra à l’oreille de s’habituer facilement aux nouvelles sonorités du morceau. Il vous suffira donc de conclure votre suite d’accords par une cadence parfaite issue de la nouvelle tonalité pour réussir votre modulation.

Je sais que je viens de vous apporter beaucoup de nouvelles informations, mais vous allez voir : nous allons reprendre ensemble une mise en application de cette technique, et tout vous paraîtra alors beaucoup plus simple.  ;)

Mise en application

Tout d’abord, commençons par trouver une suite d’accords grâce la technique de l’harmonisation des gammes. Imaginons par exemple que notre suite d’accords soit « Ré Majeur, Sol Majeur, La Majeur, Ré Majeur » issue de la gamme de Ré Majeur.

gamme harmonisée ré majeur

suite accords ré majeur

La tonalité principale de notre morceau est donc Ré Majeur. Nous souhaitons maintenant basculer dans une autre tonalité afin d’apporter un peu de diversité à notre discours musical. Pour ce faire, nous allons recourir à la technique des gammes relatives. Nous allons donc chercher la gamme relative de Ré Majeur. Grâce à notre formule et à un rapide calcul, on se rend compte que la gamme relative de Ré Majeur est la gamme de Si Mineur.

trouver gamme relative exemple 2

Maintenant, il ne nous reste plus qu’à effectuer une cadence parfaite à partir de cette gamme pour effectuer notre modulation en douceur. Puisque la cadence parfaite est constituée de l’enchaînement des degrés V et I, on sait que l’on va devoir enchaîner les accords Fa# Mineur et Si Mineur quelque part dans notre suite.

gamme si mineur harmonisée Exemple de transition: Exemple modulation

Et voilà ! La modulation a eu lieu à partir de l’accord de Fa# Mineur. À partir de ce moment, le morceau n’est plus en Ré Majeur mais en Si mineur. Essayez de jouer cette suite d’accords avec votre instrument et vous verrez qu’elle sonne parfaitement bien ! Et le plus beau, c’est que votre oreille n’aura même pas remarqué le changement de tonalité;)

Voilà, j’espère que cette petite introduction à la modulation a été claire. Comme d’habitude, si vous avez des questions n’hésitez pas à m’en faire part dans les commentaires. Dans le prochain article, nous allons corser les choses car nous verrons comment moduler entre deux gammes non relatives, et entre deux gammes éloignées l’une de l’autre. Pour le lire, c’est par ici que ça se passe: “La modulation, ou comment changer de tonalité au cours du morceau (2/2)

À vous les studios !! ;)

Télécharger l’article

Si l’article vous a plu, vous pouvez le télécharger au format PDF pour l’avoir chez vous et en profiter quand bon vous semble : Cliquez ici pour télécharger le PDF

.
Le top chef de la composition…

C’est ma méthode “Composer sa chanson de A à Z”. 231 pages pour vous expliquer comment composer votre chanson facilement, à partir de 0, et étape par étape. Si avec ça, vous n’arrivez pas à sortir de bons petits plats… :)

Composer sa chanson de A à Z

 


Partager l'article sur :


Articles similaires

5 Façons d’écrire une chanson

Mais au fait, comment on fait pour composer un morceau ? Par où commencer ? Faut-il d’abord trouver une grille d’accord ou une mélodie ? Et pour les paroles, comment faire ? Mieux vaut-il les écrire avant ou après avoir composé la chanson? Suivez le guide! Lire la suite…

10 façons d’enrichir votre culture musicale

Marre d’entendre toujours les mêmes musiques tourner en boucle dans votre mp3 ? Fatigué d’écouter à longueur de journée toutes ces chansons aseptisées passant à la radio ? (Oui je l’avoue, je ne suis pas fan de Lady Gaga :) ). Vous voulez donner du sang neuf à votre playlist et connaître tous les secrets des personnes ayant une bonne culture musicale ? Suivez le guide ! Lire la suite…

Comment créer une musique en 5 minutes: le cycle des quintes

Il vous arrive d’avoir le syndrome de la page blanche lorsque l’envie vous vient d’écrire une chanson ? Vous voulez connaître un moyen sûr et efficace vous permettant de composer et d’improviser rapidement ? Alors découvrez dans cet article « le cycle des quintes » : un outil de composition extrêmement puissant utilisé par tous, et même les plus grands : des Beatles à Bob Dylan en passant par Led Zeppelin, tous y ont déjà eu recours ! Lire la suite…


29 commentaires


  • David

    Super article Alex.

    Sur la dernière illustration, j’aurais peut être ajouter un iii au dessus de F#m et vi au dessus de Sim pour bien faire comprendre :
    -L’accord iii d’une gamme majeur est la dominante de sa gamme relative(mineure)
    -l’accord vi est la tonique de la future gamme mineure.

    Merci encore. C’est super clair.

    Répondre

    • Alex

      Salut David,

      Belle remarque ! J’y avais pensé mais je ne l’ai pas fait au final pour éviter les confusions. Je voulais en effet montrer avant tout par ce schéma que la cadence parfaite devait faire partie de la nouvelle tonalité. Mais ce que tu dis est tout à fait juste. ;)

      Répondre

  • Joceton

    C’est super bien Alex, je vous félicite j’avais beaucoup de difficultés à bien comprendre la notion de modulation.

    Répondre

  • Smiley

    Juste quand je me lance dans la modulation, super !
    Dans la 2ème partie, parleras-tu aussi des modes dorien, phrygien etc.. ?

    Répondre

    • Alex

      Salut Smiley,

      Non, je vais uniquement me concentrer vers des modulations de gammes et non de modes pour éviter de perdre tout mes lecteurs d’un coup. :D (Déjà que là c’est bien technique, on va éviter de rajouter encore de la difficulté ^^ ).

      Répondre

  • Valerie

    J’adore tes articles: concrets, explicites, ils répondent à des questions précises que l’on se pose et, même, si tu dis que la zic c’est “comme on veut avec nos propres feelings”, avec tes explications, on a le point de départ. Merci. Continue s’il te plait !

    Répondre

  • Théo

    Merci pour le cours c’est du boulot l’air de rien

    Répondre

    • Alex

      Je t’en prie Théo ! Je ne te le fais pas dire, entre la phase d’analyse, de recherche, de rédaction, et de publication, y’a de quoi faire. :) Mais si ça permet de vous aider, ça en vaut largement la peine !

      Répondre

  • LAUZE Christian

    Voilà exactement la question posée il y a quelques semaines.
    Je n’avais pas trouvé de réponse sur internet.
    Donc une fois de plus : merci Alex !

    Répondre

  • patrick

    Fantastique!

    Répondre

  • Pierre

    Bonjour,très satisfait par vos articles qui m’apporte beaucoup musicalement ,merci et bonne continuation.Bill

    Répondre

  • Ankaein

    Salut, je me trompe peut-être mais il me semble qu’une cadence parfaite est constituée d’un V7-I et non pas Vm7-I …

    Le Fa# m devrait donc être majeur pour tirer vers le Si m, non ?

    Répondre

    • Alex

      Pas forcément, la cadence fait référence au degré de l’accord et non à sa nature. Tu peux donc très bien avoir un accord de degré V majeur ou mineur. Tout dépendra de la gamme utilisée.

      Répondre

      • Ankaein

        Oui, c’est vrai, mais ce que je veux dire, c’est que en musique tonale,
        si le V est mineur, ce n’est plus un accord de dominante car il ne contient plus la sensible et donc plus le triton, c’est plus vraiment un V “officiel”

        Par définition en tonal, quand on parle de la cadence parfaite, on parle bien d’un accord de septième de dominante (donc majeur) vers le Ier degré.
        même quand on joue en mineur. l’usage vaudra que le V soit majeur pour avoir toute la tension disponible.
        A moins qu’on puisse utiliser un V mineur en tonal et que ça m’ait échappé ?

        à moins, que tu parles en modal mais du coup, faudrait préciser, je crois.

        Répondre

        • Edwinzap

          Bonjour,
          Je suis tout à fait d’accord avec Ankaein.
          En tonal, une gamme mineur doit toujours avoir sa sensible haussée. Ce qui entraine un accord de dominante majeur !

          Ici je crois que les deux solutions conviennent car le Fa#m peut être vu comme le III de RéM. Il est alors normal que l’accord soit mineur.

          Répondre

          • Tartempion

            Bonjour,

            il existe trois gamme mineure. La gamme mineur naturelle, la gamme mineure harmonique et la gamme mineure mélodique.

            Dans le théorie tonale, pour avoir la sensible dans l’accord de V degré pour une gamme mineure, les “anciens” utilisaient la gamme mineure harmonique. Vous prenez juste une gamme de La mineur naturelle dont vous ré-haussez le VII degré d’un demi-ton. Le VII degré, Sol dans la gamme de La mineure naturelle devient Sol# dans la gamme mineure harmonique, remplissant “enfin” son rôle de fonction tonale.

            Enfin, les fonctions “tonales” ne sont là que pour remplir leurs fonctions… C’est à dire résoudre les tensions. Vous pouvez utiliser des accords classés qui ne sont pas parfaits( Genre: Fa min 6).

            Bon, je vais vers le hors-sujet…

  • beatrice

    Magnifique, votre travail est remarquable et m’apporte beaucoup. Pépite de la théorie musicale.
    je souhaiterais que vous abordiez les rythmes dans leur possibilité. Car je suis instrumentiste
    mais je joue des morceaux classiques

    Répondre

  • Hassan

    Grand merci alex pour cette belle révision toujours parfaitement expliquée.
    asswan
    http://www.dailymotion.com/asswan

    Répondre

  • Mireille Valant

    Merci beaucoup, il y a peu de gens qui savent s’exprimer avec autant de clarté, de gentillesse, et d’humour aussi ça et là dans vos articles : vous êtes un enseignant né !

    Répondre

  • OG zizi

    Salut Alex et merci pour ces bons conseils !
    Un conseil : effectue un petit renvoi vers le tuto “trouver une suite d’accords” où tu appliques une modulation sans le préciser explicitement !

    Répondre

  • Mojo

    Bonjour Alex, tout d’abord je souhaitais te remercier pour tous ces articles, j’ai fait beaucoup de progrès grâce à toi.

    J’ai néanmoins une petite question: Etant donné que dans l’ensemble les accords de la gamme de Si mineur et les accords de la gamme de Ré majeur sont les mêmes , n’est il pas possible de voir l’accord de Fa# m et Si m comme réspectivement le 3ième degré et le 6ième degré de la gamme de Ré Majeur et donc de dire que cet exemple ne présente aucune modulation ?

    Merci Beaucoup

    Répondre

  • Pierre

    Merci Alex, ce genre d article m’aide énormément!! T arrivee à parler de solfègede façon claire et c’est vraiment top.

    Répondre

  • Bood

    Il semble que j’arrive un peu en retard , les autres posts datent de 2014.

    Connaissant pas mal de théorie en solfège mais ayant beaucoup de mal dans l’utilisation de ces théorie, je me pose le genre de question : oui c’est sa gamme mineure relative … et alors on en fait quoi ? Et voilà ton article m’a aidé dans ce que je souhaite faire .
    J’y vais de ce pas lire les autres articles

    Un grand merci pour ce travail !

    Répondre

    • Alex

      Hello Bood,
      Tu n’arrives pas du tout en retard ! Même si ce post là date de 2014, je publie toujours régulièrement des articles sur le blog. Donc même 2 ans plus tard, tes remerciements me font toujours autant plaisir. :)

      Répondre

  • serge longpre

    merci pour les info sur la modulation jai très apprecier

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *